4e corps d'armée (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 4e corps d'armée.

4e Corps d'Armée
Création 1805
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Corps d'Armée
Garnison Le Mans
Guerres Guerres napoléoniennes
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille des Ardennes
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille de l'Ourcq)
1914 - 1re Bataille de l'Aisne
1914 - 1re bataille de Picardie
1915 - 2e bataille de Champagne
1917 - Bataille des monts de Champagne
1918 - 4e bataille de Champagne
1918 - Seconde bataille de la Marne
1918 - Bataille de la Serre
1918 - Poussée vers la Meuse

Le 4e Corps d'Armée est une unité de l'armée française.

Créations et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1873 : Création du 4e Corps d'Armée au Mans par le général Deligny
  • 4e Corps d'Armée
  •  : Groupement G
  •  : 4e Corps d'Armée

Les chefs du 4e corps d'armée[modifier | modifier le code]

De 1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Cantonnements[modifier | modifier le code]

Comprend les départements d'Eure-et-Loir, de la Mayenne, de l'Orne et de la Sarthe.

Composition :

Le 4e corps, faisant partie des troupes encerclées dans Metz, est fait prisonnier avec son général le .

Composition en 1870[modifier | modifier le code]

Division Brigade Régiment
1re division d'infanterie 1re brigade d'infanterie 1er régiment d'infanterie de ligne
6e régiment d'infanterie de ligne
20e bataillon de chasseurs à pied
2e brigade d'infanterie 57e régiment d'infanterie de ligne
73e régiment d'infanterie de ligne
Artillerie 2 batteries de 4, une de mitrailleuses
Génie une compagnie
2e division d'infanterie 1re brigade d'infanterie 13e régiment d'infanterie de ligne
43e régiment d'infanterie de ligne
5e bataillon de chasseurs à pied
2e brigade d'infanterie 64e régiment d'infanterie de ligne
98e régiment d'infanterie de ligne
Artillerie 2 batteries de 4, une de mitrailleuses
Génie une compagnie
3e division d'infanterie 1re brigade d'infanterie 15e régiment d'infanterie de ligne
33e régiment d'infanterie de ligne
2e bataillon de chasseurs à pied
2e brigade d'infanterie 54e régiment d'infanterie de ligne
65e régiment d'infanterie de ligne
Artillerie 2 batteries de 4, une de mitrailleuses
Génie une compagnie
Division de cavalerie 1re brigade de cavalerie 2e régiment de hussards
7e régiment de hussards
2e brigade de cavalerie 3e régiment de dragons
11e régiment de dragons
Réserve d'artillerie 2 batteries de 12, 2 batteries de 4 (montées), 4 batteries de 4 (à cheval)
Parc d'artillerie Réserve et parc de génie

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

À la mobilisation de 1914[modifier | modifier le code]

Constitué au Mans, il est formé des 7e et 8e Divisions d'Infanterie.

Il est subordonné, au début de la Première Guerre mondiale à la 3e Armée.

7e Division d'Infanterie

  • 13e brigade :
101e Régiment d'Infanterie
102e Régiment d'Infanterie
  • 14e brigade :
103e Régiment d'Infanterie
104e Régiment d'Infanterie

8e division d'infanterie

  • 15e brigade :
124e Régiment d'Infanterie
130e Régiment d'Infanterie
  • 16e brigade :
115e Régiment d'Infanterie
117e Régiment d'Infanterie

EOCA

  • Régiments d'infanterie (rattachés au 4e CA) :
315e Régiment d'Infanterie
317e Régiment d'Infanterie
4e escadron du train des équipages militaires
4e section de secrétaires d'état-major et du recrutement
4e section d'infirmiers militaires
4e section de commis et ouvriers militaires d'administration

Changements au cours de la guerre[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

 : combat de Mangiennes.
30 -  : combat dans la région Dun-sur-Meuse, Fossé. Le 1er septembre, continuation du repli vers la région Sainte-Menehould, Vienne-la-Ville.
 : combat vers Goyencourt.
 : réduction du front à gauche jusque vers Bouchoir.
 : prise du Quesnoy-en-Santerre.
 : attaque sur Andechy.
  • -  : retrait du front et à partir du transport par V.F. dans la région de L'Épine ; repos.

1915[modifier | modifier le code]

  • -  : occupation d'un secteur vers la ferme des Wacques et la ferme des Marquises.
 : réduction du secteur à droite jusque vers Auberive-sur-Suippe.
25 septembre - 6 octobre : engagé dans la seconde bataille de Champagne. Attaques françaises sur le mont Sans Nom et sur Auberive-sur-Suippe.
 : réduction du secteur à droite jusqu'en deçà d'Auberive-sur-Suippe.
 : attaque allemande par gaz.
  • -  : retrait du front, mouvement vers la région de Givry-en-Argonne ; repos.
  • -  : occupation d'un secteur dans la région Aisne, Maisons de Champagne.
, 2 et  : coup de main allemand sur le mont Tétu.
 : front étendu à gauche jusque vers la cote 196.
 : front étendu à gauche vers Tahure et réduit à droite vers la Main de Massiges.
 : secteur étendu à gauche vers la butte de Souain.
 : secteur étendu à gauche à nouveau vers l'Épine de Vedegrange.
 : légère réduction du front à droite.
 : limite droite ramenée vers Maison de Champagne.

1916[modifier | modifier le code]

  • -  : retrait du front, puis à partir du , transport par V.F. dans la région de Dormans. Repos et instruction dans la région de Ville-en-Tardenois. À partir du , mouvement vers la région de Crépy-en-Valois, puis vers celle de Beauvais ; repos.
  • -  : mouvement vers le Nord. À partir du , occupation d'un secteur vers Chilly, Ablaincourt.

1917[modifier | modifier le code]

  • 25 -  : retrait du front, mouvement vers Bar-le-Duc.
  • -  : occupation d'un secteur vers le bois de Loclont, Saint-Mihiel et l'étang de Vargévaux.
  • -  : retrait du front, mouvement vers Mourmelon-le-Grand et occupation d'un secteur vers les monts et la ferme des Marquises.
14 -  : attaques françaises dans la région des Monts de Champagne (bataille des Monts).
 : attaque allemande dans la même région.
 : extension du front à droite jusque vers le Téton.
 : offensive locale française au nord du mont Blanc.
 : extension du front à droite jusqu'à Auberive-sur-Suippe.
 : limite gauche portée à l'ouest de Prunay.
1er juin : limite droite ramenée vers le mont Sans Nom.
 : limite droite portée jusqu'à Auberive-sur-Suippe (exclu).
 : limite gauche ramenée vers Prunay.

1918[modifier | modifier le code]

 : combat à Nanteuil-sur-Aisne.
  • -  : organisation du front vers Thugny-Trugny, Nanteuil-sur-Aisne.
 : réduction du front à droite jusqu'au sud de Rethel. Rôle défensif pendant la bataille de la Serre, à partir du 1er novembre, préparatifs d'offensive.

Rattachement[modifier | modifier le code]

4 -
-
-
-
-
8 -
25 -
-
-
-
-
-
7 -
-
  • G.M.P.
2 -

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]