Bataille de Kessab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Kessab
Description de cette image, également commentée ci-après
Une vue du village de Kessab en 2009.
Informations générales
Date 21 mars
(2 mois et 25 jours)
Lieu Kessab
Issue Victoire des loyalistes
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne InfoboxHez.PNG HezbollahLogo of the Islamic Front (Syria).svg Front islamique

Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Harakat Sham al-Islam.svg Harakat Cham al-Islam
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Flag of Jihad.svg Jound al-Cham
Drapeau de la Turquie Turquie
Commandants
• Hilal al-Assad †• Abou Souhaib al-Turkmeni †
• Ibrahim Benchekroun †
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
194 morts au moins
500 blessés au moins
(selon l'OSDH, du 21 au 31 mars 2014)[1]
128 morts au moins
230 blessés au moins
(selon l'OSDH, du 21 au 31 mars 2014)[1]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 56′ 00″ nord, 35° 59′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Kessab

La bataille de Kessab, appelée l'offensive al-Anfal par les rebelles, a lieu lors de la guerre civile syrienne. Le , les rebelles lancent depuis la Turquie une offensive sur la ville de Lattaquié. Ils s'emparent de Kessab, située sur la frontière, les loyalistes contre-attaquent et après des combats longtemps indécis, ils reprennent la ville le 15 juin.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Carte de situation de l'offensive dans le Gouvernorat de Lattaquié (mars 2014).
  • Zones contrôlées par le régime syrien et ses alliés.
  • Zones contrôlées par les rebelles.

Le 21 mars 2014, au nord, les rebelles lancent une offensive préparée depuis plusieurs mois et visant à prendre le gouvernorat de Lattaquié depuis la Turquie[2]. Ils franchissent la frontière à l'ouest et au sud-est de Kessab[2]. L'attaque part du mont Kassius et des villages turkmènes (en territoire turc) situés sur les hauteurs. Elle est menée par plusieurs groupes islamistes : le Front al-Nosra, Ansar al-Cham, Ahrar al-Cham et le Harakat Cham al-Islam[3],[4]. La 1re division côtière de l'Armée syrienne libre prend également part à l'offensive[5]. Les rebelles disposent de quelques chars et dès le premier jour ils s'emparent de la petite ville de Kessab[2].

Le 22 mars, les rebelles prennent la colline de site militaire dénommé « l’Observatoire 45 », l'armée syrienne contre-attaque rapidement et des combats acharnés et indécis ont lieu[6].

Le 23 mars, un MiG-23 syrien est abattu près de Kessab par un F-16 turc, le pilote parvient à s'éjecter[7]. La Turquie accuse la Syrie d'avoir violé son espace aérien, ce que la Syrie nie en dénonçant le soutien de la Turquie aux « groupes terroristes »[7].

Peuplée d'environ 5 000 habitants, la population du canton de Kessab est principalement chrétienne et Arménienne et compte aussi un tiers d'alaouites[8]. La prise de la ville par des groupes islamistes provoque l’émoi en Arménie et dans le monde. Depuis le début de la guerre civile en Syrie, les habitants de Kessab ont accueilli nombre de réfugiés de la diaspora arménienne fuyant les villes syriennes ravagées (dont ceux du village arménien de Yacoubié, vidé de sa population). Dès le début de l'attaque, presque toute la population arménienne de la ville prend la fuite en direction de Lattaquié, sans rencontrer d'opposition de la part des rebelles qui les laissent passer sur certains points[9]. Ces derniers publient des vidéos pour chercher à rassurer la population[2], le maire arménien de la ville, Vasken Chaparian, déclare qu'à sa connaissance, « aucun Arménien n'a été tué ou blessé »[10]. Cependant des pillages sont commis dans des maisons, l'église est incendiée, les murs sont tagués de graffitis anti-chrétiens, des tombes sont profanées et des statues détruites[11].

Le 25 mars, les rebelles prennent le village de Samra, donnant ainsi pour la première fois à la rébellion syrienne une ouverture sur la mer[2].

