Évelyne Buyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buyle.
Évelyne Buyle
Description de cette image, également commentée ci-après
Évelyne Buyle en avril 2016.
Naissance (69 ans)
Le Perreux-sur-Marne (Département du Val-de-Marne - Drapeau de la France France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Séries notables Louis la Brocante

Évelyne Buyle est une actrice française, née le au Perreux-sur-Marne[1].

Évelyne Buyle a tenu de seconds rôles au cinéma et à la télévision dans les années 1970 et 1980, notamment dans des films signés Michel Audiard et Nina Companeez. Plus tard, dans les années 2000, elle a connu une nouvelle notoriété avec son rôle de Maryvonne dans la série Louis la Brocante. Spécialisée dans les rôles comiques, Évelyne Buyle se caractérise par sa voix fruitée et son jeu gai et léger, souvent employé pour des personnages insouciants et décalés[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Évelyne Buyle se forme au métier d'actrice à l'école de la rue Blanche. Elle suit des cours d'improvisation, puis les cours de théâtre classique de Maurice Escande. Elle a aussi été formée par Jean-Laurent Cochet. Cette formation lui fait d'abord travailler la tragédie, mais c'est plutôt dans la comédie que l'actrice s'impose[3].

Évelyne Buyle a commencé sa carrière d'actrice en 1970 avec un second rôle dans la pièce de théâtre Un piano dans l'herbe de Françoise Sagan et mise en scène par André Barsacq au Théâtre de l'Atelier. Elle apparaît pour la première fois sur grand écran en 1973, dans Salut l'artiste, d'Yves Robert. Au cours des années 1970 et 1980, elle obtient plusieurs seconds rôles notables au cinéma, jouant le plus souvent des jeunes femmes légères ou écervelées, comme dans Comment réussir quand on est con et pleurnichard et Bons baisers... à lundi de Michel Audiard, L'Ibis rouge de Jean-Pierre Mocky, Bonjour l'angoisse de Pierre Tchernia et Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ! de Coline Serreau.

À la même époque, la réalisatrice Nina Companeez fait d'Évelyne Buyle l'une de ses actrices fétiches. Elle lui offre un premier rôle dans le film Comme sur des roulettes en 1977, et des rôles dans le téléfilm Tom et Julie en 1976, et les séries Un ours pas comme les autres (1978) et Les Dames de la côte (1979).

Évelyne Buyle acquiert une plus grande notoriété à la fin des années 1990 et au cours des années 2000 avec la série Louis la Brocante dans laquelle elle joue aux côtés de Victor Lanoux. Elle retrouve dans son personnage de Maryvonne des traits de caractère communs à la plupart de ses rôles : légèreté, décalage et gaité. Elle s'illustre aussi dans de nombreuses pièces de théâtre à succès, appartenant autant au registre classique qu'au boulevard. Elle joue ainsi dans Le Misanthrope de Molière mis en scène par Jacques Weber, Comme s'il en pleuvait avec Pierre Arditi, et retrouve souvent l'acteur Patrick Chesnais, dans Love, Une heure et demie de retard, L'Invité de David Pharao, et Une famille modèle. Au cours des années 2010, elle est également solicitée pour de nombreux téléfilms, par exemple Mort d'un président dans lequel elle joue Claude Pompidou.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les gens du cinéma pour extrait de naissance
  2. Agnès Dalbard, « Evelyne Buyle fidèle à « Louis la Brocante » », Le Parisien,
  3. « Évelyne Buyle joue “Une famille modèle” au théâtre du Montparnasse », Tatouvu.com
  4. L'actrice a démenti dans l'émission de France Bleu "L'Invité" du 13 avril 2006, que sa première apparition au cinéma était dans le film Le Viager (1971) de Pierre Tchernia, en indiquant que :« C'est une information qui circule. Maintenant, avec ces histoires d'Internet, les gens lancent une information qui devient parole d'Évangile. Non, non, non, non, non, non. ».