2e bataillon de chasseurs à pied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

2e Bataillon de Chasseurs à Pied
Dissolution 1992
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Bataillon de Chasseurs à Pied
Rôle Infanterie
Devise Toujours servir gaiement
Inscriptions
sur l’emblème
Voir drapeau unique des chasseurs
Guerres Seconde guerre de l'opium
Première Guerre mondiale
Batailles Palikao
1914 - Bataille de la trouée de Charmes
Fourragères Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918 quatre palmes
deux étoiles de vermeil
deux étoiles d'argent

Le 2e bataillon de chasseurs à pied est un bataillon de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1840 : Chef de bataillon : Faivre
  • 1841 : Colonel Froment-Coste
  • 1841-1844 : Colonel Uhrich | 2° BCP/Chasseurs d'Orléans
  • 14/04/1844 - 10/07/1848 : Commandant de Failly
  • 1848-1852 : Colonel Pursel
  • 1852-1854 : Colonel Paulze d'Ivoy
  • 1854-1858 : Colonel Giraud
  • 1858-1860 : Colonel Guillet de la Poterie
  • 1860-1868 : Colonel Comte
  • 1868-1870 : Colonel Bernot de Charant
  • 1870-1874 : Colonel Le Tanneur
  • 1875-1880 : Colonel Barre
  • 1880-1884 : Colonel Larchand
  • 1884-1890 : Colonel Dillon
  • 1890-1895 : Colonel de Percy
  • 1895-1897 : Colonel Journée
  • 1898-1906 : Chef de bataillon de Mac Mahon
  • 1906-1909 : Colonel Guillemont
  • 1909-1913 : Colonel Le Bouhelec
  • 1913-1914 : Colonel Boussat
    • Pendant la Grande Guerre, le 2e a été commandé provisoirement, quelques jours, par des capitaines :
    • en 1914 - Trichot
    • en 1917 - Chèvre
    • en 1918 - de Margerie
  • 1914 : Colonel Pighetti de Rivasso
  • 1914-1915 : Colonel Strohl
  • 1916-1918 : Colonel Mellier
  • 1918-1919 : Colonel Vetillard
  • 1919-1925 : Commandant Mercier
  • 1952-1954 : colonel Lemaigre
  • 1954-1956 : colonel Chambost de Lepin
  • 1956-1958 : colonel Evenou
  • 1958-1960 : colonel Gaucher
  • 1960-1962 : colonel Bouillet
  • 1962-1964 : Colonel Roland Costa de Beauregard
  • 1964-1966 : colonel Lavigne Delville
  • 1966-1968 : Colonel Biré
  • 1968-1970 : Colonel Lafontaine
  • 1970-1972 : Colonel Scherrer
  • 1972-1974 : Colonel Prieur
  • 1974-1976 : Colonel Couillaud
  • 1976-1978 : Colonel Lescel
  • 1978-1980 : Colonel Dewatre
  • 1980-1982 : Colonel Andrieu
  • 1982-1984 : Colonel Chessel
  • 1984-1986 : Colonel Giacomini
  • 1986-1988 : Colonel Pahlawan
  • 1988-1990 : Colonel Guitart
  • 1990-1992 : Colonel Gosse

Historique des garnisons, combats et bataille du 2e bataillon de chasseurs à pied[modifier | modifier le code]

  • 1840 : Saint-Omer
  • 1841-43 : Vincennes
  • 1844 - 1847 : Metz
  • 1848 - 1850 : Strasbourg
  • 1851 - 1852 : Constantine
  • 1852 - 1853 : Toulouse
  • 1854 - 1856 : Vincennes
  • 1857- 1861 : St Omer
  • 1862 - 1864 : Lyon
  • 1867 : Rome
  • 1868 - 1870 : Douai
  • 1871 - 1873 : Paris
  • 1874 - 1876 : Amiens
  • 1877 - 1879 : Miliana (Algérie)
  • 1880 - 1884 : Versailles
  • 1885 - 1918 : Lunéville
  • 1919 - 1924 : Neuf Brisach
  • 1925 - 1939 : Mulhouse
  • 1940 - 1942 : Jujurieux
  • 1944 : Louhans
  • 1944 - 1945 : Campagne Alsace Allemagne
  • 1946 - 1951 : Vincennes
  • 1951- 1959 : St Wendel (Allemagne)
  • 1960 - 1977 : Saarburg (Allemagne)
  • 1978 - 1992 : Neustadt (Allemagne)
  • 31 juillet 1992 : Dissolution

