Corneilla-del-Vercol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corneilla.
Corneilla-del-Vercol
La place du village.
La place du village.
Blason de Corneilla-del-Vercol
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret[1]
Canton La Plaine d'Illibéris
Intercommunalité Communauté de communes Sud Roussillon
Maire
Mandat
Marcel Amouroux
2014-2020
Code postal 66200
Code commune 66059
Démographie
Gentilé Corneillanais(es)
Population
municipale
2 190 hab. (2014)
Densité 403 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 37′ 30″ nord, 2° 57′ 07″ est
Altitude Min. 9 m – Max. 28 m
Superficie 5,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Corneilla-del-Vercol

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Corneilla-del-Vercol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corneilla-del-Vercol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corneilla-del-Vercol

Corneilla-del-Vercol est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Corneillanais et, en catalan, Cornellarencs et Cornellarenques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Corneilla-del-Vercol est situé au sud de Perpignan à proximité de la mer Méditerranée. La commune est bâtie sur une petite hauteur (20 mètres) autour du château médiéval et de l'église Saint-Christophe.

Corneilla-del-Vercol est située à :

  • 8 km au sud de Perpignan ;
  • 5 km de la côte ;
  • 25 km de la frontière espagnole.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Corneilla-del-Vercol[2]
Théza Alénya
Villeneuve-de-la-Raho Corneilla-del-Vercol[2]
Montescot Elne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 543 hectares. L'altitude de Corneilla-del-Vercol varie entre 9 mètres et 28 mètres[3].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Cornellà del Bèrcol[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Corneilla-del-Vercol est incluse dans le canton d'Elne, puis rejoint en 1801 le canton de Perpignan-Est, avant de revenir en 1982 au canton d'Elne[3],[6].

À compter des élections départementales de 2015, la commune rejoint le nouveau canton de la Plaine d'Illibéris.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 en cours Marcel Amouroux[7],[8] DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1730 1767
26 f 5 f 7 f 6 f 5 f 27 f 22 f 20 f 92 H
1774 1789 - - - - - - -
20 f 21 f - - - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 190 habitants, en augmentation de 7,78 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
87 82 117 136 153 190 224 300 293
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274 240 297 274 293 344 401 470 479
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
518 509 475 491 501 583 565 488 508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
539 633 756 965 1 450 1 505 1 938 2 198 2 190
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 77 68 63 58 58 53 51 51
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 10 juillet[17].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 549 €[18].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Christophe, construite en 1884 sur l'emplacement de l'ancienne église romane ;
  • Château des XIVe et XVe siècles ;
  • Chapelle Sainte-Marie-du-Paradis, d'origine romane et entièrement remaniée au XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Vigier (1914-1992) : animateur du réseau Maurice dans la Résistance, député puis sénateur de Paris, né à Corneilla-del-Vercol ;
  • Pierre Jonquères d'Oriola (1920-2011) : champion olympique d’équitation né et mort à Corneilla-del-Vercol.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corneilla-del-Vercol Blason D'azur aux trois cornets droits, posés en fasce et rangés en pal.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Modification des limites territoriales des arrondissements », Préfet des Pyrénées-Orientales
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b Notice Cassini
  4. « Plan séisme » (consulté le 31 janvier 2017)
  5. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  6. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  7. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  8. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).