Michel Allex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Allex
Fonctions
Maire de Chalon-sur-Saône

(5 ans 9 mois et 13 jours)
Prédécesseur Dominique Perben (RPR)
Successeur Christophe Sirugue (PS)
Conseiller municipal de Chalon-sur-Saône
adjoint de 1989 à 2001
1eradjoint de 2001 à 2002

(25 ans)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Jallieu
Date de décès
Lieu de décès Chalon-sur-Saône
Nationalité Française
Parti politique UMP
Profession Pâtissier-chocolatier

Michel Allex, né le à Jallieu (Isère) et mort le à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), est un pâtissier-chocolatier-confiseur-glacier reconnu et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, il devient apprenti pâtissier-chocolatier-confiseur-glacier à Jallieu[1]. En 1971, il devient chef pâtissier chez Louis Marchand à Bourgoin-Jallieu[1]. En 1975, il s'installe à son compte en reprenant une pâtisserie située sur la place de l'Hôtel de ville à Chalon-sur-Saône[1]. Il est reconnu meilleur ouvrier de France en pâtisserie en 1982 et obtient encore cette distinction comme glacier en 1985[1].

Élu au Conseil municipal de Chalon-sur-Saône en 1983, lors de la prise de la mairie par Dominique Perben, Michel Allex est délégué aux affaires sociales en 1986, puis adjoint au maire, chargé des affaires sociales, de 1989 à 1995[1].

De 1995 à 2001, toujours adjoint au maire, il est alors chargé de l'urbanisme et du développement commercial[1]. Enfin en 2001, il devient premier adjoint[1].

En 2002, le maire, Dominique Perben, est nommé ministre et renonce à ses fonctions, Michel Allex lui succède jusqu'en mars 2008[1], date à laquelle il ne se représente pas devant l'aggravation de son état de santé. Il meurt le 21 avril 2008[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2008, il est élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur[1].

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Page sur Michel Allex
  2. Le Journal de Saône-et-Loire du 22 avril 2008