Monarchie de Juillet (1830 -1848)[modifier | modifier le code]

En 1837, le besoin de moderniser l'armée et en particulier celui de la doter d'une infanterie légère puissante et manœuvrière conduit à la création d'une compagnie de Chasseurs d'essai (à l'initiative du Duc d'Orléans). Remarquée par le roi Louis-Philippe elle est transformée en bataillon à six compagnie, elle s'illustrera en Algérie pendant l'année 1840.

Cette même année, le Duc d'Orléans est chargé de créer 10 bataillons de ce type qui prendront l'appellation de chasseurs à pieds.

La première compagnie du 2e Bataillon est formée à Saint-Omer le 1er novembre 1840. De novembre à décembre, 7 autres compagnies complètent le Bataillon installé au camp d'Helfaut (sud de Saint-Omer). Le 1er février 1841 son premier chef de corps cède sa place au commandant FROMENT-COSTE, qui 4 années plus tard tombera à la tête du 8e Bataillon à la Bataille de Sidi-Brahim.

À Vincennes, où il est stationné, le 4 mai 1841, le commandant Froment-Coste reçoit la garde du premier drapeau des chasseurs des mains du roi. Cet emblème, unique pour toute la subdivision d'arme, est gardé par roulement par tous les Bataillons appelé le bataillon de Palikao.

Second Empire[modifier | modifier le code]

En 1849, il fait partie du corps expéditionnaire de la Méditerranée envoyé combattre la République romaine et participe au siège de Rome


Bataille de Palikao du 21 septembre 1860

La bataille de Palikao (en anglais : Battle of Palikao, en chinois : 八里桥之战 ) est une bataille décisive menée par les troupes anglaises et françaises pendant l'expédition franco-anglaise en Chine (Seconde guerre de l'opium), dans la matinée du 21 septembre 1860. Elle leur a permis de prendre la capitale Pékin et de défaire l'Empire Qing

La force combinée franco-anglaise, qui avait récemment occupé Tianjin, s’attaque à une armée chinoise forte de 30 000 soldats à Baliqiao.

C'est le 2e Bataillon de chasseurs à pied (français) qui prend le pont de Palikao durant la bataille.

Durant les combats acharnés, la force franco-anglaise inflige de grosses pertes à l'armée chinoise et finit par envahir Pékin5.


Durant la Guerre franco-prussienne de 1870, le bataillon perd 13 officiers et 230 hommes en défendant Amanvillers attaqué par une division hessoise.

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Durant la Commune de Paris en 1871, il participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Garnison en 1914 : Lunéville (Meurthe-et-Moselle)

  • Caserne Stainville
  • Quartier du Château (2 compagnies)
  • Caserne Froment-Coste (compagnie cycliste)

Rattachements

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Rattachements

  • En 1939 en garnison à Mulhouse (1/2brigade avec 4e: Colmar et 31e: Mulhouse)
  • De 1940 à novembre 1942 fait partie de l'armée - dite - d'armistice et tient garnison à Jujurieux (Ain)
  • À sa dissolution en novembre 1942,fournit en particulier le maquis du Louhanais.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Rattachements

  • Dans les années 1960, de 1960 à 1977 en garnison à SAARBURG(FFA), quartier De Lattre de Tassigny.
  • de 1978 à 1992 il était basé à Neustadt-an-der Weinstrasse en Allemagne sur deux quartiers, le quartier Turenne et le quartier Edon.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Croix de guerre 1914-1918
    • Quatre palmes (quatre citations à l'ordre de l'armée)
    • Deux étoiles de vermeil (deux citations à l'ordre du corps l'armée)
    • Deux étoiles d'argent (deux citations à l'ordre de la division)

Il obtient la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire.

Devise[modifier | modifier le code]

Toujours servir gaiment

Refrain[modifier | modifier le code]

le commandant a mal aux dents, mes enfants,
le commandant a mal aux dents, mes enfants.

Source[modifier | modifier le code]

  • Liste des chefs de Corps - Revue du Bataillon de Palikao - 2° Groupe de Chasseurs 1840-1992

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]