Seleka (République centrafricaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seleka.
Ne doit pas être confondu avec Senecas.

La Seleka (« Coalition » en sango), aussi orthographiée Séléka[1], est une coalition constituée en août 2012 de groupes rebelles pour chasser du pouvoir le président centrafricain François Bozizé, ce qu'elle fera au mois de mars 2013 [2]. Elle est ensuite officiellement dissoute[3],[4],[5],[6] mais continue de contrôler le terrain avant d'éclater en plusieurs factions à la fin de l'année 2014 qui dominent encore aujourd'hui une large partie du pays.

Composition et effectifs[modifier | modifier le code]

Les groupes constitutifs de la Seleka à sa fondation sont :

Le secrétaire général de la Seleka est Justin Kombo Moustapha[12] (UFDR). En mai 2014, le général Joseph Zoundeko, de l'UFDR, est nommé chef d’état-major[13].

Un autre de ses chefs connus est Arda Hakouma, basé à Sibut.

Ses effectifs auraient été d'environ 20 000 personnes en 2013[14],[15]. En 2014, l'armée française estimait le nombre de ses combattants à plusieurs milliers, sans précision (la Seleka en revendiquant alors 10 000)[13].

Composée en partie de mercenaires tchadiens, libyens et soudanais[16],[17], la Seleka se caractérise par une coalition ethnique à coloration religieuse musulmane dans une République centrafricaine dont la population est à 80 % chrétienne.

Elle a reçu un soutien du Tchad qui considère le nord de la Centrafrique comme son arrière-cour, stratégique notammen du fait de ses ressources pétrolières[18]. Elle dispose aussi d'un soutien en véhicules, en armes et en munitions de la part du Soudan[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

En décembre 2012, Michel Djotodia rentre en Centrafrique et participe à la fondation de la Seleka qui s'empare rapidement d'une grande partie du pays. Les accords de paix de Libreville échouent dès mars 2013 : la Seleka accuse à nouveau Bozizé de n'avoir pas tenu ses promesses et reprend des villes de taille importante.

Le 11 mars 2013, la ville de Bangassou est conquise par une faction dissidente de Seleka[20].

Le , Djotodia prend le pouvoir et se proclame président de la République[21] à la suite de la prise de la capitale Bangui par les rebelles[22] au cours de laquelle a été renversé le général François Bozizé[23]. 500 soldats français sont déployés à Bangui pour soutenir le nouveau régime[24],[25],[26].. Dans cette progression, de nombreuses exactions contre les chrétiens ont été constatées[27],[28].

Quelques mois après sa prise du pouvoir en mars, il dissout la Seleka[29] mais sans changement notable dans la mesure où la rebellion tient le terrain et que le gouvernement se montre incapable de rétablir les institutions.

Les rebelles se livrent par la suite à de nombreuses exactions contre les populations[30]. Elles doivent en outre s'opposer aux milices d'auto-défense anti-balaka[31]. D’après Médecins sans frontières, le samedi 26 avril, des ex-Seleka attaquent l’hôpital de Nanga Boguila, faisant seize victimes. Avant cela, à Boningi, ils ont tué deux personnes. Puis, à Bodjomo, quatre personnes, dont deux catéchistes[32].

Le 22 août, à la suite des refus de la population civile du village de Bohong de subir les persécutions de la Seleka[33], le village subit de violentes représailles entraînant de dizaines de morts, des viols et des pillages[34], visant spécifiquement la population chrétienne[35]. Un millier d'habitants quittent le village.

Le 19 septembre, trois généraux de la Seleka — Mahamat Al-Khatim, Ahmat Abdallah Faya et Ali Darassa — décident de quitter le mouvement, ainsi que le capitaine Ahmat Nadjad Ibrahim, alors porte-parole[36].

En 2015, la République de Logone (en), aussi connue comme la République du Dar el-Kouti est proclamée.

Le 5 décembre 2013, l'opération Sangaris[37],[38] lancée par l’armée française à la suite de l'effondrement de l'Etat aboutit à des combats entre cette dernière et les forces de l'ex-Seleka.

