Déchet toxique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’environnement
Cet article est une ébauche concernant l’environnement.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un déchet toxique est un déchet qui peut s'avérer nuisible à la santé d'un être vivant, par exemple en pouvant causer la mort, des blessures, des cancers ou d'autres maladies, ou des malformations congénitales aux êtres vivants[1] , et qui peut contaminer l'eau (nappes, cours d'eau, lacs, zones humides), les sédiments, les sols ou l'atmosphère.

Site d’accueil de déchets toxiques, dit Valley of the Drums, dans le Kentucky aux États-Unis, ici en 1980

S'il peut affecter la nature sauvage et donc les services écosystémiques, ce déchet est aussi qualifié d'« écotoxique » (Remarque : Un déchet peut être écotoxique à des doses où il n'est pas réputé toxique pour l'Homme et sa toxicité peut éventuellement être exacerbée par une synergie avec un autre composé, ou n'apparaître qu'en présence de ce composé).

Sémantique[modifier | modifier le code]

Cette notion recouvre en partie celle de « déchets dangereux », ou qualifient parfois de certains matériaux mis au rebut, apparemment inertes, mais pouvant poser un risque à moyen ou long terme pour la santé ou l'environnement en libérant des composés toxiques ou écotoxiques (amiante ou métaux lourds par exemple).

Origines[modifier | modifier le code]

Les déchets toxiques ont de nombreuses sources. Ils sont connus pour être rejetés ou produits en plus grande quantité par les mines, certaines usines et filières industrielles, de grands incinérateurs, etc. Mais des déchets dangereux et/ou toxiques sont aussi des sous-produits de nombreux types de fabrication, de l'agriculture industrielle, des systèmes de traitement des eaux résiduaires urbaines, de la construction / démolition / réhabilitation, des garages, des laboratoires, des hôpitaux et d'autres classes d'activité. Même les ménages produisent des déchets dangereux à partir d'éléments tels que les batteries, le matériel informatique utilisé, et les peintures restes ou de pesticides[2]. dont une partie sont dits « déchets toxiques en quantité dispersée ».

Nature des déchets toxiques[modifier | modifier le code]

Ces déchets peuvent être liquides, solides, gazeux ou produits sous forme de boues. Ils peuvent par exemple contenir des produits chimiques, des métaux lourds, émettre des radiations, libérer des toxines et/ou des agents pathogènes dangereux, risquer de sélectionner des pathogènes ou organismes indésirables résistants (déchets de médicaments, de pesticides)

Risques sanitaires[modifier | modifier le code]

Ils varient selon le type de déchet et le type d'exposition ou de risque d'exposition. Le risque d'exposition apparait quand un produit toxique est libéré dans le milieu naturel (eau/air/sol) ou les écosystème et le réseau trophique ou la chaine alimentaire. En particulier des risques de libération et dispersion de substances toxiques à partir des déchets sont liés aux processus de combustion, inondation, lessivage, érosion. Un risque temporellement particulier est lié aux toxiques persistants et bioaccumulables et plus encore quand ils sont non-dégradables (par exemple le mercure, qui est l'un des polluants les plus préoccupants[3]).

Les risques et dangers apparaissent de manière immédiate ou différée dans l'espace et dans le temps (par exemple pour des déchets transportés à l'étranger (souvent dans un pays pauvre ou à faible législation environnementale), pour des munitions immergées dont l'ypérite, les nitrates ou le mercure ne seront dispersés qu'après parfois plus d'un siècle, le temps que le métal externe soit corrodé puis que la capsule de fulminate de mercure soit suffisamment dégradée par l'eau de mer.. de même pour de nombreux déchets enfouis dans un sol qui risque dans les décennies à venir de se retrouver inondé ou sous le niveau d'une nappe phréatique en raison de l'élévation du niveau de la mer ou comme cela est arrivé en Amérique après l'ouragan Katrina).

Des déchets doivent être déclarés comme toxiques s'ils contiennent par exemple des poisons connus et non biodégradables (plomb, mercure, cadmium, chrome exavalent, etc. ) ou des agents ou substances cancérigènes ou mutagène, et si l'exposition à ceux-ci (y compris accidentellement, via des fuites ou l'évaporation à partir d'un lieu de stockage) peut provoquer un risque accru de cancers ou mutations chez les personnes exposées. On a par exemple montré en 2008 qu'un groupe rare de leucémies avec polyglobuliea été détecté autour d'un site de déchets toxiques de décharge dans le nord de Pennsylvanie en 2008[4].

Des déchets toxiques en quantité dispersées sont présents en petite quantité dans de nombreuses décharges de déchets ménagers, décharges souvent moins bien confinées que les décharges spécialisées (type décharge de classe zéro ou décharge de classe 1). Une étude de 7 ans a testé la prévalence de 18 types de cancers dans un rayon de 1 mile autour de la décharge de déchets ménagers de North Hampton (ouest du Massachusetts. Elle n'a pas détecté de risque augmenté de ces cancers.

Gestion et élimination[modifier | modifier le code]

Concernant les toxiques non dégradables et qui sont rares, utiles et ou qui ont encore une valeur technique ou commerciale, une tendance récente est à ne pas éliminer ce déchets mais dans la mesure du possible recycler (économie circulaire). C'est le cas par exemple des métaux du groupe du platine, quand cela est commercialement rentable.

