Mikel Nieve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un coureur cycliste image illustrant espagnol
Cet article est une ébauche concernant un coureur cycliste espagnol.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet cyclisme.

Nieve Iturralde est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Nieve ; le second, maternel, souvent omis, est Iturralde.
Mikel Nieve
Nieve 4JDD 2010.JPG

Mikel Nieve lors des Quatre jours de Dunkerque 2010

Informations
Nom de naissance
Mikel Nieve IturraldeVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
LeitzaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Taille
177 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Poids
67 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Équipes amateurs
2003 Café Baqué-Labarca 2 amateur
2004-2007 Caja Rural
Équipes professionnelles
Principales victoires
1 classement annexe de grand tour
Leader du classement de la montagne Classement de la montagne du Tour d'Italie 2016
3 étapes dans les grands tours
Tour d'Espagne (1 étape)
Tour d'Italie (2 étapes)

Mikel Nieve Iturralde, né le à Leitza, est un coureur cycliste espagnol, membre de l'équipe Sky.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mikel Nieve devient professionnel en 2008 dans l'équipe Orbea-Oreka SDA[1]. Il intègre l'équipe ProTour basque Euskaltel-Euskadi dès la saison suivante.

Lors du Tour d'Espagne 2010, il remporte sa première victoire en s'adjugeant la 16e étape au sommet du Cotobello. Il devient, après l'abandon de son coéquipier et leader Igor Antón, le coureur de l'équipe Euskaltel-Euskadi le mieux placé au classement général final de la Vuelta, à la douzième place. Il est l'une des révélations de cette Vuelta 2010.

En 2011, il prend part au Tour d'Italie 2011, durant lequel il termine à la septième place de l'étape menant au sommet du monte Zoncolan remportée par son coéquipier Igor Antón. Le lendemain, il remporte l'étape de Conegliano-Gardeccia/Val di Fassa, l'étape reine de ce Giro après plus de 7 heures 30 d'effort. Il termine la course au dixième rang[3],[4].

En 2013, il dispute son premier Tour de France. Il est douzième du classement général et troisième d'étape au mont Ventoux. À la fin de cette saison, l'équipe Euskaltel-Euskadi disparaît. Mikel Nieve est le premier coureur de l'équipe à trouver un nouvel employeur pour la saison suivant : il est recruté par l'équipe britannique Sky, vainqueur des deux derniers Tours de France avec Bradley Wiggins et Chris Froome, et qui l'engage pour deux ans. Il est appelé à y être un équipier pour ses leaders en montagne[5],[6].

Mikel Nieve commence sa saison 2014 au Tour d'Oman, remporté par Froome. Lors de Tirreno-Adriatico, Nieve devient leader de l'équipe après que Froome, blessé au dos, a renoncé à y participer, et Richie Porte, malade, a abandonné[7]. Il prend la dixième place du classement général, après avoir perdu quatre place lors de la dernière étape, un contre-la-montre[8]. Il dispute le Tour de Catalogne, le Tour du Pays basque, le Tour de Romandie, gagné par Froome. Celui-ci occupe la première place du classement général du Critérium du Dauphiné, jusqu'à ce qu'une chute ne l'écarte de la victoire. Nieve obtient alors la possibilité de tenter sa chance lors de la dernière étape, qu'il gagne[9]. Il se classe huitième du classement général. Au Tour de France, Froome chute durant la première semaine et abandonne. Porte, leader de remplacement, est à nouveau malade et perd toute chance de victoire durant la deuxième semaine. Nieve tente de « sauver » le Tour de France de Sky en attaquant. Il est ainsi désigné coureur le plus combatif de la 18e étape, menant à Hautacam. Légèrement malade lui aussi, il n'est toutefois pas en mesure de gagner d'étape. Il termine 18e du classement général[10]. Quatrième de la Classique de Saint-Sébastien en août, il est ensuite à nouveau équipier de Froome, au Tour d'Espagne. Froome termine deuxième de cette Vuelta, derrière Alberto Contador, Nieve douzième. Initialement présélectionné pour les championnats du monde 2014[11], il n'est finalement pas retenu[12].

Toujours membre de la formation Sky en 2015, il renouvèle son contrat avec cette équipe à la fin de l'année[13].

En 2016, initialement non prévu sur cette course, il est aligné par son équipe au Tour d'Italie en tant que coéquipier de Mikel Landa après la suspension temporaire de Sergio Henao. Au cours de la dixième étape, Landa abandonne. Nieve, qui a un temps attendu son chef de file dans cette étape de montagne, termine cette étape à plus de 37 minutes du premier. Ayant ainsi plus de liberté, il parvient à remporter la treizième étape à la faveur d'une échappée. Également deuxième de la dix-neuvième étape puis quatrième de la vingtième étape, il remporte aussi le classement de la montagne de ce Giro[14],[15].

