Philippe d'Orléans (1640-1701)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe, prince d’Orléans et Philippe, prince de France.

Philippe d’Orléans

Description de cette image, également commentée ci-après

Monsieur, duc d’Orléans.

Titre

Héritier présomptif des trônes
de France et de Navarre

14 mai 16431er novembre 1661
(18 ans, 5 mois et 18 jours)

Prédécesseur Louis-Dieudonné, dauphin de France
Successeur Louis, dauphin de France
Biographie
Titulature Duc d’Orléans
Duc d’Anjou
Fils de France
Dynastie Maison de Bourbon
Maison d’Orléans (fondateur)
Nom de naissance Philippe de France
Naissance 21 septembre 1640
Château de Saint-Germain-en-Laye (France)
Décès 9 juin 1701 (à 60 ans)
Château de Saint-Cloud (France)
Sépulture Nécropole de Saint-Denis
Père Louis XIII de France
Mère Anne d’Autriche
Conjoint Henriette d’Angleterre
(1661-1670)
Charlotte-Élisabeth de Bavière
(1671-1701)
Enfants Marie-Louise d’Orléans
Philippe-Charles d’Orléans
Anne-Marie d’Orléans
Alexandre-Louis d’Orléans
Philippe d’Orléans
Élisabeth-Charlotte d’Orléans
Religion Catholicisme
Description de cette image, également commentée ci-après

Ducs d’Orléans

Philippe de France, duc d’Orléans appelé aussi Philippe d’Orléans, né le 21 septembre 1640 à Saint-Germain-en-Laye et mort le 9 juin 1701 au château de Saint-Cloud), est un prince de France, fils de Louis XIII et d’Anne d’Autriche, et frère de Louis XIV. Il est connu sous son titre de duc d’Orléans ou comme Monsieur. Ses descendants directs forment la branche cadette d’Orléans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Le petit Monsieur (ici en robe), avec son frère Louis XIV.

Philippe, second fils du roi Louis XIII de France et de Navarre, et de son épouse l'infante Anne d'Autriche, naît deux ans après son frère Louis, le 21 septembre 1640 à Saint-Germain-en-Laye; il est ondoyé le jour de sa naissance[1]. D'abord titré duc d'Anjou à la naissance, il est héritier présomptif du trône du couronnement de son frère jusqu'à la naissance du Grand Dauphin (donc de 1643 à 1661).

Philippe d'Orléans est baptisé le 11 mai 1648 à trois heures de l'après-midi dans la chapelle du Palais-Royal à Paris : son parrain est son oncle Gaston d'Orléans et sa marraine, sa tante Henriette Marie de France, épouse de Charles Ier d'Angleterre[2].

Il sera surnommé « le petit Monsieur » pour le distinguer de son oncle Gaston de France qui est alors surnommé « le grand Monsieur ». À la mort de Gaston en 1660 et à l'avènement de Louis XIV, Philippe portera pleinement son titre de Monsieur, frère du roi, et récupérera comme apanage le duché d'Orléans.

Le cardinal Mazarin et la reine Anne craignant qu'il ne devienne comme son oncle une source de conflit nuisible au pouvoir de son frère le roi, le jeune prince fut dès son enfance élevé « en fille ». En effet, il a été élevé de façon à en faire un garçon efféminé et faible, à l'opposé total de son frère[3]. On l'amena régulièrement jouer avec un autre garçon de son âge, François-Timoléon de Choisy (futur abbé de Choisy), que la mère habillait aussi en robe sur ordre d'Anne d'Autriche dans le but de satisfaire le petit Monsieur[4]. Même si ce sujet peut être atténué par le fait que porter des robes était à l’époque normal pour les garçons en bas âge (jusqu’à l'âge de six ans environ), Philippe, lui, en portera occasionnellement même à l'âge adulte, se déguisant en femme et aimant déguiser des femmes de la cour. Philippe, qui y fut encouragé, prit donc goût à porter des robes, se farder et se poudrer et à s'intéresser outrageusement à des futilités.

Son éducation est confiée au précepteur royal François de La Mothe Le Vayer[5].

Mazarin avait aussi emmené en France ses neveux et ses nièces (les Mancini). Selon certains historiens, ce serait Philippe Mancini qui aurait initié le jeune duc d'Anjou au vice italien[6], comme on appelait les pratiques homosexuelles à l'époque (la princesse Palatine, sa deuxième épouse, utilisera quant à elle le terme de « mal français »).