De l'éclatement de la Seleka à la fin de l'année 2014 se forment plusieurs factions, aujourd'hui partagées entre alliances et conflits, comme l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) dirigé par Ali Darassa, le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) dirigé par Mahamat Al-Khatim, le Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique (RPRC) de Zakaria Damane ou encore le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC)[39],[40], formation majoritaire dirigée par Noureddine Adam.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Tempête sur Bangui, scénario, dessin et couleurs de Didier Kassaï, Éditions La Boîte à Bulles, 152 pages, 2015. La BD raconte l'attaque des rebelles de la Seleka sur Bangui en 2012-2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France24 Les rebelles du Séléka sont aux portes de Bangui
  2. Centrafrique: revivez la journée du dimanche 24 mars
  3. Centrafrique : Michel Djotodia annonce la dissolution de la Séléka, 13/09/2013, Jeune Afrique
  4. FAC SIMILE du Décret de dissolution de la coalition Séléka et de la CPJP, La Nouvelle Centrafrique
  5. RCA: le président Djotodia annonce la dissolution de la Séléka, 13.09.2013, La Voix de l'Amérique
  6. CAR's new president dissolves rebel group, 14 Sep 2013, Al Jazeera
  7. a, b, c et d Agonie silencieuse de la Centrafrique, Vincent Munié, Octobre 2013, Le Monde Diplomatique
  8. RCA: qui sont vraiment les combattants de la Seleka?
  9. Convention Patriotique du Salut du Kodro
  10. Centrafrique : L'A2R rejoint à son tour la coalition du Séléka
  11. Communiqué n° 001 du 19 mars 2013 du mouvement M2R qui remplace l’A2R
  12. Communiqué de presse de la Seleka
  13. a et b Vincent Duhem, Centrafrique : à la Séléka, c’est chacun pour soi, Jeune Afrique, 30 septembre 2014.
  14. A la Une : la Centrafrique avec la dissolution de la Seleka - RFI - Lundi 16 septembre 2013
  15. Centrafrique: désarmement des chefs de l’ex-Seleka - Journal de Bangui et RFI - 23/09/2013
  16. Centrafrique : Déclaration historique sur la guerre du pétrole
  17. Centrafrique :la France mise sur son allié tchadien, Le Figaro, 17/12/2013
  18. [PDF] Les défis de la stabilité en Centrafrique, PHILIPPEHUGON, février 2014, Institut des relations internationales et stratégiques
  19. RFI : Centrafrique: un rapport confirme le soutien du Soudan à la Seleka
  20. Pour l’Evêque de Bangassou, « la Seleka est formée de djihadistes, notre situation est similaire à celle du Mali »
  21. « Michel Djotodia, nouvel homme fort de Bangui », Le Figaro, 25 mars 2013.
  22. « En Centrafrique, les rebelles prennent Bangui », Le Figaro, 24 mars 2013.
  23. « Centrafrique : Paris ne veut plus jouer au gendarme », Le Figaro, 26 mars 2013.
  24. « Comment la France a soutenu la Seleka et son gouvernement ».
  25. « Centrafrique : François Bozizé réfugié au Cameroun après le coup d’État éclair », sur francetvinfo.fr, (consulté le 25 mars 2013)
  26. « Centrafrique : la communauté internationale dénonce le coup de force des rebelles », sur lemonde.fr, (consulté le 25 mars 2013)
  27. La laïcité en danger en Centrafrique
  28. Les leaders religieux ont appelé au respect de laïcité à tous les croyants de Centrafrique, le vendredi après une rencontre à l’évêché de Bangui
  29. « Musulmans et chrétiens en Centrafrique : plongée au cœur du chaos », bfmtv.com, 22 octobre 2013.
  30. Musulmans et chrétiens en Centrafrique: plongée au cœur du chaos
  31. []
  32. RCA: traversée meurtrière de l’Ouham par d’ex-Seleka
  33. La mission du commandement militaire de Bouar à Bohong obligée de rebrousser chemin
  34. Nouvelle profanation d'une église
  35. « Scènes d’apocalypse » dans un village centrafricain
  36. RFI : Centrafrique: plusieurs généraux de la Seleka quittent le mouvement
  37. En Centrafrique, tension entre la Séléka et l’armée française à Bambari - La Croix - 22/5/14
  38. Combats à Bambari entre soldats français et Seleka - Paris Match - Mai 2014
  39. Centrafrique Libre : CENTRAFRIQUE : LA SELEKA SE RECONSTITUE EN PARTI POLITIQUE
  40. RFI : RCA: l’ex-Seleka complique la préparation du Forum de réconciliation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]