Hydroélectricité au fil de l'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'hydroélectricité au fil de l'eau désigne un type de centrale hydroélectrique qui fonctionne sans retenue d'eau, donc sans stockage de celle-ci durant les périodes de l'année de hauts débits.

Caractéristiques spécifiques[modifier | modifier le code]

A l'inverse des centrales dites « de lac » ou « à accumulation » dotées de réservoirs importants, les centrales au fil de l'eau n'ont pas (ou très peu) la capacité de moduler leur production en fonction des besoins des consommateurs ou de l'opérateur du réseau ; au contraire, leur production varie fortement en fonction des événements climatiques (pluies, sécheresses,...) ; elles font partie, comme les éoliennes et le solaire, des énergies renouvelables à production dite « fatale » au sens où elle doit être consommée instantanément au moment de leur production, en l'absence de capacité de stockage.

En contrepartie, elles ne nécessitent que des aménagements simples et beaucoup moins coûteux que les centrales de plus forte puissance : petits ouvrages de dérivation, petits barrages servant à dériver le débit disponible de la rivière vers la centrale, éventuellement un petit réservoir lorsque le débit de la rivière est trop faible ; le prix de revient de leur production est donc moins élevé, ce qui compense le moindre service rendu.

On définit généralement les centrales dites « au fil de l'eau » comme celles dont la constante de vidage (temps théorique nécessaire pour écouler la réserve d’eau en turbinant au maximum) est inférieure à 2 heures[1].

Dans le monde[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Les centrales hydroélectriques « au fil de l'eau » représentent en France, en 2012, 30 % de la puissance du parc hydroélectrique (avec plus de 2 000 centrales[2]) d'une puissance totale de 8 500 MW et produisant une énergie de 32 TWh[3], soit 52 % de la production française[4]. Leur production est maximale durant la période de fonte des neiges, c'est-à-dire au printemps ; elle connaît également des pointes transitoires pendant et après les périodes de fortes pluies.

En Suisse[modifier | modifier le code]

Depuis 1908 plusieurs centrales au fil de l'eau fonctionnent en Suisse[5] et 47% de l'électricité est produite par des centrales au fil de l'eau[6].

En Belgique[modifier | modifier le code]

En 2014, les six centrales sur la Meuse produisent 2/3 de la puissance installée en Belgique[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hydroélectricité, Connaissance des énergies, consulté le 9 septembre 2016.
  2. Voir "Les centrales au fil de l'eau", sur france-hydro-electricite.fr, consulté le 22 juin 2016.
  3. [PDF]Les différents types de centrales hydroélectriques, sur le site enr.fr, consulté le 24 juin 2016.
  4. [PDF]RTE - Bilan électrique 2012 (voir page 23), janvier 2013.
  5. Centrales au fil de l'eau, sur le site alpiq.ch, consulté le 22 juin 2016.
  6. Force hydraulique, sur bfe.admin.ch, consulté le 22 juin 2016.
  7. Hydroélectricité : 7 sites équipés en Belgique en 2014, sur renouvelle.be, consulté le 22 juin 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]