Quake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quake
image

Éditeur GT Interactive (PC)
MacSoft (MAC)
Sega (Saturn)
Midway Games (N64)
Développeur id Software (PC)
Lobotomy Software (Saturn)
Midway Games (N64)
Concepteur John Romero, American McGee, Sandy Petersen et Tim Willits
Musique Trent Reznor et Nine Inch Nails

Date de sortie MS-DOS
AN : 22 juin 1996
EU : 1996
Mac OS
AN : 5 mars 1997
Saturn
AN : 31 octobre 1997
EU : 1997
N64
AN : 24 mars 1998
EU : 24 mai 1998
Version 1.08 (DOS)
Genre Tir subjectif
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Windows, DOS, Linux, Mac OS, Saturn, N64, Windows Mobile, Amiga, Falcon, PSP, Nintendo DS, GP2X
Média CD-ROM
Contrôle Clavier et souris, ou manette

Moteur Quake engine

Quake est un jeu vidéo de tir subjectif (FPS) développé par id Software et publié en version shareware le 22 juin 1996 puis en version commerciale par GT Interactive le 22 juillet 1996.

Quake s’inscrit dans la lignée des titres précédents d’id Software - Wolfenstein 3D, Doom et Doom II - dont il se distingue grâce à un moteur 3D innovant permettant d’afficher la totalité des éléments du jeu en trois dimensions. Le jeu se déroule dans un futur proche dans lequel des chercheurs ont réussi à développer un prototype permettant la téléportation. Celui-ci est cependant corrompu par un démon appelé Quake qui projette de l'utiliser pour envahir la Terre. Le joueur incarne le seul survivant d’une équipe envoyée par le gouvernement à travers le portail pour éliminer cette menace. Pour cela, le joueur doit traverser quatre dimensions, chacune étant peuplée de nombreuses créatures hostiles qu’il peut combattre à l'aide des armes et des bonus trouvés au fur et à mesure de son avancée dans le jeu.

Après sa sortie, le jeu a fait l'objet de nombreuse amélioration destinée à améliorer son code réseau et à lui permettre de bénéficier de l'accélération 3D des cartes graphiques. Il a également été porté sur de nombreuse plate-formes dont les ordinateurs Macintosh et Amiga et les consoles Saturn et Nintendo 64. Il a fait l'objet de deux extensions officielles, Scourge of Armagon et Dissolution of Eternity ainsi que de nombreuses extensions commerciales non officielles.

Quake connaît dès sa sortie un important succès critique et commercial, la presse le décrivant alors comme la nouvelle référence du genre. Si ses prédécesseurs Wolfenstein 3D et Doom sont considérés comme des jeux révolutionnaire ayant définis le genre, l’influence de Quake, qui représente la culmination de la technologie d’id Software, a été encore plus importante. Celui-ci définit en effet de nouveaux standards en matière de gameplay, de technologie, de modèle économique, de personnalisation et de communauté, ce qui lui permet d'attirer encore plus de fan que ses prédécesseurs. En plus d'un moteur 3D innovant, le jeu introduit en effet un certain nombre d’innovations techniques ayant permis des améliorations significatives aussi bien au niveau des graphismes que du jeu en réseau. La performance de son code réseau et la simplicité d'utilisation de son mode multijoueurs a ainsi contribué à l’émergence des LAN et à fédérer une véritable communauté qui, grâce aux outils de développement mis à disposition par id Software, a contribué à améliorer le jeu en développant de nombreuses modifications du jeu comme Rocket Arena, Capture the Flag ou Team Fortress. À la suite de la mise sous licence de son moteur de jeu, l'id Tech 2, Quake a également permis la création de toute une génération de jeu, comme Hexen II ou Half-Life, utilisant le moteur développé par id Software.

Après la sortie de Quake, id Software améliore peu à peu son moteur de jeu, l’id Tech 2, tout en développant une première suite, baptisée Quake II, qui est publiée en 1997. Ils développent ensuite un nouveau moteur de jeu, l’id Tech 3, dont ils démontrent les performances avec Quake III Arena qui sort fin 1999. Contrairement à ses prédécesseurs, celui-ci se focalise sur le multijoueur, son mode solo se résumant à des affrontements contre des bots.

Trame[modifier | modifier le code]

Quake prend place dans un monde où le gouvernement, après plusieurs années de recherche et d’expérimentation, a réussi à développer un prototype rendant possible la téléportation. Celui-ci est cependant corrompu par un ennemi, connu sous le nom de code Quake, qui utilise le prototype pour envoyer ses créatures cauchemardesque dans la dimension des humains, préparant ainsi une possible invasion de la Terre. Le gouvernement décide alors d’envoyer une équipe de combattants à travers le portail afin d’éliminer cette menace. Le joueur incarne un soldat anonyme, seul survivant de l’opération envoyée à travers le portail de téléportation pour éliminer le démon à l’origine des attaques contre la terre. À partir d’une base encore sécurisée, celui-ci peut accéder, via des portails magiques, à quatre dimensions contrôlées par l’ennemi : La Dimension des Damnés, le Royaume de la Magie Noire, les Enfers et l'Ancien Monde. Chaque dimension permet au joueur d’acquérir une des quatre runes magiques de Shub-Niggurath, le lieutenant de Quake chargé d’envahir la terre, réunir les quatre permettant d’accéder à la dimension où se cache le démon[1],[2].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Quake est un jeu de tir subjectif reprenant les concepts introduits par id Software dans Wolfenstein 3D et réutilisé dans Doom puis Doom II. Comme dans ceux-ci, le joueur évolue dans des environnements en trois dimensions qu’il observe en vue subjective et qu'il doit traverser sans que son personnage ne meure. Chaque niveau du jeu est en effet peuplé de créatures hostiles que le joueur est amené à combattre – à l’aide d’armes qu’il récupère au fur et à mesure de sa progression – pour pouvoir avancer et en atteindre la sortie. Bien que le concept du jeu reste très similaire à celui de Doom, son système de jeu se distingue de celui de ses prédécesseurs par le fait que l’ensemble des environnements et des éléments du jeu soient réellement en trois dimensions permettant au joueur de les observer sous n’importe quel angle. Le joueur peut ainsi viser vers le haut ou le bas alors que dans Doom, l’action se déroule uniquement dans le plan horizontal. Le remplacement des sprites représentant les monstres par des modèles en trois dimensions modifie également le système de jeu en permettant par exemple au joueur d’attaquer un monstre par derrière[3],[4].

Ennemis[modifier | modifier le code]

Au fur et à mesure qu’il progresse dans le jeu, le joueur est amené à combattre des ennemis de plus en plus puissants mais ayant chacun des points forts et des points faibles. Chaque type de créature combat en effet de manière différente et est plus ou moins sensible aux effets des armes dont le joueur dispose[2]. Les premiers ennemis que le joueur rencontre, les grogons, sont par exemple de simples soldats armés de fusils – ils peuvent donc attaquer de loin – et souvent accompagné d’un rottweiler ne pouvant attaquer le joueur qu’au corps-à-corps. Certains ennemis disposent de plusieurs types attaques. Les ogres peuvent par exemple utiliser un lance-grenade pour attaquer à distance mais peuvent également combattre au corps-à-corps à l’aide de leur tronçonneuse. D'autres créatures sont quasiment insensibles à certain type d’armes. Les zombis – qui utilisent leur propre chair pour attaquer le joueur – ne peuvent ainsi être définitivement tués qu’à l’aide des projectiles explosifs tirés par le lance-grenade ou le lance-roquette. Certains ennemis disposent de capacités spécifiques. Les démons sont par exemple très rapides et sont capable de bondir pour arriver au corps-à-corps et attaquer avec leurs énormes griffes. D'autres créatures comme les spectres ou les piranhas peuvent également voler ou nager[5],[6].

