Limnologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’hydrographie
Cet article est une ébauche concernant l’hydrographie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lac Léman ou lac de Genève (Suisse)
Lac de Grand-Lieu (France), qui fait partie des systèmes lacustres peu profond dits « plans d’eau pelliculaires » (shallow lakes pour les anglophones), réagissant plus fortement et rapidement aux changements environnementaux

La limnologie est la « science des eaux continentales » (eaux douces ou salées, stagnantes ou mouvantes, dans les lacs, rivières, marécages...).
À l'origine la limnologie était définie comme l'« océanographie des lacs » et parfois incorrectement comme " l'écologie des eaux douces".
Elle est parfois classée comme une subdivision de l'hydrologie qui appartient au domaine de la géographie.

Le terme « limnologie » trouve sa racine dans le grec λίμνη = limne (lac) et λόγος = logos (étude). François-Alphonse Forel (1841-1912) en fut le précurseur avec son étude du lac Léman.

Définition[modifier | modifier le code]

La limnologie est l'écologie appliquée aux eaux continentales. Elle se subdivise en limnologie physique, limnologie chimique et limnologie biologique [1].

L'étude des variations saisonnières de la stratification thermique des eaux est d'un intérêt primordial pour la qualité biologique des milieux. Cela tient en particulier à l’anomalie dilatométrique de l'eau, qui se traduit par une inversion des strates chaudes/froide lorsqu'il gèle à la surface d'un lac ou d'une mer.

Importance[modifier | modifier le code]

La Convention de Ramsar, fait appel à la limnologie pour définir et caractériser les zones humides d'importance internationale[2].

Organisation de la recherche[modifier | modifier le code]

Un grand nombre d'universités, instituts scientifiques et laboratoire publics travaillent sur ce thème dans le monde.
Les chercheurs peuvent adhérer à la Société Internationale de Limnologie (SIL), et en France à l'Association Française de Limnologie (AFL).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Dussart, Limnologie – L'étude des eaux continentales, Paris, Gauthier-Villars, (réimpr. 1992, éd. Boubée), 678 p..
  • Dussart B., 2004, « Limnologie ». Encyclopaedia Universalis, CD-ROM Version 10
  • Goldman C.R. & Horne A.J., 1983, Limnology. Mc Graw-Hill, 465 p.
  • Hutchinson G. E., 1957, A treatise on limnology. Volume 1. Geography, physics and chemistry. New York, John Wiley and Sons, 1015 p.
  • Lemmin U., 1995, “Limnologie physique” in Pourriot R. & Meybeck M., 1995, Ed, Limnologie générale. Paris, Masson, 956 p. : 60-114
  • Pourriot R. & Meybeck M., 1995, Ed, Limnologie générale. Paris, Masson, 956 p.
  • Laurent Touchart, Limnologie physique et dynamique : Une géographie des lacs et des étangs, L'Harmattan, , 395 p. (ISBN 2-7475-3463-4)
  • Welch P. S., 1952, Limnology. 2e édition, New York, Mc Graw-Hill, 538 p.
  • Wetzel R. G., 1983, Limnology. Philadelphia, Saunder College Publishing, 858 p.
  • Wetzel R.G., 2001, Limnology. Lake and river ecosystems. San Diego, Academic Press, 3e édition, 1006 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Limnologie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de la recherche agronomique, « définition de la limnologie » (consulté le 9 mars 2008)
  2. convention de Ramsar, « Le Manuel de la Convention de Ramsar - paragraphe 4.3 - Sites inscrits » (consulté le 9 mars 2008)