De violents combats s'ensuivent, notamment pour le contrôle de la tour 45[12], capturé par Ansar Al-Cham le 26 mars, reprise définitivement par l'armée syrienne le 3 avril[13]. L'aviation syrienne pilonne les environs de Kessab[14]. Le front se stabilise et l'armée gouvernementale syrienne entame alors une contre-offensive. Le 14 avril la Force de défense nationale reprend le Mont Sal Darine Tchalma, offrant une position en hauteur favorable à l'artillerie[15]. Le 28 avril, des commandos de l'unité Suqur Al Sahra (« les Faucons du Désert ») de l'armée syrienne reprennent le village d'al-Samra en débarquant depuis la mer, bloquant l'accès des islamistes à la mer[16].

Le 14 juin, face à la contre-offensive de l'armée syrienne et du Hezbollah, la plupart des rebelles abandonnent Kessab et se replient en Turquie[17]. Le 15 juin 2014, l'armée syrienne entre dans la ville et en reprend le contrôle après des combats contre quelques petits groupes rebelles[17]; Dans les jours qui suivent, les habitants commencent à rentrer chez eux[18].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les combats livrés du 21 au 30 mars font plus de 1 000 tués ou blessés, dont 128 morts chez les rebelles et 194 tués du côté des loyalistes[19],[1].

Parmi les morts figurent le général Hilal Al-Assad, un cousin éloigné du président Bachar el-Assad, chef des Forces de défense nationale du gouvernorat de Lattaquié, tué le 23 mars avec sept de ses hommes[7],[20]. Un chef rebelle, Abou Souhaib al-Turkmeni, est tué au début des combats[2]. Ibrahim Benchekroun, chef du groupe djihadiste Harakat Cham al-Islam, meurt au combat le 2 avril[21],[22].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c More than 1000 fighters killed in Lattakia clashes, OSDH, 31 mars 2014.
  2. a b c d e et f Jean-Pierre Perrin, Les islamistes du Front al-Nusra s’infiltrent dans le nord de la Syrie, Libération, 26 mars 2014.
  3. Nicolas Falez, Offensive rebelle dans le nord de la Syrie, RFI, 24 mars 2014.
  4. Dominic Evans, Rebels battle for Syria border post near Mediterranean, Reuters, 22 mars 2014.
  5. Hasan Mustafa, The moderate rebels: a growing list of vetted groups fielding BGM-71 TOW anti-tank guided missiles, octobre 2015.
  6. Paul Khalifeh, A Lattaquié, la contre-attaque des rebelles surprend le régime syrien, RFI, 23 mars 2014.
  7. a b et c La Turquie abat un avion de chasse syrien, Le Monde avec AFP et Reuters, 23 mars 2014.
  8. Contre-offensive rebelle d'envergure dans le nord de la Syrie, L'Obs avec AFP, 24 mars 2014.
  9. Les chrétiens du village de Kassab poussés à l’exode par les combats, France 24, 24 mars 2014.
  10. Ignace Leverrier, « L’épuration ethnique » des Arméniens en Syrie : dramatiser pour mieux mobiliser, Un œil sur la Syrie, 7 avril 2014.
  11. Françoise Wallemacq et Patrice Hardy, Les revenants de Kessab: reportage dans la communauté arménienne de Syrie, RTBF.be, 14 septembre 2015.
  12. Carte Wikimapia.
  13. The first moments when Syrian Army recaptured tower 45 from Al Qaeda psychopaths, LiveLeaks, 5 avril 2014.
  14. Benjamin Barthe et Guillaume Perrier, Discrètement aidés par l'armée turque, les rebelles syriens font une incursion sur la côte, Le Monde, 28 mars 2014.
  15. L'armée syrienne prend le contrôle du mont de Sal Darine, Sana, 14 avril 2014.
  16. Syrian army cuts militants’ access to sea in Latakia, Syria 360°, 28 avril 2014.
  17. a et b Syrie: l'armée reprend la ville de Kassab, frontalière de la Turquie, AFP, 15 juin 2014.
  18. Firas Makdesi, Syrie-Les habitants de Kassab de retour après le départ des rebelles, Reuters, 16 juin 2014.
  19. Syrian army claims seizure of key Latakia position, The Daily Star, 1er avril 2014.
  20. Un cousin de Bachar al-Assad tué dans des combats près de Lattaquié, France 24 avec Reuters, 24 mars 2014.
  21. David Thomson, L'arrivée en Syrie, Les Jours, 12 février 2016.
  22. >David Thomson et Wassim Nasr, Exclusivité RFI: les jihadistes marocains en Syrie, RFI, 10 mai 2014.