Équipement[modifier | modifier le code]

Pour combattre les nombreux ennemis présents dans le jeu, le personnage ne dispose au départ que de deux armes : la hache, qui ne permet d’attaquer qu’au corps à corps, et le fusil qui permet d’attaquer à distance mais qui nécessite des munitions. Au fur et à mesure qu’il progresse, le joueur est amené à découvrir de nouvelles armes de plus en plus puissantes. Le fusil à double canon utilise par exemple les mêmes munitions que le fusil de base mais projette deux cartouche par coup ce qui double sa puissance de feu. Les fusils à clous sont moins puissants mais ont une cadence de tir beaucoup plus élevée. Le lance-grenade – dont les projectiles rebondissent sur les murs – et le lance-roquette sont au contraire plus lent et plus puissant mais leurs projectiles n’atteignent pas immédiatement leur cible permettant parfois aux monstres de les esquiver. Enfin, le thunderbolt projette de l’électricité à une cadence très élevée. À part la hache, chaque arme nécessite un certain type de munitions que le joueur peut récupérer en explorant les niveaux[3],[7].

En plus des armes, de nombreux bonus sont disponibles dans le jeu. Les plus fréquents – les trousses de soins et les blindages – permettent respectivement de se soigner et d’absorber une partie des dégâts subis par le personnage. Certains bonus, beaucoup plus rares et souvent dissimulés dans un passage secret, donnent au joueur des bonus spéciaux permettant par exemple d’augmenter temporairement les dégâts ou de devenir invisible ou invulnérable[8].

Interface[modifier | modifier le code]

L’interface du jeu est similaire à celle de Doom. La majeure partie de l’écran est occupée par ce que voit le joueur, c’est-à-dire l’environnement et les ennemis en face de lui. En bas au centre de cette zone, le joueur peut voir quelle arme se trouve dans sa main. Le bas de l’écran est occupé par les barres d’inventaire et de statut. La première liste les armes et la quantité de munitions dont le joueur dispose, mais aussi les bonus qui lui sont appliqués. La seconde précise la quantité de points de vie et de blindage que le joueur possède ainsi que la quantité de munitions dont il dispose encore pour l’arme qu’il tient dans la main. Au centre de la barre de statut se trouve également un portrait du personnage dont l’état s’aggrave au fur et à mesure qu’il perd des points de vie[9].

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Quake dispose de deux modes de jeu différents. Dans le mode solo, le joueur débute dans un niveau d’introduction permettant de choisir un des trois modes de difficulté du jeu  : facile, moyen et difficile[10]. Après avoir sélectionné le niveau de difficulté, le joueur peut accéder à un des quatre épisodes du jeu, chacun étant constitué de cinq à huit niveaux[10]. Bien qu’étant de difficulté croissante, les quatre épisodes peuvent être joués dans n’importe quel ordre et sont indépendants, le joueur garde ainsi son équipement d’un niveau à l’autre mais doit repartir de zéro lorsqu'il débute un nouvel épisode[11]. Le jeu mélange les décors médiévaux et gothiques d’Hexen avec des environnements futuristes dans la lignée de ceux de Doom. Le joueur est ainsi amené à visiter des bases militaires, des cryptes, des marais, des châteaux ou encore des cavernes[3],[12]. Si l’objectif de la majorité des niveaux reste d’en atteindre la sortie sans succomber sous l’assaut des monstres, certains niveaux proposent des éléments de gameplay différents, comme le dernier niveau de la première dimension dans lequel le joueur affronte un gigantesque monstre de lave.

De son côté, le mode multijoueurs permet de jouer en coopération ou les uns contre les autres en réseau local, par modem, ou sur Internet via le protocole TCP/IP[13],[14]. Le mode coopération permet de rejouer à plusieurs les niveaux du mode solo. Les objets ramassés par les joueurs réapparaissent alors après un certain temps et, quand un joueur meurt, il réapparaît immédiatement au début du niveau mais en ayant perdu tout son équipement. Le mode match à mort permet à plusieurs joueurs de s’affronter, chacun pour soi ou en équipe, dans des niveaux du mode solo vidés de tous leurs monstres et dans lesquels sont disséminés des armes, des munitions et des bonus, ou dans des niveaux dédiés spécialement à cet effet[10],[14].

Développement[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Le concept de Quake est imaginé au début des années 1990 alors qu’id Software travaille sur le développement de Commander Keen. Il s’inspire d’une campagne du jeu de rôle Donjons et Dragons dont le personnage principal, imaginé par John Carmack et baptisé Quake, possède un marteau de foudre, similaire à celui de Thor et capable de détruire des bâtiments, ainsi qu’une sorte de cube magique flottant au-dessus de sa tête. Le développement est cependant abandonné après seulement deux semaines de travail, les développeurs considérant que la technologie disponible à l’époque ne permet pas de rendre justice à leur idée[15],[16]. Après la sortie de Doom II en 1994, Carmack considère que la technologie est prête pour créer un moteur de jeu digne du concept de Quake. Il envisage alors de créer un jeu entièrement en trois dimensions permettant à des groupes de joueurs de s’affronter sur Internet. Lorsqu'il présente sa vision du futur moteur de Quake au reste de l’équipe, John Romero est particulièrement enthousiaste et commence à imaginer le concept du jeu. Pour lui, le marteau de foudre, qu’ils avaient imaginé à l’époque de Commander Keen, doit ainsi être l’arme principale du jeu et le cube magique flottant au-dessus de la tête du héros doit être doté d’une personnalité propre le poussant à accomplir des actions n’étant pas forcément en phase avec ce que souhaite faire le joueur[16].

Equipe de développement[modifier | modifier le code]

Pour travailler sur Quake, Carmack souhaite avoir à ses côté une personne de confiance pouvant contribuer à la programmation du moteur de jeu puis expérimenter les technologies ainsi créées. Pendant le développement de Doom, c’est Romero qui assumait ces deux rôles mais Carmack craint que ce dernier, distrait par le succès de Doom, ne puisse plus l’assister aussi efficacement. Carmack décide donc de se tourner vers quelqu'un d’autre[17].

Pour la partie programmation, il considère Michael Abrash comme la meilleure option. À l’époque, celui-ci est en effet une sorte de légende dans le monde de la programmation ; il a notamment écrit le livre ayant servi de référence à Carmack et Romero pour la programmation des moteurs graphiques de leurs précédents jeux. Abrash dirige alors la section « programmation graphique » de Microsoft et Carmack prend contact avec lui lors d’un voyage à Seattle. Celui-ci se montre intéressé et, malgré une contre-proposition de Bill Gates, il finit par accepter de rejoindre l’équipe d’id Software. C’est donc Michael Abrash qui assiste Carmack dans la programmation du moteur de Quake et l’expérimentation du moteur de jeu est finalement assurée par American McGee qui avait rejoint l’équipe peu après la sortie de Doom avant de travailler sur la conception des niveaux de Doom II[17]. De son côté, Romero est trop occupé par la communauté naissante de Doom pour contribuer au développement du moteur de jeu. Il ne travaille au final sur le jeu que pendant les sept derniers mois du développement[17],[18].

Au total, Quake a nécessité deux ans de développement à une équipe de neuf personnes, dont deux travaillant exclusivement sur la partie technique[19].

Programmation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Quake engine.

Pour réaliser le Quake engine, Carmack est parti du moteur de Doom et s'est servi de ses connaissances sur la partition binaire de l'espace (BSP) acquises lors du développement de Wolfenstein 3D sur Super Nintendo pour qui il devait optimiser le jeu afin de le faire tourner sur la console, moins puissante qu'un PC. Pour cela, il est assisté par Michael Abrash, qui rejoint l'équipe d’id Software au début du développement, et par un des programmeurs du studio, John Cash, avec qui ils travaillent pendant quasiment 14 mois pour réaliser le moteur 3D de Quake[21],[22].

