Renault Trucks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Renault Trucks

alt=Description de l'image Logo Renault trucks.jpg.
Création 1894
Dates clés Intégration à la Saviem en 1955, fusion de Berliet et Saviem en 1978, création de Renault Véhicules industriels, intégration dans le groupe Volvo en 2002 et transformation en Renault Trucks en 2002[1], retrait de Renault du capital en 2012.
Fondateurs Louis Renault (1877-1944)
Forme juridique SAS
Siège social Drapeau de France Saint-Priest  (France)
Direction Bruno Blin[2]
Activité logistique
Produits camion
Société mère Drapeau de la Suède AB Volvo
Filiales Renault Trucks Defense
Effectif 10 000[2]
Site web www.renault-trucks.com

Renault Trucks est une société française qui développe, assemble et vend des véhicules industriels et utilitaires. Elle appartient au groupe AB Volvo depuis 2001. Renault Trucks constitue la deuxième entreprise en taille du groupe Volvo, dont la dynamique de l’activité poids lourds repose sur le développement spécifique de cinq marques de référence sur le marché mondial : Renault Trucks, Volvo Trucks, Mack Trucks (pour le marché nord-américain), UD Trucks et Volvo-Eicher.

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis Renault a fabriqué ses premiers camions, autocars et autobus en 1906[3].

Le premier camion possède un moteur bicylindre d'1,9 litre (10 CV) et un poids total autorisé en charge d'une tonne (PTC)[4].

En 1909, un modèle à 4 cylindres de 3 tonnes de PTC est lancé. Il s'ajoute un camion de 5 tonnes de PTC équipé de 4 cylindres de 6,1 litres[4]. La transmission se fait par chaîne et la boîte de vitesses a quatre rapports.

En 1910, l'entreprise produit son premier camion à cabine avancée avec un moteur à essence de 4 cylindres, d'une charge utile de 3 tonnes[4].

En 1914, 6 000 camions ont été produits[5].

Lors de la Première Guerre mondiale, la production chez Renault se concentra sur l'équipement militaires pour l'armée française. Au total, 9 230 véhicules ont été livrés durant le conflit.

En 1920, une nouvelle gamme de camion jusqu'à 7 tonnes de charge utile est inaugurée. Selon les habitudes de la marque, le radiateur est monté sur le tablier.

Camionnette Renault de 1926

En 1923, le type LH est le premier tracteur routier.

En 1925, la gamme se compose de camions de 2 à 7 tonnes, de camions à cabine avancée de 4 à 10 tonnes, de camions bennes de 1 à 10 tonnes, de camions de 2 à 5 tonnes, de tracteurs pour remorques de 5 à 10 tonnes, d'omnibus de 5 à 40 places et de camions à six roues jusqu'à 4 tonnes[5].

En 1929, Renault introduit un nouveau moteur diesel 4 cylindres à injection directe de 7,25 litres.

En 1931, un autre moteur diesel de 10,5 litres à 6 cylindres et à injection directe est disponible.

Début 1932, apparition de la boîte de vitesses à cinq rapports sur le modèle VT.

Renault TN6

La même année, le célèbre bus parisien TN6 est lancé.

Pour les modèles 1933, le moteur avec soupapes en tête apparaît sur le modèle YF de moyen tonnage.

Période des autocars Renault-Scemia, produits de la coopération avec le carrossier de matériels pour les municipalités Scemia.

En 1937, Renault abandonne le marché des véhicules d'incendie à Delahaye[6].

Pour 1941, le modèle AGK de 5 tonnes de PTC est lancé.

En 1945, Renault est nationalisé et devient la Régie nationale des usines Renault. Le modèle R208 succède à l'ABF de 1937 et à l'AGK.

En 1950, le modèle R4140 « fainéant » remplace le R208.

Fin 1955, Latil, Renault, Somua (Société d'outillage mécanique et d'usinage d'artillerie) et Floirat, fusionnent pour créer Saviem-LRS puis Saviem (Société anonyme des véhicules industriels et équipements mécaniques), filiale de la Régie Renault.

