Jean-Marc Pujol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Marc Pujol
Illustration.
Jean-Marc Pujol en 2018.
Fonctions
Président de Perpignan Méditerranée Métropole

(6 ans, 2 mois et 27 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Paul Alduy
Successeur Robert Vila
Maire de Perpignan

(10 ans, 8 mois et 11 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Jean-Paul Alduy
Successeur Louis Aliot
Biographie
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Mostaganem (Algérie française)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
LR
Diplômé de Université Montpellier I
Profession Avocat

Jean-Marc Pujol Écouter, né le à Mostaganem en Algérie française, est un homme politique français. Membre de l'UMP puis des Républicains, il est maire de Perpignan de 2009 à 2020, année où sa liste est battue par celle du Rassemblement national conduite par Louis Aliot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat fiscaliste, Jean-Marc Pujol est également champion de France de chasse sous-marine par équipe en 1974[1] et président de la commission nationale de pêche sous-marine de la Fédération française d'études et de sports sous-marins entre 1984 et 1996.

Membre du conseil municipal de Perpignan depuis 1989, il est élu en 1995 adjoint au maire, chargé de l'urbanisme et des finances. Devenu premier adjoint, il succède au maire Jean-Paul Alduy le lorsque ce dernier démissionne de cette fonction[2].

Par un arrêté municipal du , Jean-Marc Pujol tente d'interdire le spectacle de Dieudonné prévu à Perpignan le , arguant d'une menace sérieuse de trouble à l'ordre public, mais cet arrêté est cassé par le tribunal administratif de Montpellier[3].

Candidat à sa réélection en 2014, il prend la tête d'une liste alliant l'UMP, l'UDI, le CNIP et Unitat Catalana[4]. Sa liste l'emporte au second tour avec 55,1 % des voix contre 44,9 % à celle conduite par Louis Aliot (FN)[5]. Le , il est réélu maire par le nouveau conseil municipal[6], et le , il succède à Jean-Paul Alduy à présidence de la communauté d'agglomération Perpignan Méditerranée[7].

Pendant son second mandat, plusieurs tensions fracturent la majorité municipale. En particulier, lors de la campagne présidentielle de 2017, plusieurs de ses adjoints, Romain Grau en tête, soutiennent la candidature d'Emmanuel Macron, alors que le maire défend François Fillon.

Après avoir laissé planer le doute sur sa candidature, Jean-Marc Pujol annonce en qu’il entend briguer un troisième mandat à la mairie de Perpignan[8], face à deux de ses anciens adjoints. Il tente sans succès d'obtenir le soutien de La République en marche (LREM)[9]. Les enquêtes d'opinion le donnent assez impopulaire, notamment en matière de sécurité[10]. Avec 18 % des voix à l’issue du premier tour, il arrive en deuxième position, loin derrière Louis Aliot (36 %)[11]. Au second tour, malgré le désistement des listes arrivées derrière lui (EÉLV et LREM) dans le but de constituer un « front républicain » face à la liste d’extrême droite, Jean-Marc Pujol est battu avec 46,9 % des suffrages[12]. Il annonce alors son retrait de la vie politique et Louis Aliot lui succède le 3 juillet 2020[13].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wikicsm.com, éléments biographiques.
  2. « Perpignan. Pujol succède à Alduy à la mairie », La Dépêche, 23 octobre 2009
  3. « Affaire Dieudonné: Le maire UMP de Perpignan soutient Valls », 20 minutes, 29 décembre 2013
  4. « Municipale de Perpignan : les nouvelles têtes de la liste Pujol (UMP) », L'Indépendant de Perpignan, 21 février 2014.
  5. « Résultats Municipales 2014 à Perpignan », L'Express, 31 mars 2014
  6. « Jean-Marc Pujol officiellement élu maire de Perpignan », L'indépendant, 4 avril 2014
  7. « Jean-Marc Pujol, élu président de l'Agglomération Perpignan Méditerranée », la-clau.net, 14 avril 2014
  8. Maïté Torres, « Municipales 2020 – Jean-Marc Pujol officiellement candidat à sa réélection », sur madeinperpignan.com, (consulté le 28 novembre 2019)
  9. « A Perpignan, Louis Aliot en quête d’alliés », sur liberation.fr, (consulté le 19 juin 2019).
  10. Maxime Macé, « À Perpignan, le RN drague l'électorat de droite et ça fonctionne », sur Slate.fr,
  11. « Municipales 2020 : le tour de France des points chauds pour le second tour », sur sudouest.fr, (consulté le 29 mai 2020).
  12. « Élections municipales de 2020 – Perpignan », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 30 juin 2020).
  13. « Perpignan : Jean-Marc Pujol abandonne la politique », La Semaine du Roussillon,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020).
  14. Décret du 31 décembre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]