Le premier problème qu'ils rencontrent est l'extraction des données 3D des zones créées par les concepteurs. En effet, pour générer une image, le moteur 3D doit se focaliser sur une zone spécifique du niveau, la partie que le joueur observe, afin de minimiser la puissance de calcul nécessaire pour générer cette image. Pour cela, deux étapes sont nécessaire. D'abord le moteur 3D doit déterminer ce qui est visible pour le joueur pour ensuite en créer l'image à l'aide de pixels. C'est là qu'intervient l'arbre BSP qui permet de diviser l'espace en zones convexes, permettant ainsi d'ordonner tous les secteurs d'un monde virtuel (ces secteurs correspondant à des zones du sol, un mur, une colonne…). L'agencement de ces zones se fait à l'aide de plans, disposés en arbre binaire. Quake en utilise plusieurs : deux associés au niveau, permettant de déterminer la ligne de vue et autorisant le joueur à parcourir celui-ci, et un arbre supplémentaire pour chaque objet mobile (comme les munitions par exemple). À l'époque, de nombreux développeurs pensent qu'il n'est pas possible de réaliser un moteur 3D avec des arbres BSP. Dans Doom, un seul arbre suffit en effet à dessiner l'ensemble du jeu. Mais pour obtenir de la vraie 3D, cela devient très compliqué du fait du grand nombre d'arbres BSP nécessaire, la puissance des ordinateurs de l'époque ne permettant pas de prendre en compte les 10 000 secteurs d'un niveau. Ce problème occupe Carmack pendant plusieurs mois mais il parvient à le résoudre en l'espace d'un week-end. En utilisant les données BSP du jeu, Carmack parvint à écrire une routine permettant de pré-calculer le potentially visible set (PVS) des secteurs. Ainsi, le PC n'est sollicité au maximum qu'au moment où le joueur passe d'une zone à une autre (via une porte par exemple). Pour voir à travers cette porte, le moteur calcule simplement quels secteurs pourraient être visibles jusqu'à ce que la ligne de vue expire[22].

Quand le programme est en cours, le moteur du jeu récupère les informations concernant le PVS pour le secteur dans lequel se trouve le joueur ainsi que la direction dans laquelle le joueur regarde. Ensuite, le moteur traite ces données pour déterminer les arêtes des polygones visibles qui sont ensuite convertis en « spans » (des polygones horizontaux) que le joueur voit. Ce processus se fait image par image et pendant qu'il tourne, les surfaces des polygones sont générées en mémoire cache. Ces méta-textures sont une combinaison des textures de base du niveau (telles que choisies par le concepteur d'icelui) et des informations liées à l'éclairage généré à partir d'une carte des lumières pré-calculée. Les informations concernant les objets présents dans la zone visible sont ensuite prises en compte avant que le moteur 3D ne construise l'image finale en y ajoutant les monstres et les autres joueurs en utilisant une technique connue sous le nom de Z-buffer, une vieille méthode utilisée pour l'affichage d'une scène 3D qui permet de déterminer si tel ou tel élément doit être affiché ou caché. Enfin, les sprites (utilisé par exemple pour les torches) sont ajoutés à l'ensemble. Ces informations sont enfin affichées avant que le processus ne recommence pour l'image suivante[22].

Changement de concept[modifier | modifier le code]

Alors que les développements de Wolfenstein 3D et de Doom n’ont respectivement duré que six mois et un an, la programmation du moteur de Quake n’est toujours pas terminée après un an de travail. Cela rend particulièrement difficile le travail des concepteurs, une partie significative du contenu créé par ces derniers devant être abandonné en cours de développement du fait de modifications du moteur de jeu. Au bout de quatorze mois, alors que le moteur du jeu est finalement terminé, Romero aborde le sujet du design du jeu, notant qu’il est temps de construire un jeu digne du moteur programmé par Carmack. Le reste de l’équipe est cependant exténué après cette année de travail et le concept ambitieux de départ n’est alors plus défendu que par Romero. Carmack décide donc finalement de l’abandonner au profit d’un jeu dans la lignée de Doom[18],[23].

Conception[modifier | modifier le code]

L’ensemble des niveaux de Quake a été créé par American McGee, John Romero, Tim Willits et Sandy Petersen à l’aide d’un éditeur de niveau créé spécialement à cet effet par Carmack et Romero[24]. Aucune spécification n’ayant été donnée concernant la conception et l’enchaînement des niveaux, chaque niveau est construit de manière indépendante. Les concepteurs réalisent donc les différents environnements suivant leurs propres styles et préférences. Les niveaux créés par American McGee s’inspirent par exemple de l’architecture classique (églises, châteaux, temples…) ou de l’architecture du Proche-Orient ancien et se distinguent par la présence très fréquente de lave et de pièges. Les quatre concepteurs n’ayant que peu collaboré sur la conception des niveaux, ceux-ci forment un ensemble relativement hétérogène et ont été regroupés par épisodes sans logique particulière. Avant d’être intégré dans la version finale du jeu, chaque niveau a été testé en interne afin de sélectionner les plus intéressants d’entre eux. Les niveaux ont été baptisés par John Romero et Sandy Petersen[25].

Audio[modifier | modifier le code]

La majeure partie des effets sonores de Quake a été créée par American McGee en mélangeant des sons existants, issus de bibliothèques sonores, et des sons créés spécialement pour le jeu. Le groupe Nine Inch Nails notamment – incluant à l’époque Trent Reznor et Chris Vrenna – a participé à la création de ces effets sonores et de la bande originale. Dans ce cadre, les membres du groupe furent impliqués dans la conception dès le début du développement, American McGee leur fournissant régulièrement des versions alpha du jeu afin de leur donner une idée de son style et de son architecture. L’association entre les musiques et les environnements s’est par contre faite très tard dans le développement, les pistes audio n’ayant pas été créées spécifiquement pour les niveaux[25],[26].

Publication[modifier | modifier le code]

Négociation avec GT Interactive[modifier | modifier le code]

Lorsqu'id Software commence a négocier les droits concernant la commercialisation de Quake avec GT Interactive, la plupart des éditeurs considèrent les shareware comme une chose du passé n'étant adapté qu'a la distribution de jeux en perte de vitesse. Ron Chainmowitz, alors chargé des négociations par GT Interactive, n'hésite donc pas à laisser les droits de la version shareware du jeu au studio de développement. À l'époque, les développeurs d'id Software reproche à l'éditeur de ne pas gérer correctement les profits générés par Doom II et souhaite donc écarter ces dernier du projet Quake, bien que GT Interactive détienne les droits sur la version commercial du jeu. Pour cela, Mike Wilson propose une nouvelle manière de capitaliser sur la version shareware de Quake. Au lieu de distribuer celle-ci gratuitement sur Internet, il propose de la distribuer sur un CD-ROM contenant également la version complète du jeu, cette dernière pouvant ensuite être débloqué en achetant le jeu. Malgré les réserves de Carmack, l'ensemble du studio s'accorde pour retenir cette solution[27].

Sortie[modifier | modifier le code]

Début 1996, le jeu était suffisamment avancé pour permettre la mise en ligne d'une première version du jeu destinée à tester le fonctionnement de celui-ci sur différents types de configuration. Le 24 février 1996, soit quatre mois avant la sortie du jeu, id Software diffuse donc une version de démonstration de Quake permettant de jouer en multijoueurs sur trois cartes dédiées à cet effet[28],[29]. Celle-ci n'est pas très bien reçu par les différents testeurs qui notent que le jeu est trop sombre, trop lent et que son gameplay n'a rien à voir avec celui plus rapide de Doom, obligeant le studio à revoir rapidement sa copie afin de rendre le jeu plus cohérent. A moitié convaincu, les développeurs écrivent alors le scénario de Quake dans lequel il introduise le système de portails de téléportation permettant de se rendre d'une dimension à une autre. En juin, le jeu est finalement terminé et le samedi 22 juin 1996, Romero diffuse sur Internet la version shareware du jeu incluant 32 niveaux solo et six cartes multijoueurs[30]. Un mois plus tard, le 22 juillet 1996, la version complète de Quake, fonctionnant sous MS-DOS, est publiée par GT Interactive.

