Sainteny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainteny (homonymie).
Sainteny
Église Saint-Pierre
Église Saint-Pierre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Carentan
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Maire
Mandat
Jean Laurent
2014-2020
Code postal 50500
Code commune 50564
Démographie
Gentilé Saintignais
Population
municipale
823 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 20″ N 1° 18′ 46″ O / 49.2388888889, -1.31277777778 ()49° 14′ 20″ Nord 1° 18′ 46″ Ouest / 49.2388888889, -1.31277777778 ()  
Altitude 23 m (min. : 2 m) (max. : 26 m)
Superficie 21,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Sainteny

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Sainteny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainteny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainteny

Sainteny est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 823 habitants[Note 1] (les Saintignais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Couvrant 2 163 hectares, le territoire de Sainteny est le plus étendu du canton de Carentan.

Communes limitrophes de Sainteny
Gorges Auvers, Méautis Méautis
Nay,
Saint-Germain-sur-Sèves
Sainteny Saint-Georges-de-Bohon
Raids Raids, Auxais Auxais

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté au Moyen Âge sous les formes latinisées Sanctineio vers 1060, de Santineio en 1162, Sanctineyo en 1280[1], puis on note la forme Sancteny à partir du XVe siècle, ensuite on trouve Saint-Eny ou St-Eny. La commune prend le nom actuel de Sainteny dans les années 30.

Il s'agit d'un toponyme gallo-romain *SANCTINIACU (autrement noté *Sanctiniacum[2]), formé avec le suffixe gallo-roman -(I)ACU (autrement noté (-i)-acum) ajouté, dans ce cas, à un nom de personne. Ce suffixe d'origine celtique (gaulois) marque la localisation et la propriété. -(I)ACU a régulièrement abouti à -ei en ancien français et les terminaisons en -eio, -eyo des formes anciennes représentent des latinisations des formes françaises pour les besoins des écrits rédigés en latin médiéval.

Il est difficile, voire impossible, de décider si l'élément -IN- fait partie du radical ou du suffixe. Dans le premier cas, la coupe peut être *SANCTINI-ACU ou *SANCTIN-IACU; dans le second, *SANCT-INIACU. En effet, l'abondance d'anthroponymes gallo-romains terminés par -inus ou -inius, ainsi que celle des noms d'origine germanique en -in, a entraîné, après l'ajout du suffixe -(I)ACU, la formation d'une fréquente finale toponymique -INIACU. Celle-ci a acquis peu à peu son autonomie, et a parfois été directement ajoutée à différents noms de personnes pour former un nom de domaine[3].

Le toponyme peut donc tout aussi bien signifier « le lieu de Sanctus » c'est-à-dire d'un personnage « saint » ou surnommé « le Saint » ou encore de *Sanctinus, anthroponyme, non attesté, dérivé du précédent[2]. La forme Saint-Eny représente un mécoupure du nom d'origine. La même étymologie populaire a affecté Saint-Igny-de-Vers (Rhône, Semtiniacus au XIe siècle, Santiniacum [?]), mais est, par contre, conservée dans l'orthographe actuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la création des cantons, Saint-Eny est chef-lieu de canton[4]. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801) et Sainteny est alors intégré au canton de Carentan.

Du 10 au 21 juillet 1944, la commune est le théâtre de violents combats opposant les troupes allemandes au 83e division d'infanterie US, aboutissant a la libération de la commune après que celle-ci a été prise et reprise cinq fois de suite. Après la libération de Carentan le 12 juin, Sainteny, se trouvant sur la route de Périers et Coutances, et ouvrant ainsi la voie vers la Bretagne, la Wehrmacht campe sur ses positions.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2014 Michel Lepourry SE Agriculteur
mars 2014[5] en cours Jean Laurent SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 823 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 592 1 738 1 864 1 825 1 772 1 843 1 817 1 850 1 814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 744 1 787 1 782 1 691 1 641 1 516 1 460 1 456 1 375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 319 1 190 1 126 978 974 969 921 649 830
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
838 782 708 665 727 785 793 795 823
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard,‎ 1986, 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 191
  2. a et b F. de Beaurepaire, Op. cit.
  3. Wikimanche : Dominique Fournier « à propos du toponyme Bérigny »
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Sainteny », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 29 janvier 2009)
  5. « Sainteny (50500) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 juin 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]