Tribehou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tribehou
Tribehou et son église Notre-Dame
Tribehou et son église Notre-Dame
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Saint-Jean-de-Daye
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Maire
Mandat
Raymonde Dujardin
2014-2020
Code postal 50620
Code commune 50606
Démographie
Gentilé Triboudais
Population
municipale
492 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 52″ N 1° 14′ 34″ O / 49.2144444444, -1.24277777778 ()49° 12′ 52″ Nord 1° 14′ 34″ Ouest / 49.2144444444, -1.24277777778 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 24 m
Superficie 9,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Tribehou

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Tribehou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tribehou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tribehou
Liens
Site web www.tribehou.fr

Tribehou (prononcé tʁibu) est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 492 habitants[Note 1] (les Triboudais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le périmètre du parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Elle se compose d'un bourg principal (Tribehou) et de plusieurs écarts : le Port, l'Isle, l'Hôtel Borel, l'Hôtel Fontain, Ferme de la Cour, la Mirrerie, la Ramée, l'Hôtel es Bas, le Bosq, la Mare, le Rivet, la Vincenterie, la Rue es Meulets, Saint Martin, la Petite Ramée, Ferme de la Motte, Gournay.

Tribehou est occupée par plusieurs marais au nord, nord-ouest de son territoire : Grand Marais, Marais de la Baritte, Marais du Fresnay, le Marais de Haut. Elle est bordée à l'ouest par le Lozon, à l'est par la Terrette et les marais du Hommet-d'Arthenay. Elle est traversée par la rivière du Moulin. Ces trois derniers cours d'eau alimentent la Taute, juste au nord de Tribehou.

Communes limitrophes de Tribehou[1]
Saint-André-de-Bohon Saint-André-de-Bohon Graignes-Mesnil-Angot
Marchésieux Tribehou[1] Le Hommet-d'Arthenay
Remilly-sur-Lozon Les Champs-de-Losque Le Hommet-d'Arthenay,
Les Champs-de-Losque

Toponymie[modifier | modifier le code]

Tribohou, attesté en 1184[2]. Formé à partir de l'anthroponyme germanique Trisbold et de Holm[Informations douteuses] (« île » en saxon), soit à l'origine Trisboldholm[réf. nécessaire]. En effet la commune est entourée par les eaux.

La prononciation est tʁibu[3].

Microtoponymie[modifier | modifier le code]

Le hameau Gournay, provient certainement du gaulois gronna (lieu marécageux). Une autre hypothèse serait Gordiniacum « le domaine de Gordinus » (ferme gallo-romaine)[Informations douteuses][4], elle est moins évidente dans ce cas vue la topographie de la commune.

Les hameaux en Y-ère/-erie sont des habitats ultérieurs, résultant du développement démographique de la Normandie. Ils désignaient la ferme de la famille Y, fondée sur les nouvelles terres obtenues par les grands défrichements des XIe-XIIIe siècle. Les essarts prennent le nom des défricheurs, suivi de la désinence -erie ou -ière[Note 2]. Les autres hameaux en Hôtel / Le / Maison...Y sont des constructions encore plus tardives, ils désignent la propriété de la famille Y.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives avant la Révolution[modifier | modifier le code]

  • Généralité : Caen.
  • Élection : Carentan et Saint-Lô (1612/1636), puis Saint-Lô (1713).
  • Sergenterie : Carentan.

Les maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? Louis Darthenay    
juin 1995 avril 2014 Rémi Regnault SE Agriculteur et batelier
avril 2014[5] en cours Raymonde Dujardin SE Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 492 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4]. Tribehou a compté jusqu'à 1 179 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 041 1 115 1 179 1 138 1 118 1 138 1 140 1 144 1 157
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 101 1 102 1 082 1 004 1 033 1 020 1 037 1 007 944
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
975 959 903 752 706 741 706 651 644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
668 638 587 528 499 519 508 516 497
2011 - - - - - - - -
492 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La laiterie coopérative de Tribehou

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La gabarre de Tribehou.
  • Une ancienne gabare (retrouvée au fond des marais) qui se trouve en face de l'école sous un abri typique de la région des Marais du Cotentin et du Bessin. Cet abri est constitué de murs en torchis et d'un toit en chaume et fut construit par les habitants de la commune.
  • Église Notre-Dame, avec son cimetière.
  • Rives de la Taute entre ses confluents avec la Terrette et le Lozon.
  • Rue de l'Isle : maisons typiques en terre argileuse.
  • La Hoguette.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Voir Histoire de la Normandie#Bilan de la période ducale.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ..., Volume 2 par Ernest Nègre
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), lien notice BnF?), p. 259
  4. http://www.geneanet.org/genealogie/fr/gournay.html
  5. a et b « Tribehou (50620) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 mai 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]