Extensions et versions[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

VQuake[modifier | modifier le code]

Fin 1996, id Software publie un patch, baptisé VQuake, optimisant le jeu pour les chipsets Vérité 1000 de Rendition popularisés par les cartes 3D Blaster PCI de Creative Labs. Quake devient ainsi le premier jeu vidéo à bénéficier des améliorations apportées par ce type de carte graphique, ce qui lui vaut d'être inclus dans le paquetage promotionnel de ces dernières. Ces optimisations permettent notamment de faire fonctionner le jeu avec une définition d’écran plus élevée, des couleurs 16-bits, de l'anti-aliasing, un MIP mapping par polygone et un filtrage bilinéaire. Combiné avec l'ajout de nouveaux effets d'éclairage dynamique, VQuake améliore ainsi sensiblement le rendu graphique du jeu pour les possesseurs de cartes graphiques[31],[32].

QuakeWorld[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie, Quake supporte le protocole TCP/IP, permettant ainsi de jouer en multijoueurs sur Internet dans un environnement client-serveur. Si ce dernier se révèle performant pour les joueurs disposant d'une connexion haut débit, à l'époque peu fréquentes, il n'en est pas de même pour les joueurs ne disposant que d'un modem. En effet, l'architecture client-serveur implique que toutes les informations transmises par le joueur (comme l'ordre de se déplacer ou de tirer) passent par le serveur avant d'être redirigées vers le client, générant ainsi une latence de l'ordre de 300 à 500ms avec une connexion par modem, latence qui peut fortement affecter le gameplay. Pour pallier ce défaut, Carmack travaille sur un nouveau concept baptisé « prédiction côté client ». L'idée de base de celui-ci est que le client (le joueur) n'ait plus besoin d'attendre un retour du serveur pour pouvoir se déplacer ou tirer. Pour cela, Carmack programme un nouveau code client utilisant les informations concernant un objet (comme sa position ou sa vitesse) déjà transmises par le serveur pour prédire la future position de cet objet. Le client n'a ainsi pas besoin d'un retour constant du serveur pour déterminer la position des différents objets, permettant au joueur de contrôler son personnage indépendamment du serveur[31]. Cette innovation est intégré par id Software dans une application client baptisée QuakeWorld qui est publiée le 17 décembre 1996. Inédit à l'époque, son système de prédiction côté client fut considéré comme une révolution pour le jeu en ligne qui a fortement contribué à son développement[31],[33],[34].

GLQuake[modifier | modifier le code]

Le 22 janvier 1997, id Software publie un nouveau patch, baptisé GLQuake, qui utilise l'interface de programmation OpenGL 3D API, permettant ainsi de profiter de l'accélération 3D d'un carte graphique pour décharger le processeur et améliorer le nombre d'images par seconde. GLQuake permet également de faire tourner le jeu avec de meilleurs définitions d'écran et introduit plusieurs nouveautés comme un système de filtrage bilinéaire ou la gestion des ombres, des reflets et de la transparence de l'eau. Enfin, le patch inclut également un pilote informatique autorisant le jeu à fonctionner avec les cartes graphiques 3dfx Voodoo, celles-ci étant à l'époque les seules cartes graphiques grand publique pouvant tirer parti des fonctionnalités OpenGL de GLQuake[35],[36].

Version Macintosh[modifier | modifier le code]

Après la sortie de la version MS-DOS de Quake en 1996, id Software développe une version fonctionnant sur Mac OS qui est publié le 5 mars 1997 par MacSoft Games[37]. Bien que sortie près d’un an après la version originale, le contenu de celle-ci ne diffère en rien de celui de la version PC. Elle bénéficie cependant des dernières améliorations apportées au moteur graphique du jeu lui permettant notamment de faire tourner le jeu avec une définition d'écran de 640x480 alors que la version originale était au départ limité au 320x280[38],[39].

Version Windows[modifier | modifier le code]

Le 11 mars 1997, id Software publie WinQuake, une version du jeu développée par Michael Abrash pour fonctionner sous Windows. La version originale, programmé pour MS-DOS, est en effet compatible avec Windows 95 mais ne fonctionne pas sous Windows NT qui nécessite un accès direct au matériel. WinQuake permet au contraire d'y accéder via les API Win32 comme DirectSound, DirectInput ou DirectDraw supportées par Windows 95 et Windows NT. Comme GLQuake, WinQuake permet également de faire tourner le jeu avec de meilleurs définitions d'écran.

Versions consoles[modifier | modifier le code]

Le jeu est également porté sur les consoles Saturn puis Nintendo 64. La version Saturn, développé par Lobotomy Software, est publiée par SEGA le 31 octobre 1997. Celle-ci reprend le mode solo du jeu original et a été adapté pour permettre de jouer avec une manette de jeu. La qualité des graphismes a par contre été revue à la baisse pour tenir compte de la puissance limitée de la console et le mode multijoueurs est absent de cette version[12],[40]. La version Nintendo 64 développé par Midway Games est publiée par le 24 mars 1998. Comme la version Saturn, celle-ci reprend à l’identique le mode solo du jeu original et si de légères modifications ont été apportées à certains niveaux, aucune nouvelle carte ne fait son apparition. Si les effets sonores sont inchangés, la musique et le rendu en temps réel des lumières ont disparu pour tenir compte du manque de puissance de la console. Contrairement à la version Saturn, Quake 64 permet de jouer en duel en écran splitté. Il n’est par contre pas possible de jouer en coopération[41],[42].

En 1998, LBE Systems et Laser-Tron publient Quake: Arcade Tournament Edition, une version du jeu sur borne d'arcade[43].

Enfin, une version du jeu destinée à la console Zeebo de Tectoy est publié le 25 mai 2009[44].

Autres[modifier | modifier le code]

Le jeu a également été porté sur Amiga par PXL computers en 1998 et sur Acorn 32-bit par R-Comp Interactive en 1999[45]. Une version pour téléphone mobile, développé par id Software, est publiée par Pulse Interactive en octobre 2005. Comme les versions Saturn et Nintendo 64, celle-ci se concentre sur le mode solo du jeu et ne permet pas de jouer en multijoueurs. Elle est par contre compatible avec n’importe quel mod[46].

Extensions[modifier | modifier le code]

Scourge of Armagon[modifier | modifier le code]

La première extension du jeu, baptisée Quake Mission Pack 1: Scourge of Armagon et développée par Hypnotic Entertainment, est publié par Activision le 28 février 1997. Celle-ci introduit quinze nouvelles missions solo, une nouvelle arène pour le multijoueurs et de nouveaux éléments de gameplay comme des murs destructibles ou des structures pivotantes. Je joueur y incarne un soldat luttant contre un général de Quake, appelé Armagon, prévoyant d'attaquer la terre via un portail dimensionnel. De nouvelles créatures apparaissent dans le mode solo comme le Centroids, un scorpion cybernétique armé de fusils à clou, le Gremlins, une créature pouvant dérober les armes du joueur et se multiplier en mangeant des cadavres, ou encore les Spikes Mines, une orbe explosant au contact du joueur. Pour les combattre, le joueur dispose de nouvelles armes incluant un marteau émettant des décharges électriques, un canon laser et un lanceur de mines[35],[47].

