Énergie propre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une énergie propre, ou énergie verte, est une source d'énergie primaire qui produit une quantité relativement faible de polluants lorsqu'elle est transformée en énergie finale puis utilisée comme telle. Le concept d'énergie propre est distinct de celui d'énergie renouvelable : une énergie est dite renouvelable si elle se reconstitue, indépendamment de la pollution ou des déchets qu'elle génère ; inversement, le fait qu'une énergie soit propre n'implique pas qu'elle soit indéfiniment disponible.

Toutes les sources d'énergie produisent des déchets, ne serait-ce que lors des phases de construction[1]. Certaines ont, de plus, des effets indirects sur l’environnement, comme les barrages, dont la biomasse se décompose en produisant du méthane, un gaz à effet de serre. La notion d'énergie propre est donc relative et soumise à une appréciation subjective.

Six pays (le Japon, les États-Unis, l'Allemagne, la République de Corée, le Royaume-Uni et la France) sont à l'origine de 80 % des brevets déposés dans ce domaine[2].

Sources d'énergie « propre »[modifier | modifier le code]

Parc éolien.

Les sources d'énergie suivantes sont généralement citées comme des énergies propres :

Émissions de particules PM10 et d'oxydes d'azote (NOx) de systèmes de chauffage actuels.
Émissions de PM10 et de NOx (NO + NO2) de systèmes de chauffage actuels en Suisse. Émissions directes.
Autres émissions = émissions sur la chaîne de production.

On cite aussi, mais de façon beaucoup plus contestable :

Dans les deux derniers cas, il ne s'agit pas à proprement parler d'énergie, seulement d'une énergie virtuelle : l'économie réalisée entre une consommation de référence arbitraire et la consommation réelle. Même si l'énergie la plus propre est celle que l'on ne consomme pas, et toute réduction de la consommation par sobriété énergétique ou le développement de l'efficacité énergétique est souhaitable, la propreté n'est pas un concept quantitatif mais qualitatif.

Exemples[modifier | modifier le code]

À titre d'exemple, en Allemagne (Hesse), HEAG (de) a une filiale Entega (de) spécialisée dans l'électricité verte. HSE, pourvoyeur de l'électricité en Hesse avec 2 329 salariés (fournissant 7,9 milliards de kWh) a déjà mi-2008 360 000 abonnés, dont 55 000 en un an. Son objectif est de produire 70 % de son électricité avec des sources renouvelables, propres et sûres (en 2008, 55 % de son électricité est verte et 45 % issue de centrales au gaz, biogaz ou charbon[3]).

Controverses sur le cas du nucléaire[modifier | modifier le code]

Le statut de l'énergie nucléaire comme « énergie propre » est sujet à débat. En effet, si celle-ci présente l'un des plus bas taux d'émission de gaz à effet de serre, elle est génératrice de déchets nucléaires : tout comme n'importe quelle source d'énergie il y a des déchets ultimes (directement ou indirectement). Selon cette convention actuelle de « déchet », l'énergie nucléaire n'est pas considérée comme une énergie propre. Il convient également d'appréhender l'ensemble du processus de production énergétique, notamment l'extraction d'uranium et le démantèlement des centrales , afin d'évaluer les rejets en CO2 de l'énergie nucléaire. Précisément, les études montrent que sur le cycle de vie, la production de gaz à effet de serre par le nucléaire est comparable à celles de l'énergie solaire ou de l'énergie éolienne[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) C. Wang, « Potential climatic impacts and reliability of very large-scale wind farms », Atmospheric Chemistry and Physics,‎ (lire en ligne), également sur [PDF].
  2. Programme des Nations unies pour l'environnement, Office européen des brevets et ICTSD, « Patents and clean energy: bridging the gap between evidence and policy », sur Office européen des brevets, (consulté le 18 octobre 2018)
  3. Enerpress 19 juin 2008, p. 4.
  4. (en) IPCC (GIEC), Renewable Energy Sources and Climate Change Mitigation, Cambridge, CAMBRIDGE UNIVERSITY PRESS, , 1076 p. (ISBN 978-1-107-60710-1, lire en ligne), p. 732

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]