Renault gamme G

En 1980, le nom Renault réapparaît. En effet, après le rachat de Berliet en 1975, Berliet et Saviem fusionnent en octobre 1978 pour créer l'unique constructeur français de poids-lourds Renault Véhicules industriels (RVI). Renault renomme tous les modèles le 24 avril 1980[7].

La gamme de moyens porteurs JK (anciennement Saviem) de 6 à 7,5 tonnes de charge utile possède un moteur 4 cylindres diesel de 3,59 litres et les camions de la gamme G (anciennement Berliet) sont équipés d'un moteur diesel 6 cylindres de 9,8 litres.

L'autobus PR180 articulé est lancé.

En 1982, lancement du camion tactique TRM 2000.

En 1983, RVI rachète les camions Dodge en Grande-Bretagne et Barreirros-Dodge en Espagne. Apparition de l'autocar de grand tourisme FR1 qui devient Illiade en 1996.

Renault Midliner

En 1986, les modèles S (ex-gamme J) deviennent S Midliner.

En 1988, premières livraisons de l'autobus R312 et premiers freins à disques sur le R420.

En 1990, échange d'actions entre RVI et camions Volvo. Aux États-Unis, RVI prend le contrôle de Mack Trucks suite à une prise de participation en 1979.

Renault Magnum de 1998

La marque introduit l'AE qui est un camion pour les transports internationaux avec un moteur Mack à 8 cylindres en V. L'AE est aussi distribué en Australie sous le nom de Mack mais avec le moteur diesel Cummins Signature de 15 litres et de 565 chevaux.

En 1991, lancement de l'autocar mixte Tracer qui succède au S45.

En 1992, la gamme G s'appelle Renault Manager ; la gamme R, Major ; et la gamme AE, Magnum. Renault Véhicules industriels devient Renault VI.

Au sommet de la gamme chantier, le Maxter G340 ti d'un poids de PTAC de 26 tonnes est équipé d'un moteur diesel 6 cylindres MIDR 06.20.45 de 9,8 litres et de 338 chevaux avec un turbocompresseur à air refroidi, d'une boîte de vitesses à 9 rapports et de freins à air comprimé avec ABS et ASR en option. En configuration 6x4 ou 8x4, les blocages de différentiel inter-roues et inter-ponts sont en série.

Renault gamme M

En 1993, au sommet de la gamme M, le M230 possède un moteur diesel 6 cylindres MIDR 06.02.26 avec un turbocompresseur à air refroidi de 6,18 litres et 226 chevaux, un empattement de 10,18 mètres et une suspension pneumatique. Il existe un porteur de 15,7 tonnes de PTAC et un tracteur de 35 tonnes de PTRA.

En novembre, prise de participation dans les autocars tchèques Karosa.

En 1995, l'autobus Agora succède au R312.

À partir du G300 ti, la marque fournit un véhicule d'incendie modifié en configuration de 6x4 avec des roues pouvant aller sur les rails de chemin de fer. Il est en service pour les interventions d'urgence dans le Severn Rail Tunnel près de Bristol[8].

En 1996, le Premium Route en juin et le Premium Distribution en décembre remplacent le Major et le Manager.

En 1997, coopération avec Sisu pour la fabrication et la distribution de tracteurs à usages sévères.

En juillet, le Kerax (gamme chantier) remplace le Maxter.

En 1998, Patrick Faure, fils d'Edgar Faure, devient PDG ; il le sera jusqu'en 2001.

En 1999, le Mascott remplace la gamme B. En octobre, lancement de l'autocar mixte Ares.

En association avec Fiat-Iveco, création d' Irisbus, regroupement de Renault Bus et de la branche européenne Bus d'Iveco.

Renault Midlum

Début 2000, le camion de distribution urbaine Midlum (7,5 à 18 tonnes de PTAC) remplace le Midliner. La cabine est montée sur le Daf LF.