Dissolution of Eternity[modifier | modifier le code]

Une deuxième extension, intitulée Quake Mission Pack 2: Dissolution of Eternity et développée par Rogue Entertainment, est publié par Ubisoft le 31 mars 1997[35]. Celle-ci introduit également 15 nouveaux niveaux peuplés par quatre créatures inédites dont des fantômes armés de deux épées, des statues capables de bouger, des supers chevaliers et des esprits flottants dans les airs et tirant des boules de feu. Elle inclue également cinq nouvelles armes inspirées de celles du jeu original, comme le multigrenades et le multiroquette dont les projectiles se séparent en plusieurs morceaux, et deux nouveaux bonus : la ceinture anti-gravité et le bouclier de protection. L'extension ajoute enfin un nouveau mode de jeu multijoueurs, un capture du drapeau pouvant se jouer de trois façon différentes, dans lequel les joueurs peuvent utiliser un grappin[35],[48].

Extensions non officielles[modifier | modifier le code]

En plus des deux Missions Pack, le jeu à bénéficier de nombreuses extensions commerciales non officielles :

L'extension Malice, développée par Ratloop et publié par Quantum Axcess en 1996, fonctionne comme un stand-alone introduisant ses propres créatures, armes et environnements. Le joueur incarne un mercenaire, travaillant pour un syndicat du crime, dont la mission est d'assassiner un rival de son commanditaire. De nouvelles créatures remplacent celles du jeu original, comme les robots ou les terroristes, le joueur disposant pour les affronter d'un arsenal inédit incluant entre autres un uzi, un lance-flammes et un rail gun. L'extension introduit également de nouveaux éléments de gameplay. Le joueur dispose en effet de divers gadgets, comme un parachute et un sous-marin, et doit recharger son arme avec une touche spécifique lorsque son chargeur est vide[49],[50].

Une autre extension, intitulée Shrak et développée par Quantum Axcess, est publiée le 31 janvier 1997. Celle-ci introduit 19 nouvelles missions solo, tenants plus du jeu de plates-formes que du jeu de tir, de nouveaux éléments de gameplay et de nouveaux niveaux multijoueurs. De nouvelles créatures remplacent celles du jeu original, comme une araignée pouvant lancer des grenades ou un œil volant électrifié. Pour les combattre, le joueur dispose d'un nouvel arsenal d'armes incluant notamment un pistolet laser, un pistolet à fléchettes libérant du gaz dans sa cible pour la faire s'envoler et exploser ou un convertisseur permettant de faire changer de camp certains ennemis. L'arsenal du joueur est également enrichi d'une ceinture donnant accès a une torche, a des mines de proximités et à un grappin permettant d'atteindre des endroits innaccessibles[51],[52],[53].

Développée par WizardWorks Software et publiée le 31 janvier 1997, l'extension Q!Zone introduit 35 nouveaux niveaux, quatre nouvelles créatures et une nouvelle arme, le slicer, tirant des shurikens de glace[54],[52],[55]. Une autre extension, développée par le studio Zero Gravity Entertainment et baptisée X-Men: The Ravages of the Apocalypse, est publié par WizardWorks en décembre 1997. Contrairement à Q!Zone, celle-ci fonctionne comme un stand-alone et introduit ses propres créatures, armes et environnement. L'extension se déroule dans un univers inspiré des comics Marvel dans lequel le super-vilain Apocalypse, profitant des ravages causé par Onslaught dans les rangs des X-Mens, parvient à capturer et à cloner ces derniers. Le joueur incarne un personnage anonyme chargé par Magnéto de prendre d'assaut la citadelle d'Apocalypse. De nouvelles créatures, inspirés des personnages du comics, remplacent celles du jeu original. Pour les combattre, le joueur dispose d'un arsenal d'armes inédit incluant notamment un gantelet énergétique, un fusil de chasse, un canon à plasma et un lance-flammes[56].

D'autres extensions, comme Dark hour ou Aftershock sont de simples compilations incluant uniquement de nouvelles cartes solo ou multijoueurs[57],[58],[59].

Modifications[modifier | modifier le code]

Peu après la sortie de la version complète de Quake le 22 juillet 1996, id Software met à la disposition des joueurs le compilateur du langage de programmation du jeu, le QuakeC, un langage similaire au C utilisé par les développeurs pour définir les différents paramètres de Quake grâce à la programmation orientée objet du moteur du jeu. La possibilité ainsi offerte de modifier la quasi-totalité des mécanismes de jeu, comme la physique des armes, les règles d'une partie ou l'intelligence artificielle, transforme Quake en une sorte de plate-forme de développement permettant la création de nombreux mods pouvant être appliqué à une partie solo ou multijoueurs. Certains, très simples, permettent par exemple de zoomer, de modifier l'apparence des personnages ou de contrôler certaines créatures du jeu. D'autres, comme Rocket Arena, Capture the Flag, Slide ou encore Team Fortress, modifient le jeu en profondeur et introduisent des nouveaux modes de jeux permettant par exemple de s'affronter par équipe en multijoueurs[60],[61],[62].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Quake
Média Nat. Notes
Sur PC (1996)
Coming Soon US 68 %[63]
Computer Gaming World US 5/5[64]
Entertainment Weekly US B+[65]
Game Revolution US A-[2]
GameSpot US 93 %[3]
Gen4 FR 5/5[66]
Jeuxvideo.com FR 18/20[67]
Joystick FR 90 %[60]
Sur Saturn (1997)
Allgame US 3.5/5[12]
GameSpot US 64 %[40]
Sur Amiga (1998)
Amiga Format FR 94 %[45]
CU Amiga FR 95 %[68]
Sur Nintendo 64 (1998)
Consoles + FR 88 %[69]
GameSpot US 69 %[42]
IGN US 80 %[41]
Joypad FR 70 %[70]

Quake[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Bénéficiant du succès de ses prédécesseurs Doom et Doom II, la version PC de Quake connaît dès sa sortie un important succès critique et commercial[71]. Le site web Gamespot le qualifie par exemple de « chef-d'œuvre » et les sites Game Rankings et Metacritic lui attribuent des scores de plus de 90 %[3],[72],[73]. À sa sortie le jeu est d’abord félicité pour son moteur graphique innovant permettant d’afficher la totalité des éléments du jeu en trois dimensions, la qualité et le réalisme des animations en temps réel est également mis en avant. Le résultat est décrit comme étant « incroyable », les critiques notant que cette évolution introduit une dimension inédite dans un jeu de tir subjectif permettant d’améliorer considérablement le gameplay du jeu[3],[2]. D'après les critiques, la qualité des effets sonores et des musiques n’a rien à envier à la qualité des graphismes et contribuent à renforcer l’ambiance sombre et sinistre du jeu. La bande originale, composées par Trent Reznor, est souvent mise en avant par les testeurs qui n’hésitent pas à la décrire comme une des meilleures bandes originales jamais composée pour un jeu vidéo sur ordinateur[3],[65],[74].

Si la plupart des critiques décrivent le principe du jeu comme étant similaire à celui de ses prédécesseurs, les testeurs s’accordent pour dire que les innovations apportées par le moteur graphique développé par id Software apportent une profondeur inédite au système de jeu. Le test de Gamespot note ainsi que l’environnement en « vrai trois dimension » permet au joueur d’attaquer, ou d’être attaqué, dans n’importe quelle direction, poussant le joueur à adopter de nouvelles stratégies. D'après les critiques, le moteur 3D a également permis aux développeurs de créer des niveaux plus sophistiqués et plus intéressants que dans n’importe quel autre jeu de tir à la première personne[3],[2]. Outre l’aspect graphique, c’est le mode multijoueurs qui est décrit comme le point fort du jeu. Le site Game Revolution considère ainsi que Quake surpasse la concurrence en ce qui concerne le jeu en réseau et note que celui-ci fonctionne très bien même sur Internet. Certaines critiques saluent également la qualité des cartes dédiées au mode multijoueurs en précisant que celle-ci ont été construite pour récompenser l’habilité des joueurs plutôt que la chance[3],[2].