Cette stratégie d'éducation des deux princes faillit toutefois jouer des tours à Mazarin et Anne d'Autriche lorsqu'en 1658 Louis XIV tomba gravement malade (suite à une intoxication alimentaire lors de la prise de Bergues). Des courtisans affluèrent alors autour de Philippe, premier dans l’ordre de succession. Néanmoins, Louis XIV survivra à cet épisode.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Philippe de Lorraine (1643-1702)

Par la suite, Philippe, homosexuel forcé au mariage[7], fut notoirement connu pour son libertinage ainsi que pour ses parures extravagantes et son train de vie dispendieux[8].. Il aura plusieurs favoris dont le marquis de Châtillon, le comte de Guiche et surtout pendant trente ans le Chevalier de Lorraine. D'une grande beauté, ce dernier le manipulera jusqu'à sa mort, intriguant contre ses deux femmes (allant jusqu'à faire assassiner la première selon Saint-Simon[9]), et obtenant toute sorte de faveurs dont les meilleurs appartements dans chacune des demeures de Monsieur ou encore prélevant des pots-de-vin sur les accords que celui-ci avait pu passer[10].

Vieillissant, le chevalier de Lorraine deviendra pourvoyeur de partenaires sexuels pour son amant princier. Le chevalier de Lorraine avait également été compromis dans la disgrâce du jeune comte de Vermandois, fils légitimé que le roi avait eu de la duchesse de La Vallière. Le roi n'ayant en vue que l'abaissement des princes du sang conserva le chevalier dans l'entourage de son frère.

Apanage et finances[modifier | modifier le code]

Philippe de France portant une armure à fleur de lys et le cordon bleu de l'Ordre du Saint-Esprit.

Côté financier, l'apanage de Monsieur faisait de lui un des personnages les plus riches du royaume. Il récupère entre autres les duchés d'Orléans et de Chartres, qui lui assurent de vivre à la hauteur de son rang, mais son frère lui refusera toutefois le comté de Blois (et donc le Château de Chambord) et le Languedoc qui auraient aussi dû lui échoir à la mort de son oncle Gaston. Philippe recevra en plus une importante rente du roi et tirera aussi plus tard des revenus de la construction du canal d'Orléans.

Ces revenus lui ont donc permis de vivre dans un faste équivalent à celui de la cour. Fut-il un grand mécène? On invoque volontiers le fait qu'il fut par exemple le protecteur de Molière et de sa troupe, et que c'est grâce à lui que Molière se produisit pour la première fois devant le roi le 24 octobre 1658[11], mais en fait la troupe lui fut offerte le même mois que son château de Saint-Cloud par le roi et Mazarin en octobre 1658, alors qu'il n'avait que dix-huit ans et quasiment aucun revenu : le comédien La Grange précise dans son Registre que les 300 livres annuelles promises à chaque comédien n'ont jamais été versées[12], et pour finir en 1665 Louis XIV retira la troupe à son frère pour en faire sa troupe personnelle. On ajoute aussi que Philippe accueillit l'académie de musique et l'académie de danse au Palais Royal ; en fait la grande salle de théâtre du Palais-Royal était indépendante de son palais, et elle avait été donnée à Molière par Louis XIV à l'automne de 1660; après la mort de Molière, il la donna à Lully qui y transféra ainsi son l'académie de musique sans que Monsieur ait son mot à dire. Ce qui est sûr, c'est qu'il collectionna (comme son frère) des centaines de tableaux de maîtres et qu'il amassa bijoux et pierreries.

Il a deux principales résidences :

  • le Palais-Royal qu'il a reçu en apanage en 1692 et qu'il aménage à grands frais. Il y organise des fêtes et des jeux. Son favori y possède bien sûr ses appartements.
  • Il aménage aussi le Château de Saint-Cloud qui lui est offert par son frère en 1658 dans lequel il entreprend encore de nombreux travaux, en particulier la construction de grands jardins à la française et celle d'un trianon.
Article détaillé : Biens de la maison d'Orléans.

À l'écart du pouvoir[modifier | modifier le code]

Bien qu'ayant partagé avec son frère les humiliations de la Fronde, durant leur enfance, et malgré des talents de stratège manifestes et son courage au combat, Louis XIV, toujours méfiant, ne lui laisse aucune marge de manœuvre ni aucun pouvoir.

