Le Mans Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Mans Métropole
Le Mans Métropole
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Forme Communauté urbaine
Siège Le Mans
Communes 19
Président Jean-Claude Boulard (PS)
Budget 257 000 000 (2009)
Date de création
Code SIREN 247-200-132
Démographie
Population 205 256 hab. (2014)
Densité 769 hab./km2
Géographie
Superficie 267,05 km2
Localisation
Situation de la communauté urbaine dans la Sarthe.
Situation de la communauté urbaine dans la Sarthe.
Liens
Site web www.lemans.fr
Fiche Banatic Données en ligne

Le Mans Métropole est une structure intercommunale française de type établissement public de coopération intercommunale, située dans le département de la Sarthe et la région Pays de la Loire. En dépit de son nom contenant le terme « métropole », sa forme est une communauté urbaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine du Mans (CUM) a été créée le .

Mulsanne rejoint la communauté en 2004. C'est à cette occasion que le changement de nom a été effectué[1].

Le Mans Métropole s'est agrandie le de cinq nouvelles communes : Aigné, Saint-Saturnin et La Milesse (constituant jusqu'alors à elles trois la communauté de communes de l'Antonnière)[2] ainsi que Ruaudin et Champagné[3].

En décembre 2015, les élus de Le Mans Métropole accepte l'idée de l'entrée de cinq nouvelles communes issues de la communauté de communes du Bocage Cénomans (Chaufour-Notre-Dame, Fay, Trangé, Pruillé-le-Chétif et Saint-Georges-du-Bois)[4]. Après l'accord des différents conseils municipaux, ces communes intègrent la communauté urbaine au [5].

Administration[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le Mans Métropole regroupe dix-neuf communes :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Le Mans
(siège)
72181 Manceaux 52,81 143 813 (2014) 2 723
Aigné 72001 Aignéens 12,59 1 623 (2014) 129
Allonnes 72003 Allonnais 18,07 11 073 (2014) 613
Arnage 72008 Arnageois 10,76 5 111 (2014) 475
Champagné 72054 Champagnéens 13,94 3 834 (2014) 275
La Chapelle-Saint-Aubin 72065 Capellaubinois 5,93 2 362 (2014) 398
Chaufour-Notre-Dame 72073 Calidofourniens 11,19 1 066 (2014) 95
Coulaines 72095 Coulainais 3,93 7 520 (2014) 1 913
Fay 72130 Fayard 9,48 616 (2014) 65
La Milesse 72198 Milessois 10,41 2 531 (2014) 243
Mulsanne 72213 Mulsannais 15,25 4 935 (2014) 324
Pruillé-le-Chétif 72247 Pruilléens 10,30 1 300 (2014) 126
Rouillon 72257 Rouillonnais 9,15 2 353 (2014) 257
Ruaudin 72260 Ruaudinois 13,78 3 405 (2014) 247
Saint-Georges-du-Bois 72280 Boisgeorgiens 7,23 2 022 (2014) 280
Saint-Saturnin 72320 Saint-Sanyens 9,66 2 453 (2014) 254
Sargé-lès-le-Mans 72328 Sargéens 13,85 3 630 (2014) 262
Trangé 72360 Trangéens 11,11 1 353 (2014) 122
Yvré-l'Évêque 72386 Yvréens 27,61 4 256 (2014) 154

Ces villes, en rapport géographique direct avec Le Mans sont un héritage des seize paroisses que comprenait la ville jusqu'à la Révolution. La communauté urbaine du Mans est l'une des plus petites de France par son regroupement de communes. Cependant, cette intercommunalité commence à être supplantée par le syndicat mixte du Pays du Mans. Ce niveau d'intercommunalité particulier vise à regrouper davantage les communes de l'aire urbaine, éloignées du Mans. Ce syndicat mixte permet de mettre en œuvre des moyens concrets pour étendre la zone d'efficacité de Le Mans Métropole, notamment dans le domaine des transports, pour lequel une grande desserte ferroviaire desservant les couronnes mancelles est à l'étude.

Conseil communautaire[modifier | modifier le code]

Le conseil communautaire est composé depuis 2017 de quatre-vingt-deux conseillers issus des conseils municipaux des dix-neuf communes membres.