Ventes[modifier | modifier le code]

A sa sortie en juin 1996, 500 000 exemplaires du jeu sont mis en vente[75]. Le jeu connaît rapidement un important succès commercial lui permettant de générer plus de 19 millions de dollars de recette dans les un an et demi suivant sa publication[76]. D'après Todd Hollenshead et à la date du 15 octobre 1999, le jeu s'était écoulé à un million d'exemplaires, sans compter les ventes des versions consoles du jeu et les accords avec les fabricants de matériel informatique[77]. Au total, le jeu se serait écoulé à 1,8 millions d'exemplaires[78].

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1996, le jeu est lauréat d'argent aux Players d'Or du magazine Player One dans la catégorie « meilleur jeu d'action ». Il est également designé comme le meilleur jeu multijoueurs de l'année par le magazine Power Play. L'année suivante, il est lauréat aux Game of the Year Awards du magazine Computer Gaming World dans les catégories meilleur jeu d'action et réalisation technique.

Rétrospectivement, la presse spécialisée le considère comme l'un des meilleurs jeux de tir subjectif de tous les temps. Dès 1996, le magazine Computer Gaming World le classe ainsi à la 48e position de son classement des « meilleurs jeux vidéo de tous les temps ». En 1997, il prend la deuxième place dans le classement des 100 des meilleurs jeux publié par le magazine PC Jeux[79],[80]. Plus récemment, en 2006, le site internet Gamasutra classe Quake en deuxième position derrière Half-Life dans sa liste des jeux de tir à la première personne ayant le plus fait avancer le genre. Enfin, le site web IGN le classe en 50e position dans son classement des 100 meilleurs jeux de tir subjectif de tous les temps[81],[82].

Extensions[modifier | modifier le code]

Scourge of Armagon[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Scourge of Armagon
Média Nat. Notes
Amiga Format UK 75 %[50]
Computer Gaming World US 4.5/5[52]
GameSpot US 86 %[47]
Gen4 FR 3/5[35]
Joystick FR 74 %[83]

Comme Quake, l'extension Scourge of Armagon est bien accueilli par la presse spécialisée qui juge qu'elle est d'une qualité comparable à celle du jeu original et qu'il s'agit plus d'une suite que d'une simple compilation de niveau[47],[35]. Techniquement, les critiques regrettent le manque d'innovations, notamment au niveau des graphismes[83], mais notent que la nouvelle bande originale est « cool »[47] et que l'intelligence artificielle des créatures s'est nettement améliorée par rapport au jeu original, celles-ci pouvant ainsi éviter les attaques et sauter d'une plate-forme à une autre[52],[35]. Malgré l'absence de décors inédits[83], l'architecture des nouveaux niveaux est unanimement saluée par les journalistes. Ces derniers la jugent de très grande qualité et la décrivent comme « saisissante »[52],[35]. Ils notent notamment que le parcours du joueur mélange adroitement des passages aériens et aquatiques et qu'il est semé de piège pouvant se révéler redoutable, certaines critiques regrettant néanmoins que certains passages sont trop difficile et ainsi devenir frustrant pour les joueurs peu expérimentés[35],[83]. Dans le domaine des nouveautés, les critiques soulignent l'inventivité des nouvelles armes, créatures, bonus et armes, certains journalistes regrettant néanmoins qu'il n'y ait pas plus de nouveaux ennemis[52],[35]. L'aspect multijoueurs de l'extension est également salué par la presse spécialisé qui jugent les nouveaux niveaux parfaitement adapté au mode match à mort et qui notent que les nouvelles armes apportent réellement quelque chose au jeu à plusieurs[47],[83]. Globalement, Scourge of Armagon est donc décrit comme une extension de qualité fortement recommandé pour tous les fans du jeu original. Les journalistes regrettent cependant sa difficulté et son prix un peu trop elevée[52],[47].

En 1998, le magazine Computer Gaming World lui décerne le titre de lauréat dans la catégorie extension de l'année.

Dissolution of Eternity[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Dissolution of Eternity
Média Nat. Notes
Amiga Format UK 84 %[50]
Computer Gaming World US 4.5/5[52]
GameSpot US 77 %[84]
Gen4 FR 4/5[35]
Joystick FR 76 %[48]

Comme le premier Mission Pack, l'extension Dissolution of Eternity est bien accueilli par la presse spécialisée qui la juge encore meilleur que Scourge of Armagon[48]. Techniquement, celle-ci est jugée très impressionnantes. Les critiques mettent ainsi en avant les améliorations apportés au moteur du jeu, qui supporte maintenant l'OpenGL, et ses graphismes qui atteignent un niveau de détail supérieur à ceux du jeu original[35],[52]. Ses décors, inspirés de civilisations disparues, sont décrits comme étant de « toute beauté » et sa bande originale est également jugée très réussie. L'architecture des nouveaux niveaux est jugée remarquable, la complexité et la taille imposante de ces derniers étant décrits comme le point fort de l'extension[48],[52]. Certaines critiques notent cependant que naviguer dans de tels niveaux peut se révéler frustrant [84]. En matière de nouveautés, les critiques mettent en avant la plus grande variété de nouvelles créatures que dans la première extension. Ceux-ci sont jugés formidable même si certaines critiques notent que certaines d'entre elles n'apportent pas grand-chose à l'ambiance du jeu[52],[84]. En matière d'arsenal, les critiques sont plus partagées. Certaines considère en effet qu'elles ne sont que des resucées d'armes du jeu original, d'autres jugeant au contraire qu'elles sont très amusantes à utiliser[35],[52]. L'aspect multijoueurs est également bien accueilli par la presse spécialisé qui salue l'introduction d'un nouveau mode de jeu, un capture du drapeau pouvant se jouer de trois manière différentes et dans lequel les joueurs disposent d'un grappin, qui renouvelle l'intérêt du jeu à plusieurs[35],[48]. Comme la première extension, Dissolution of Eternity est recommandé les critiques à tous les fans du jeu original malgré une difficulté jugée particulièrement elevée[48],[52].

Postérité[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Quake est considéré comme un des jeux vidéo les plus influents de tous les temps. Ainsi, le site Gamespot juge que si Wolfenstein 3D et Doom sont des jeux révolutionnaire ayant définis le genre, l’influence de Quake, qui représente la culmination de la technologie développé par id Software, a été encore plus importante. Celui-ci définit en effet de nouveaux standards en matière de gameplay, de technologie, de modèle économique, de personnalisation et de communauté et parvient ainsi à attirer encore plus de fan que les précédents titres d’id Software[71],[85].

Impact sur le genre[modifier | modifier le code]

Alors que des jeux comme Hexen ou Duke Nukem 3D se contentent à l’époque d’appliquer le concept de Doom, Quake parvient à révolutionner le genre en introduisant un monde entièrement en trois dimensions. En effet, dans Doom, la troisième dimension (correspondant à la verticale) est rendue de manière détournée, le joueur ne pouvant donc pas viser vers le haut ou vers le bas, et les personnages sont représenté par des sprites en 2D. Quake introduit au contraire un monde réellement en trois dimensions dans lesquels des modèles 3D remplace les sprites pour les personnages et disposant d’un véritable moteur physique. Cette innovation permet d’enrichir considérablement de gameplay du jeu en permettant au joueur de développer de nouvelles techniques et stratégies que l’on retrouve dans la plupart des jeu de tir à la première personne depuis[85].