Cependant, Philippe remporte des victoires lors de la guerre de Hollande (bataille de la Peene à Noordpeene en 1677, aussi appelée bataille de Cassel[13]) contre le prince d'Orange (un cousin germain de sa femme), ses troupes et les Parisiens l'acclament. Par jalousie (ou par précaution), son frère lui enlève à partir de ce jour tout commandement militaire majeur. Cette bataille de la Peene sera donc son seul fait d'armes.

Monsieur restera toute sa vie écarté du pouvoir par le « Roi Soleil » et se consacrera à ses débauches et à ses châteaux après avoir conçu sans plaisir six enfants pour assurer sa descendance tout en veillant scrupuleusement sur l'étiquette à la cour. Ce culte de l'étiquette était presque maladif selon ses contemporains. Il se bat avec les autres personnages de la cour pour que les titres précis de chacun soient respectés ; par exemple, il se dispute avec ses cousins Condé pour être le seul à porter le titre de « Monsieur le Prince » (voir Appellations des membres de la Maison de France).

Mariages[modifier | modifier le code]

Il se maria deux fois, deux mariages imposés par Louis XIV. Le premier, avec la princesse Henriette-Anne d'Angleterre, devait resserrer les liens des deux pays. Cette dernière ne vivra que de fêtes et aura plusieurs amants, dont (selon plusieurs historiens) Louis XIV lui-même, ce qui irritera Philippe. De son côté, Henriette ne supporte pas les favoris de Monsieur. Ils ont tout de même trois enfants.

Alors qu'elle venait d'obtenir du roi l'exil du chevalier de Lorraine, Henriette meurt de façon plutôt mystérieuse à seulement 26 ans (des rumeurs d'empoisonnement par les favoris de Monsieur circulent aussitôt). Cette mort soudaine de Madame vaudra à Bossuet la célèbre oraison funèbre : « Madame se meurt, Madame est morte ».

Monsieur se marie ensuite le 19 novembre 1671 en la cathédrale de Châlons-sur-Marne avec la princesse Palatine qui, venant d'Heidelberg, se convertit rapidement au catholicisme à Metz pour l'occasion. Philippe ne s'intéresse pas beaucoup à elle (si ce n'est pour obtenir un héritier mâle). Il n'y a pas d'amour entre eux mais un respect mutuel puis une certaine camaraderie, Philippe étant un mari plutôt conciliant. Ils auront trois enfants dont le duc de Chartres, futur régent, et Mademoiselle de Chartres, future duchesse de Lorraine et de Bar, elle aussi régente de ses duchés. Après avoir eu ces trois enfants, ils se mettent d'accord pour s'épargner réciproquement le devoir conjugal.

Mort[modifier | modifier le code]

Philippe de France meurt à Saint-Cloud le 9 juin 1701 au matin, d'une crise d'apoplexie, après une dispute avec le roi au sujet du mariage de leurs enfants (d'après Saint-Simon)[14],[15].

En effet, le duc de Chartres (futur régent) avait été contraint d'épouser Mademoiselle de Blois, bâtarde légitimée de Louis XIV, en l'échange de charges qu'il n'avait jamais reçues.

Le duc, coureur de jupons, trompait ouvertement sa femme, et le roi avait décidé de défendre les intérêts de sa fille. Les deux frères se disputèrent donc des semaines durant au sujet de ces charges et de ces tromperies. La veille du décès de Monsieur, le 8 juin 1701 au château de Marly, une énième altercation éclate durant laquelle celui-ci tiendra tête au roi, n'hésitant pas à faire remarquer à ce dernier que sa conduite en matière conjugale n'était pas non plus exempte de tous reproches. S'en retournant à Saint-Cloud, le duc d'Orléans subit une attaque qui le terrassa dans la soirée. Il rendra son dernier soupir le lendemain matin, après une ultime visite du souverain, sincèrement navré de l'incident.