Début 2001, Renault cède 100 % de Renault VI au groupe Volvo AB (Groupe Volvo camions) et prend en échange une participation de 21,6 % du constructeur suédois, dont le français devient l'actionnaire principal et bloquant. Renault V.I. cède également à Fiat toute sa participation dans Irisbus. À partir d'octobre, les autobus et les autocars Renault portent la marque Irisbus.

Le 6 février 2002[5], Renault VI prend la dénomination commerciale internationale Renault Trucks.

Lancement du camion tout chemin Premium Lander en 2003, du camion à capot Sherpa et du camion à cabine surbaissée Puncher en 2004. Le prototype Radiance est présenté, puis, en 2007, le camion compact Maxity est lancé.

Mi-2009, le tracteur Premium Route Optifuel est livré avec un moteur Euro 5, une boîte robotisée Optidriver +, une formation à la conduite rationnelle et un logiciel Infomax pour recueillir et analyser les consommations[9].

Renault Trucks T

À l'automne 2010, le groupe automobile Renault annonce la vente de 14,9 % du capital de Volvo AB, conservant 6,8 % du capital et 17,5 % des droits de vote de Volvo AB.

Au printemps 2011, l'Access à cabine surbaissée fabriqué par Dennis Eagle remplace le Puncher. Au second semestre, le Maxity électrique et le Premium Distribution hybride diesel-électrique entrent en production.

Fin 2012, Renault annonce qu'il vend la part des actions qu'il détient dans Volvo AB [10].

En 2013, Renault Trucks dévoile de nouvelles gammes de camions : la gamme D, la gamme C, la gamme K et la gamme T. Ces nouveaux modèles ont un design inédit et sont équipés d'un moteur Euro 6.

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Implantations[modifier | modifier le code]

Sites industriels français :

  • Vénissieux : assemblage des moteurs 9 et 11 litres, emboutissage et magasin pièces de rechange.
  • Saint-Priest : direction générale, directions commerciales, APV, 24/7, design et R&D, centre de formation.
  • Bourg-en-Bresse : assemblage des camions Renault Magnum, Renault Premium Route, Renault Premium Distribution, Renault Premium Lander et Renault Kerax + activité CKD de ces véhicules.
  • Blainville-sur-Orne : assemblage des cabines et du Renault Midlum, équipements et activité CKD pour le Renault Midlum.
  • Limoges (Le Palais-sur-Vienne) : adaptation des camions pour les armées et gestion de l'activité échange standard.

Parrainage[modifier | modifier le code]

À partir de 2001, la marque sponsorise le club de football de l'Olympique lyonnais[11].

Anciens modèles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.renault-trucks.fr/histoire-kh2/
  2. a et b Alain-Gabriel Verdevoye, « Les usines des camions Renault Trucks souffrent fortement de la crise »,‎ 12 mars 2013 (consulté le 12 mars 2013)
  3. Renault magazine du centenaire, octobre 1998.
  4. a, b et c Denis Miller, The illustrated encyclopedia of trucks and buses, Hamlyn Publishing Group Ltd.
  5. a, b et c Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton, Renault Trucks, une autre idée du camion, Le cherche midi éditeur.
  6. Jacques Dorizon, François Peigney et Jean-Pierre Dauliac, Delahaye. Le Grand Livre, éditions E.P.A.
  7. Nicolas Tellier, La fabuleuse aventure du S45, Massin éditeur.
  8. Neil Wallington, L'Encyclopédie mondiale des camions de pompier, éditions Manisse.
  9. L'Officiel des Transporteurs n°2512-2513, 17 juillet 2009
  10. Le Figaro, 14 décembre 2012.
  11. Renault Trucks Mag n°1.2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton, Renault Trucks. Une autre idée du camion, le Cherche-Midi éditeur, 2005 (ISBN 2-74910-447-5)
  • L'atlas des camions français, éditions Atlas, 2007 (ISBN 978-2-7234-5924-2)
  • Peter J. Davies, L'Encyclopédie mondiale des camions, Genève, Manise, éditions Minerva, 2003 (ISBN 2-84198-214-9)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]