Impact technologique[modifier | modifier le code]

En plus de son moteur 3D révolutionnaire pour l’époque, Quake introduit un certain nombre d’innovations techniques ayant permis des améliorations significatives aussi bien au niveau des graphismes que du jeu en réseau. Ainsi, avec VQuake puis QuakeGL, il devient le premier jeu à profiter de l’accélération 3D des cartes graphiques, permettant ainsi une amélioration significative des graphismes et des performances du jeu. Grâce à cette innovation, de nouveaux effets graphiques apparaissent également dans le jeu, comme la gestion des ombres, des reflets et de la transparence de l'eau. Son code réseau a également introduit de nombreuse avancée technique, comme le protocole TCP/IP et l’environnement client-serveur, qui améliorent la performance et simplifie jeu en multijoueurs. Avec QuakeWorld, il introduit également un nouveau concept, baptisé prédiction côté client, permettant de fortement réduire la latence lors des parties sur Internet[85],[31].

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Quake engine.

En plus de s’imposer comme une référence du genre, Quake a également permis la création de toute une génération de jeu, comme Hexen II ou Half-Life, utilisant le moteur du jeu, l’id Tech 2, programmé par id Software. En effet, alors qu’à l’époque, la plupart des développeurs n’utilisent leurs moteurs graphiques que pour leurs propres jeux, id Software choisit une direction différente en mettant l’id Tech 2 sous licence, permettant ainsi à d’autres développeurs de l’utiliser en échange d’une importante somme d’argent. Ce système, aujourd’hui commun dans l’industrie du jeu vidéo, ce révèle rapidement payant aussi bien au niveau financier qu’en termes de crédibilité auprès des joueurs. L’id Tech 2 ouvre ainsi la voie à toute une série de moteur de jeu développé par id Software, comme l’id Tech 3 et l’id Tech 4, mais aussi à des moteurs de jeu développé par des concurrents comme l’UnrealEngine[85],[71],[86]. La méthode utilisée par id Software pour commercialiser Quake se révèle également très influente en permettant l’émergence d’un nouveau modèle économique basé sur le shareware dans lequel une partie du jeu est distribué gratuitement, les joueurs devant ensuite payé pour accéder au reste du jeu. Si avec Quake, id Software développe un nouveau modèle économique basé sur la mise sous licence de leur moteur de jeu, ils cultivent également la nature open source du jeu PC en mettant gratuitement à disposition du publique le code de leurs anciens moteurs. Le code source de Quake et de QuakeWorld est ainsi mit sous licence publique générale GNU en 1999, id conservant cependant les droits sur le contenu du jeu[71].

Communauté[modifier | modifier le code]

La performance du code réseau de Quake et la simplicité avec laquelle il est possible d’y jouer en réseau contribue à l’émergence de LAN, comme la QuakeCon, lors desquels de nombreux joueurs se retrouve au même endroit pour s’affronter dans le jeu[85],[87]. Ces LAN et la mise à disposition par id Software d’outils de développement permettant de modifier la quasi-totalité du jeu parviennent à fédérer une véritable communauté de joueurs autour de Quake. Cette communauté contribue notamment à la création de nombreuses modifications, comme Rocket Arena, Capture the Flag ou Team Fortress, qui modifie le jeu en profondeur et offrent un gameplay totalement différent de celui du jeu original. Ces modifications deviennent particulièrement populaires et contribuent en partie au succès commercial du jeu, poussant d’autres studio de développement à offrir des outils similaires aux joueurs afin d'accroître les ventes et la longévité de leurs jeux[85],[88].

Suite[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Quake II et Quake III Arena.