Les délégués sont répartis selon l'importance comme suit[6] :

Nombre de délégués Communes
37 Le Mans
7 Allonnes
5 Coulaines
3 Arnage, Mulsanne, Yvré-l'Evêque
2 Champagné, Sargé-lès-le-Mans, Ruaudin
1 Les autres communes

Présidence[modifier | modifier le code]

Les présidents ont été :

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1972 1977 Jacques Maury Centre démocrate Maire du Mans (1965-1977)
Sénateur de la Sarthe (1968-1977)
1977 1983 Roland Becdelièvre Parti socialiste  
1983 en cours Jean-Claude Boulard[7] Parti socialiste Conseiller général de la Sarthe (1976-2001)
Député de la Sarthe (1988-1993; 1997-2002)
Maire du Mans (depuis 2001)
Sénateur de la Sarthe (depuis 2014)
Les données manquantes sont à compléter.

Transports[modifier | modifier le code]

Le périmètre des transports urbains s'arrête aux limites de Le Mans Métropole. Cependant, le bassin de vie étant de loin supérieur à ces limites artificielles, Le Mans Métropole a créé le Syndicat mixte des transports de l'agglomération mancelle (SMITAM), un syndicat mixte loi SRU, afin d'étendre la zone de transport vers le périurbain. La communauté de communes des Rives de Sarthe a également intégré le SMITAM le 1er janvier 2011[8]. En outre, une étude est menée afin d'étendre considérablement le périmètre des transports au-delà des limites de Le Mans Métropole. Ce projet est conduit par le Pays du Mans qui se voit attribuer une compétence transport en partenariat avec Le Mans Métropole et le conseil général de la Sarthe. Ce projet prévoit une desserte rapide vers Le Mans ainsi qu'un maillage périurbain où l'épine dorsale serait à terme une liaison TER cadencée sur un axe nord-sud et est-ouest[9],[10],[11],[12].

Urbanisation[modifier | modifier le code]

Le Pont roman d'Yvré-l'Évêque.

Les communes de la communauté urbaine ont largement profité des Trente Glorieuses, à l'inverse de la ville-centre. Les communes d'Allonnes et d'Arnage au sud, qui formaient encore des bourgs jusqu'aux années 1960, ont été pleinement intégrées à la communauté urbaine du Mans. La péri-urbanisation a gagné en puissance ces vingt dernières années. Sur ce territoire d'une centaine de kilomètres carrés, l'urbanisation occupe seulement 72 % de l'espace. Les deux communes les mieux intégrées restent les villes de Coulaines par sa proximité directe au secteur nord-est du Mans, ainsi qu'Allonnes qui depuis une cinquantaine d'années s'est développée grâce à son statut de ZUP (zone à urbaniser en priorité). Les huit communes contiguës apportent beaucoup au Mans par leur dynamisme en tant que zones tertiaires ou de grandes activités commerciales (La Chapelle-Saint-Aubin ou Saint-Saturnin par leur échangeur autoroutier Le Mans-nord pas exemple). Ces 8 communes périphériques regroupaient en 2008 environ 20 % de la population de Le Mans Metropole avec 40 507 habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Mans Métropole » : une nouvelle identité pour la CUM
  2. « Préfecture de la Sarthe- Arrêté no 2012335-0003 du 28 novembre 2012 » [PDF] (consulté le 1er septembre 2013)
  3. « Préfecture de la Sarthe- Arrêté no 2012254-0001 du 10 septembre 2012 » [PDF] (consulté le 1er septembre 2013)
  4. « Le Mans métropole. Le conseil accepte l'adhésion de cinq nouvelles communes » (consulté le 3 septembre 2016)
  5. « Arrêté DIRCOL-2016-0109 du 3 mai 2016 » [PDF], sur le site de la préfecture de la Sarthe (consulté le 3 mai 2017), p. 137.
  6. [PDF] [1],p.28
  7. Réélection 2014 : « Le Mans. Jean-Claude Boulard (PS) réélu président de la Métropole », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 décembre 2014)
  8. Conseil Communautaire, séance du 10 janvier 2011
  9. Transports collectifs : un nouveau réseau en vue - Ouest-France vendredi 6 novembre 2009
  10. Les propositions pour de nouvelles lignes - Ouest-France vendredi 6 novembre 2009
  11. Étude SCOT Infrastructures, Déplacements, Transports (document non public) - Pays du Mans, avril 2009.
  12. Les transports collectifs sur le Pays du Mans - Projet de développement de la desserte périurbaine (document non public) - Pays du Mans, août 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]