L'industrie extractive a parfois rejeté en mer d'importantes quantités de déchets toxiques (boues rouges, effluents industriels...) ou stocke des millions de m3 de déchets cyanurés dans des bassins de plein air.

L'industrie pétrolière et gazière réinjecte de plus en plus dans le sous sol (avec les boues de forage ou les fluides de mise en pression de puits) une grande partie de ses déchets toxiques. Le torchage y contribue aussi, mais il n'élimine pas le plomb, le mercure ou les acides qui peuvent être remontés dans les condensats.

L'élimination des déchets toxiques consiste parfois en une destruction des composés toxiques (cela n'est pas toujours possible, mais certaines molécules issues de la chimie organique peuvent être détruites par des catalyseurs et/ou incinération à haute température[5]). Sinon, l'élimination consiste à inerter le déchet (c'est-à-dire le stabiliser pour le rendre moins vulnérable à la dispersion par l'eau, l'air, l'érosion ou la bioturbation dans l'environnement) puis à le stocker.
Jusque dans les années 1980, beaucoup de déchets toxiques étaient simplement enfouis directement ou après mise en bidons dans le sous sol, des carrières, d'anciennes mines etc.

En raison des risques et dangers liés à ces déchets, les installations d'élimination des déchets toxiques sont de plus en plus complexes et soumise à réglementation et surveillance. Elles sont généralement conçus pour recevoir et contenir de façon permanente ces déchets, les traiter tout en empêchant à la mesure des moyens techniques disponibles et économiquement supportables dans les conditions du moment le rejet de polluants nocifs pour l'environnement.

La pratique aujourd'hui la plus courante dangereux d'élimination des déchets toxique est leur inertage puis placement dans des cellules de décharges spécialisées.

 cependant, si les déchets contiennent des métaux lourds ou des isotopes radioactifs, ceux-ci doivent être séparés et stockés, car ils ne peuvent pas être détruits [9] La méthode de stockage cherchera à immobiliser. les composants toxiques des déchets, éventuellement par le stockage dans des conteneurs scellés, l'inclusion dans un milieu stable tel que le verre ou un mélange de ciment, ou l'enfouissement sous une couche d'argile imperméable. transporteurs de déchets et les installations de déchets peuvent facturer des frais; par conséquent, les méthodes inappropriées d'élimination peuvent être utilisés pour éviter de payer ces frais. Lorsque le traitement des déchets toxiques est réglementée, l'élimination inappropriée des déchets toxiques peut être passible d'amendes [6] ou des peines de prison. les sites d'enfouissement des déchets toxiques et d'autres zones de friches contaminées peuvent éventuellement être utilisés comme espaces verts ou réaménagés pour un usage commercial ou industriel.

Histoire de la réglementation américaine des déchets toxiques scales.svg asymétrique La neutralité de cette section est contestée. discussion pertinente peut être trouvée sur la page de discussion. S'il vous plaît ne pas retirer ce message jusqu'à ce que les conditions pour le faire sont réunies. (Octobre 2011)

Législation[modifier | modifier le code]

Elle varie beaucoup dans l'espace et le temps et porte notamment sur le contrôle et le suivi, l'emballage, le transport les manipulation et l'élimination des déchets toxiques et/ou dangereux.

C'est surtout à partir des années 1970 que les réglementations nationales puis internationales se sont intéressées aux déchets toxiques. Ainsi, aux États-Unis, l'Environmental Protection Agency (EPA) et les services de l'État ont produit un ensemble de règles régissant les déchets dangereux, périodiquement mises à jour au gré de l'évolution des connaissances scientifiques, et des pressions de divers lobbies. L'EPA exige que les déchets toxiques soient manipulés avec des précautions particulières et être éliminés dans des installations dédiées. De nombreuses villes aux États-Unis organisent des journées de collecte de déchets ménagers toxiques. Certains matériaux non-acceptés dans les poubelles et décharges régulières (ex : munitions non explosées, déchets produits dans le commerce, explosifs et autres produits toxiques ou dangereux sensibles aux chocs, aiguilles hypodermiques/seringues et certains autres déchets médicaux, des matières radioactives de détecteurs de fumée ou d'anciens paratonnerres, etc. font l'ojbet de filières spécialisées de collecte [6]

Cas particulier, les DTQD[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Briggs, et al. (2011) "Health Impact Assessment Of Waste Management Facilities In Three European Countries." Environmental Health: A Global Access Science Source 10.Suppl 1 : 53-65. Academic Search Premier. Web. 15 février 2012.
  2. "Toxic Waste." US EPA. National Geographic. Web. . <http://environment.nationalgeographic.com/environment/global-warming/toxic-waste-overview/>
  3. "Toxic Waste." National Geographic. National Geographic, 2010. Web. 26 avril 2010. <http://environment.nationalgeographic.com/environment/global-warming/toxic-waste-overview.html >.
  4. Rubinkam M (2008) "Cancer cluster confirmed in northeast Pennsylvania" . Associated Press
  5. "High Temperature Incineration" . Environmental Technology Council. Retrieved September 18, 2015
  6. Hazardous Waste Wake County Recycling and Solid Waste. Wake County Government, 2009. Web. 26 avril 2010

Articles connexes[modifier | modifier le code]