Après la sortie de Quake, John Carmack améliore peu à peu son moteur de jeu, l’id Tech 2, tout en développant une première suite, baptisée Quake II, qui est publiée le 30 novembre 1997. Il développe ensuite un nouveau moteur de jeu, l’id Tech 3, qu'id Software utilise pour le développement de Quake III Arena qui sort le 2 décembre 1999. Contrairement à ses prédécesseurs, celui-ci se focalise sur le multijoueur, son mode solo se résumant à des affrontements contre des bots[89],[90]. id Software développe ensuite un nouveau moteur de jeu, l’id Tech 4, dont ils font la démonstration avec Doom 3 qui sort en 2004. Le nouveau moteur est ensuite utilisé par Raven Software pour le développement de Quake 4, qui sort fin 2005, puis par Splash Damage pour le développement de Enemy Territory: Quake Wars qui sort en 2007[91],[92].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. id software 1996, L'histoire, p. 1.
  2. a, b, c, d, e et f (en) Alex Macfarlane, « Quake Review », sur GameRevolution.com,‎ 1er juillet 2004.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Trent C. Ward, « Quake Review », sur Gamespot.com,‎ 22 juin 1996.
  4. (en) Nick, « Quake’s 15th Anniversary », sur Bethblog.com (blog officiel de Bethesda Softworks),‎ 22 juin 2011.
  5. Ernaux et Marié 1996, Bestiaire, p. 20-22.
  6. id software 1996, Les méchants p. 16-17.
  7. id software 1996, Armes, p. 12-13.
  8. id software 1996, Power-ups, p. 15.
  9. id software 1996, L'écran, p. 9-10.
  10. a, b et c id software 1996, Niveau de difficulté, p. 3.
  11. id software 1996, Les épisodes, p. 4.
  12. a, b et c (en) Michael L. House, « Quake Saturn Review », sur Allgame.com.
  13. id software 1996, Multi-joueurs, p. 20-22.
  14. a et b Ernaux et Marié 1996, Quake en réseau : La connexion facile !, p. 31.
  15. (en) Ryan Winterhalter, « Why Quake Changed Games Forever - Part 1 », sur 1UP.com,‎ 10 octobre 2011.
  16. a et b Kushner 2003, Chapter 11: Quakes, p. 144.
  17. a, b et c Kushner 2003, Chapter 11: Quakes, p. 152-154.
  18. a et b Barton 2013, Chapter 2: John Romero, Architect of Doom, p. 20-21.
  19. Ernaux et Marié 1996, Extrait d'entretien avec Jay Wilbur, p. 27.
  20. id software 1996, id Software is, p. 24.
  21. (en) Ryan Winterhalter, « Why Quake Changed Games Forever - Part 2 », sur 1UP.com,‎ 10 octobre 2011.
  22. a, b et c (en) Paul Schuytema, « How to bake a Quake », Computer Gaming World, no 144,‎ juillet 1995, p. 103-108 (lire en ligne).
  23. Kushner 2003, Chapter 12: Judgement Day, p. 167-169.
  24. (en) Ryan Winterhalter, « Why Quake Changed Games Forever - Part 4 », sur 1UP.com,‎ 10 octobre 2011.
  25. a et b (en) Spirit, « American McGee on Quake », sur quaddicted.com,‎ Juin 2004.
  26. (en) « Interview with American McGee », sur burningsouls.com.
  27. Kushner 2003, Chapter 12: Judgement Day, p. 169-170.
  28. Kushner 2003, Chapter 12: Judgement Day, p. 174.
  29. (en) John Romero, « Qtest : Operating Instructions », sur Shacknews.com,‎ 1996.
  30. Kushner 2003, Chapter 12: Judgement Day, p. 175.
  31. a, b, c et d (en) Richard Leadbetter, « Tech Focus: The Legacy of id Software », sur gamesindustry.biz,‎ 12 octobre 2011.
  32. (fr) Stéphane Quentin et Mathilde Remy, « Les cartes 3D : Le chip Rendition », Joystick, no 78,‎ janvier 1997, p. 48.
  33. (fr) Frédéric Marié, « QuakeWorld : Quake pris en flag ! », Gen4, no 91,‎ juillet 1997, p. 110-111.
  34. (en) V. Long, « Quake Aftershocks », Computer Gaming World, no 147,‎ octobre 1996, p. 178 (lire en ligne).
  35. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (fr) Thierry Falcoz, « Quake, Pack 1 et 2 – De la suite dans les ID », Gen4, no 99,‎ mai 1997, p. 126-128.
  36. Kushner 2003, Chapter 13: Deathmatch, p. 181-182.
  37. (en) « Quake (Macintosh) », sur IGN.com.
  38. (en) Misha Sakellaropoulo, « Review: Quake », sur Macnn.com,‎ 1998.
  39. (en) D. D. Turner, « Quake », sur Mac Addict,‎ Novembre 1997.
  40. a et b (en) Lawrence R. Edelstein, « Quake Saturn Review », sur Gamespot.com,‎ 5 mars 1998.
  41. a et b (en) Bob Strauss, « Quake (Nintendo 64) », sur IGN.com,‎ 24 mars 1998.
  42. a et b (en) Tim Soete, « Quake Review (Nintendo 64) », sur Gamespot.com,‎ 18 février 1998.
  43. (en) « Quake: Arcade Tournament Edition », sur Arcade-museum.com.
  44. (fr) Edouard le Ricque, « Zeebo : la console pour les pays émergents », sur tomsguide.fr,‎ 24 mars 2009.
  45. a et b (en) Andy Smith, « Quake Review », Amiga Format, no 111,‎ juin 1998, p. 32-35.
  46. (en) Avery Score, « Quake Mobile Review », sur Gamespot.com,‎ 24 octobre 2005.
  47. a, b, c, d, e et f (en) Tim Soete, « Quake Mission Pack: Scourge of Armagedon Review », sur Gamespot.com,‎ 19 mars 1997.
  48. a, b, c, d, e et f (fr) Kika, « Quake : Mission Pack n°2 : Dissolution of Eternity », Joystick, no 82,‎ mai 1997, p. 102-103.
  49. (en) Marty Dodge, « Malice Review - Add-on for Quake », sur Mac Game Gate.
  50. a, b et c (en) Andy Smith, « Quake: Resurrection », Amiga Format, no 114,‎ septembre 1998, p. 28-29.
  51. (en) Hugo Foster, « Shrak for Quake Review », sur Gamespot.com,‎ 13 mars 1997.
  52. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en)Robert Coffey, « Quake, Rattle, and Roll », Computer Gaming World, no 155,‎ juin 1997, p. 108-118 (lire en ligne).
  53. (en) Jason Compton, « Shrak for Quake », CU Amiga,‎ juillet 1998, p. 46 (lire en ligne).
  54. (en) Hugo Foster, « Shrak for Quake Review », sur Gamespot.com,‎ 13 mars 1997.
  55. (en) Hugo Foster, « Q!Zone Review », sur Gamespot.com,‎ 13 mars 1997.
  56. (en) Jeffrey Swearingen, « X-Men: The Ravages of Apocalypse Review », sur Gamespot.com,‎ 15 janvier 1998.
  57. (en) Hugo Foster, « The Dark Hour Review », sur Gamespot.com,‎ 13 mars 1997.
  58. (en) Michael L. House, « The Dark Hour Review », sur Allgame.com.
  59. (fr) « Aftershock for Quake », Joystick, no 77,‎ décembre 1996, p. 177.
  60. a et b (fr) Cooli, « Quake », Joystick, no 74,‎ septembre 1996, p. 100-104.
  61. (en) V. Long, « Quake C Basics », Computer Gaming World, no 148,‎ novembre 1996, p. 212-215 (lire en ligne).
  62. (en) V. Long, « Quake: Is There Multiplay Beyond Deathmatch? », Computer Gaming World, no 152,‎ mars 1997, p. 221 (lire en ligne).
  63. (en) Anil Chhabra, « Quake », Coming Soon, no 18,‎ octobre 1996 (lire en ligne).
  64. (en) V. Long, « 10 On The Richter Scale - Quake Review », Computer Gaming World, no 147,‎ octobre 1996, p. 174-176 (lire en ligne).
  65. a et b (en) Bob Strauss, « Quake », Entertainment Weekly,‎ 23 août 1996 (lire en ligne).
  66. (fr) Eric Ernaux, « Quake - Beau comme l'enfer », Gen4, no 91,‎ août 1996, p. 90-98.
  67. (fr) Aragorn, « Test de Quake », sur jeuxvideo.com,‎ 24 août 2011.
  68. (en) Andrew Korn, « Quake Review », CU Amiga,‎ juin 1998, p. 42-44.
  69. (fr) Niiico, « Quake 64 », Consoles +, no 76,‎ mai 1998, p. 156.
  70. (fr) Rahan et Willow, « Quake », Joypad, no 74,‎ avril 1998, p. 80-83.
  71. a, b, c et d (en) Colin Moriarty, « How id Software Changed Gaming », sur IGN.com,‎ 4 février 2011.
  72. (en) « Quake (PC) », sur GameRanking.com.
  73. (en) « Quake (PC) », sur Metacritic.com.
  74. (en) Hampus Edvardsson, « Quake », sur Mac Game Gate.
  75. (en) Josh Quittner, « The wizard of id », sur fabiensanglard.net,‎ 13 mai 1996.
  76. (en) David Kushner, « The Wizards of id », sur Entertainment Weekly,‎ 12 décembre 1997.
  77. (en) Steve Gibson, « id Sales Numbers », sur shacknews.com,‎ 15 octobre 1999.
  78. (en) « Now What Was That GT and Hasbro Were Saying About American Game Purchasers Being a Group of 17-28 Year Olds Only Interested in Bloody Games? », sur justadventure.com.
  79. (en) « 150 Best Games of All Times », Computer Gaming World, no 148,‎ novembre 1996, p. 68 (lire en ligne).
  80. (fr) « Top 100 », PC Jeux, no 2,‎ septembre 1997, p. 113.
  81. (en) Frank Cifaldi, « The Gamasutra Quantum Leap Awards: First-Person Shooters », sur Gamasutra.com,‎ 1er septembre 2006.
  82. (en) « Top 100 First-Person Shooters - #50: Quake », sur IGN.
  83. a, b, c, d et e (fr) Kika, « Quake : Mission Pack n°1 : Scourge of Armagedon », Joystick, no 80,‎ mars 1997, p. 114.
  84. a, b et c (en) Tim Soete, « Quake Mission Pack: Dissolution of Eternity Review », sur Gamespot.com,‎ 17 avril 1997.
  85. a, b, c, d, e et f (en) « 15 Most Influential Games of All Time: Quake », sur Gamespot.com.
  86. (en) Jason Gregory, Game Engine Architecture, CRC Press,‎ 2009, 864 p. (ISBN 9781439879184), Game Engine Survey, p. 25-26.
  87. (en) Nicholas Werner, « All Your History: ID Software Part 4 », sur Gamespot.com,‎ 28 mars 2011.
  88. (en) Jon Dovey et Helen Kennedy, Game Cultures : Computer Games As New Media, McGraw-Hill International,‎ 2006, 171 p. (ISBN 9780335213573), A brief history of modding, p. 131-132.
  89. (en) Vince Broady, « Quake II Review », sur Gamespot.com,‎ 19 décembre 1997.
  90. (en) Jeff Gerstmann, « Quake III Arena Review », sur Gamespot.com,‎ 16 décembre 1999.
  91. (en) Jeff Gerstmann, « Quake IV Review », sur Gamespot.com,‎ 21 novembre 2005.
  92. (en) Kevin VanOrd, « Enemy Territory: Quake Wars Review », sur Gamespot.com,‎ 28 septembre 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • id software, Quake : Manuel, id software,‎ 1996, 26 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Ronald Ronald Wartow, Quake: Authorized strategy guide, Brady Publishing,‎ 1996, 167 p. (ISBN 9781566864947) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Eric Ernaux et Frédéric Marié, PC Fun Hors-Série n°1 : Quake : La légende commence..., Pressimage,‎ 1996, 36 p. (ISSN 1260-7703) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) David Kushner, Masters of Doom : How Two Guys Created an Empire and Transformed Pop Culture, Random House LLC,‎ 2003, 335 p. (ISBN 9781588362896) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Matt Barton, Honoring the Code : Conversations with Great Game Designers, CRC Press,‎ 2013, 240 p. (ISBN 9781466567535) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article