Performances et capacités physiques[modifier | modifier le code]

Antoine Vayer considère à partir des calculs de puissances développées dans les cols comme seuil du dopage « avéré » les 410 watts moyens alors qu'il le juge « miraculeux » au-delà de 430 et « mutant » au-delà de 450[16]. Lors du Tour de France 2013, l’ombre du dopage réapparaît[17] : dans la montée vers Ax 3 Domaines lors de la première étape de montagne, Nieve développe selon Antoine Vayer une puissance moyenne suspecte entre 411 et 420 watts[18].

L’interprétation des données de puissance est cependant complexe car elle devrait prendre en compte de nombreux facteurs et les analyses de Vayer sont contestées. Frédéric Grappe, entraîneur dans le cyclisme et docteur en Science spécialisé dans la physiologie de l’entraînement sportif, a mis au point pour la FDJ le PPR (« profil de puissance record »)[19]. Selon Ross Tucker spécialiste en performance sportive, les modèles de calcul de puissances (CPL, DrF, BCR, rst, etc.)[20] ont des résultats différents selon leurs méthodes de calcul des variables environnementales (température, humidité, direction, vitesse du vent, etc.), variables de courses (profil et durée de l'étape, placement de l'étape dans le tour, etc.) ou les performances du coureur (rendement énergétique qui varie de 21 à 27%, %age d’exploitation de la VO2max, etc.)[21].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

5 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Classement mondial UCI 70e[24]
UCI World Tour 52e[25] 54e[26] 66e[27] 51e[28] 44e[29]
UCI Europe Tour 1272e[30] 593e[31]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jean-François Quénet, « Nieve doubles up for Euskaltel », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 6 avril 2012)
  2. « Contador suspendu deux ans ! », sur lequipe.fr,‎
  3. a, b et c Initialement 11e, il est reclassé 10e après le déclassement d'Alberto Contador en février 2012[2].
  4. a, b et c « Giro d'Italia (ITA/UWT) 07 May-29 May 2011 - General classification: Venaria Reale - Milan », sur uci.infostradasports.com (consulté le 23 février 2012)
  5. (en) « Mikel Nieve looking forward to helping Team Sky's leaders », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  6. (en) « Nieve confirms two-year deal with Sky », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  7. (en) « Nieve shines for Sky in the absence of Porte », sur cyclingquotes.com,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  8. (en) « Contador wins Tirreno-Adriatico », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  9. « Dauphiné - Mikel Nieve : "Une seule opportunité" », sur cyclismactu.fr,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  10. « Nieve: This was my final chance », sur cyclingquotes.com,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  11. A.Ro., « Contador quand même présélectionné », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  12. « Championnats du monde : l'Espagne sans Alberto Contador », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  13. « Le journal des transferts », sur velo101.com,‎ nil (consulté le 20 septembre 2015)
  14. (en) Barry Ryan, « Landa's withdrawal gives Nieve freedom to shine at Giro d'Italia », sur cyclingnews.com,‎
  15. (en) « Nieve saves Team Sky's Giro d'Italia with mountains classification victory », sur cyclingnews.com,‎
  16. Antoine Vayer, « Tour de France : la montagne, révélateur du dopage », sur lemonde.fr,‎
  17. Charles Carrasco, « Tour : Froome et l’ombre du dopage », sur Europe1.fr,‎
  18. Antoine Vayer, « Froome aussi puissant qu'Armstrong et Ullrich en 2003 », sur LeMonde.fr,‎
  19. Marion Gachies, « Le PPR de la FDJ : mode d'emploi du suivi du "Profil Puissance Record" », sur eurosport.fr,‎
  20. (en) Ross Tucker, « Froome takes yellow with a commanding climb. What are the implications ? », sur sportsscientists.com,‎
  21. (en) Power & Speed Models, site du Cycling Power Lab
  22. a et b Initialement douzième, Mikel Nieve est classé dixième après déclassement d'Ezequiel Mosquera et David García Dapena.
  23. a et b « Classement général du Tour d'Espagne 2010 », sur uci.ch (consulté le 26 mai 2013)
  24. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  25. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 février 2012)
  26. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1er novembre 2014)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  29. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 5 octobre 2015)
  30. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  31. « Classements Route UCI 2007 - 2008 - 10/17/2008 - Classements finaux des Circuits Continentaux UCI - Classement Individuel - Hommes Elite et Moins de 23 ans - Europe Tour », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 17 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :