Renault PR 100

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
PR 100
Renault PR 100
Un Berliet PR 100 B à Toulon

Marque Berliet puis Renault
Années de production 1971 — 1999 (28 ans)
Production + 13 500 exemplaires
Classe Bus
Usine(s) d’assemblage Vénissieux
Chronologie des modèles
Précédent Berliet PCM Renault Agora/Renault R312 Suivant

Le PR 100 est un bus créé par Berliet puis repris par Renault après le rachat de cette marque. Entre 1971, date de sa présentation et 1999, de nombreuses variantes de ce bus ont été fabriquées pour un total d'environ 13 500 unités. À cette gamme, s'ajoutent les déclinaisons en version articulée PR 180. Proposé au catalogue en parallèle de la non moins célèbre gamme SC10, il sera, comme le R312, supplanté par l'Agora en 1999. Il doit son nom de sa capacité, 100 places (30 assises et 70 debout).

Histoire[modifier | modifier le code]

Berliet PR 100[modifier | modifier le code]

Un Berliet PR 100 MI, version 3 portes à Grenoble

Berliet construit en 1970 deux prototypes puis l'année suivante 4 éléments issues de la présérie appelé PR 100 P, ils servent de modèle de démonstration. Les premiers modèles destinés au service, les PR 100 PA, sont livrés au réseau de Dijon en septembre 1972[1]. Produit jusqu'en 1976, 1 173 éléments sortent au total des usines de Berliet. Tout comme les PR 100 P, ils sont dotés d'un moteur Perkins V8.510. En 1973, Berliet lance une nouvelle variante, le PR 100 B, identique au précédent à l'exception du moteur qui est un Berliet V800. Cet autobus a été commercialisé à 296 exemplaires. En 1974, la RATP fait l'acquisition de 10 PR 100 R, ces derniers dispose d'un pare-brise spécifique et d'un moteur Perkins.

À partir de 1977, Berliet commercialise une nouvelle version dotée du moteur Berliet MIP 06.20.30. Cette série, produite à 2 308 exemplaires, fait d'elle la plus importante en nombre. Elle est aussi la première à recevoir le losange Renault après la fusion entre Berliet et Saviem pour former l'entité Renault véhicules industriels en 1980. Cette série est produite jusqu'en 1984 date d'arrivée du Renault PR 100.2.

Renault PR 100.2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Renault PR 100.2.

Ce dernier reprend la face avant du PR 100 R, mais apporte aussi quelques éléments nouveaux comme les portes à vitres abaissées ou des feux de gabarits et clignotants différents. Le moteur quant à lui est remplacé par le MIPS 06.20.45 (S pour suralimenté), plus puissant.

Renault PR 112[modifier | modifier le code]

Un Renault PR 112 du réseau de Saint-Brieuc
Article détaillé : Renault PR 112.

Cet autobus est dû en partie au carrossier Safra qui a prévu un relooking des autobus PR100 par l'ajout d'une nouvelle face avant qui reprend le pare-brise du R312, et d'une nouvelle face arrière mais qui reste bien moins populaire. Si Safra propose ainsi aux réseaux de relooker PR100.MI et PR100.2 vieillissants, il donne aussi parallèlement l'idée à RVI de produire avec son partenariat, directement en usine, un autobus similaire au PR100.2 doté de cette fameuse face avant et de quelques modifications notamment au niveau du moteur qui gagne en puissance. La production cessera en 1999. La version articulé du PR 112 est le Renault PR 118.

Les déclinaisons du châssis PR 100 / PR 180[modifier | modifier le code]

Heuliez GX 107 & GX 187[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Heuliez GX 107 et Heuliez GX 187.

Entre 1983/1984 et 1996, Heuliez développe sa propre gamme de véhicules standards (GX107) et articulés (GX187) construits sur les châssis Renault PR 100 & PR 180 et leurs évolutions.

Du GX 107, sort aussi une déclinaison : le GX 113, qui est un GX 107 dont l'intérieur est spécialement aménagé pour Marseille.

Cette gamme d'autobus connut aussi un succès conséquent auprès des réseaux français.

Obradors PR.B et PR.C[modifier | modifier le code]

Cette firme espagnole spécialisée en carrosserie s'est aussij fondé sur le châssis du PR 100 standard pour développer le PR.B (autobus urbain) et PR.C (autobus interurbain) en 1997.

CBM PR 80S, Renault PR 110.2 et PR 120.S[modifier | modifier le code]

La firme de carrosserie française CBM emploie également des châssis de PR 100 & PR 180 pour réaliser des autobus en version interurbaine dès 1985 :

Le PR 80S est un autobus construit sur PR 100.2 mais dont le pare-brise, le fronton, les portes et la disposition des sièges ont été changés pour en faire un bus à destinée interurbaine.

De même pour le PR 120S qui est en fait un PR 180.2 aux portes louvoyantes, plancher surélevé et disposition des sièges façon «autocar». Il n'a été construit qu'à deux exemplaires. L'un est dans une casse automobile dans un pays de l'est de l'Europe. L'autre se situe dans la ville de Saint-Malo, en Bretagne, mais est retiré du service depuis 2012. Le PR 110.2 est la version standard du PR 120.S.

Gruau P-70-U[modifier | modifier le code]

Véhicule très rare : le carrossier Gruau a fabriqué très peu de ce modèle se fondant sur le PR 100 R. Il est raccourci de façon à le mettre en Midibus. Ils ont notamment circulé à Elbeuf, Saint-Brieuc et Sainte-Menehould.

Les PR 100 étrangers[modifier | modifier le code]

Renault PR 100.3 (Australie)

Sans faire un détail précis, notons que plusieurs types de PR 100 sont produits sous licence Berliet puis RVI par delà le monde avec de nombreuses modifications parfois, comme la conduite à droite en Australie. Certains n'ont pas l'aspect - au niveau esthétique - des PR 100 français.

  • Pologne : Jelcz PR 100 produit entre 1973 et 1977 et le Jelcz PR110 (moteur Leyland) ce dernier étant une version allongée du précédent entre 1976 et 1992 ;
  • Algérie : Sonacome PR 100.V8 (moteur Sitra / Deutz) ;
  • L'Espagne adopte aussi le PR 100.2 dont certains reçoivent une motorisation Daimler-Benz ;
  • Australie : Renault PR 100.2 (moteur Mack), PR 180.2 (moteur Mack), PR 100.3 (→ Création du carrossier Austral Denning à partir d'un PR 100 puis d'un R312, moteur Mack) ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Renault PR 100 », Transbus.org (consulté le 3 septembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]