5e bataillon de chasseurs à pied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
5e bataillon de chasseurs à pied
Image illustrative de l'article 5e bataillon de chasseurs à pied
Insigne du bataillon

Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type infanterie
Rôle infanterie parachutiste
Décorations fourragere 14-18

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1840 : colonel Mellinet,
  • 1845 : chef de bataillon Certain Canrobert,
  • 1849 : chef de bataillon Pierre Auzouy,
  • 1854 : chef de bataillon Landry de Saint Aubin,
  • .
  • 1913 – 1914 : commandant Jacquemot,
  • 1914-1915 : commandant Charles Colardelle
  • 1915 – 1915 : Commandant Charles Barberot,
  • .
  • 1946 : Leroy,

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

1815 à 1852[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 1849, le 5e BCP, sous le commandement du chef de bataillon Pierre Auzouy, est en garnison à Blidah en Algérie.

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1870 à 1914[modifier | modifier le code]


garnisons : Remiremont (Vosges), 1910-1913 (au moins)

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Dissous en 1929.
Recréé en 1937 à Bruyères, comme 5e bataillon de chasseurs portés, tout comme le 17e.

5° et 17° bataillons de Chasseurs Portés, sont les deux premières unités de l'Armée de terre française spécialement constituées pour accompagner les unités blindées des divisions cuirassées (à l'instar des panzergrenadiers allemands ou des bersaglieri italiens).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dissous en 1940.

Formation du bataillon au Blanc, début janvier 1945 avec des résistants des maquis de l'Indre; Front d'Alsace à Vieux Thann, Oberfeld, Hartmannswillerkopf,(janvier-février-mars 1945); poche de Saint-Nazaire au Thillot près de Redon (mars-avril-mai 1945);

De 1946 à nos jours[modifier | modifier le code]

  • Algérie : Oran, Alger, Grande Kabylie, Fort National 1945-1949;
  • Oranais-Maroc (I955-1962);
  • dissolution du 5e BCP en 1962

Traditions[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Qui s'y frotte s'y pique

Insigne[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Médaille militaire (fourragère) 1914-1918

Chant[modifier | modifier le code]

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillon[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.
  • Marcel Burchard-Bélavary (capitaine): Histoire du 5e bataillon de chasseurs. Algérie, Crimée, Italie, Metz. Récits dédiés aux chasseurs du bataillon, Ed. Charles Lavauzelle, Paris, 1904
  • G. de Sourdeval (capitaine-adjudant-major): Histoire du 5e bataillon de chasseurs à pied; Ed. Laplaiche, Dijon, 1876
  • Historique du 5e bataillon de chasseurs alpins : campagne 1914-1918, Paris, Chapelot, 103 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Lettres de ie Pierre Collot 1917-1918 Lettres d'un engagé du 5ème bataillon de Chasseurs à pieds