Le « Roi-Soleil » fut très affecté de sa disparition et en pleura beaucoup les jours suivants, selon les chroniqueurs de l'époque[16]. Malgré les vexations constantes qu'il avait fait subir à son frère, Louis XIV se serait, dit-on, senti coupable de sa mort[17]. Cette tristesse ne fut partagée ni par le chevalier de Lorraine, ni par la Palatine dont la seule préoccupation du moment fut de savoir comment ne pas finir au couvent ou retirée (comme la tradition et son contrat de mariage le lui imposaient), néanmoins elle veillera à brûler elle-même secrètement les lettres écrites au duc par ses mignons (Philippe de Lorraine, Armand de Gramont, Antoine d'Effiat) afin de ne pas salir la mémoire de son époux.

Son cœur est porté à la chapelle Sainte-Anne (nommée la « chapelle des cœurs » renfermant les cœurs embaumés de 45 rois et reines de France) de l'église du Val-de-Grâce. En 1793, lors de la profanation de cette chapelle, l'architecte Louis-François Petit-Radel s'empare de l'urne reliquaire en vermeil contenant son cœur, le vend ou l'échange contre des tableaux à des peintres qui recherchaient la substance issue de l'embaumement ou « mummie » – très rare et hors de prix – alors réputée, une fois mêlée à de l'huile, donner un glacis incomparable aux tableaux[18].

Monsieur (à gauche) face à son frère Louis XIV (à droite), au milieu de la famille royale.

Descendance[modifier | modifier le code]

Henriette d'Angleterre.
La princesse Palatine.

Avec Henriette d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Il se marie le 31 mars 1661 avec sa cousine germaine Henriette d'Angleterre avec qui il eut :

  1. Marie Louise d'Orléans27 mars 166212 février 1689), devient reine des Espagnes et des Indes en épousant Charles II de Habsbourg. Ils n'eurent pas de descendance à cause de l'état de Charles.
  2. Philippe Charles d'Orléans, duc de Valois (°16 juillet 16648 décembre 1666), mort en bas âge.
  3. une fille née le 9 juillet 1665, morte peu après sa naissance[réf. nécessaire]
  4. Anne-Marie d'Orléans27 août 166926 août 1728) épouse le 10 avril 1684 Victor-Amédée II de Savoie et devient ainsi reine de Sardaigne. Elle hérita par sa mère de l'aînesse de la succession royale britannique (succession jacobite), qu'elle transmit à sa descendance dans la maison de Savoie. De cette ligne sont donc issus nombre de princes italiens et espagnols.

Avec la Palatine[modifier | modifier le code]

Son second mariage, le 21 décembre 1671 avec Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz dite la « princesse Palatine », avec qui il eut :

  1. Alexandre-Louis d'Orléans, duc de Valois (°16731676), mort en bas âge.
  2. Philippe d'Orléans2 août 16741723), duc de Chartres, puis, ayant hérité des titres de son père, duc d'Orléans, et régent de France à la mort de son oncle Louis XIV.
  3. Élisabeth Charlotte d'Orléans13 septembre 16761744), devint duchesse de Lorraine et de Bar en épousant le duc Léopold Ier puis régente des deux duchés de 1729 à 1737 et Princesse souveraine de Commercy de 1737 à sa mort.


Parmi leur descendance, on compte notamment, par leur fils Philippe, Philippe Égalité, le roi Louis-Philippe et tous les prétendants orléanistes au trône de France, et par leur fille Élisabeth Charlotte, François Ier, empereur du Saint-Empire, et la Maison de Habsbourg-Lorraine dont la reine Marie-Antoinette17551793). De cette lignée est également issu Napoléon II, fils de Napoléon Ier et de l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

  • 1640-1660 : S.A.R. Monseigneur le duc d'Anjou
  • 1660-1701 : S.A.R. Monsieur, frère unique du Roi.

Liste complète :
Monsieur, frère unique du roi, Fils de France, duc d'Anjou (de sa naissance jusqu'en 1668) puis duc d'Orléans[19], de Chartres[19], de Valois[19], de Nemours[20] et de Montpensier[21], de Châtellerault[21], de Saint-Fargeau [21] et de Beaupréau[21], Pair de France[22], Prince de Joinville[21], comte de Dourdan et de Romorantin[20], comte de Mortain[21], comte de Bar-sur-Seine[21], vicomte d'Auge et de Domfront[21], marquis de Coucy et de Folembray[20], marquis de Mézières[21], baron de Beaujolais[21], seigneur de Montargis[19], chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit[23].

Portraits contemporains[modifier | modifier le code]

Saint-Simon fit un portrait de Monsieur dans ses mémoires (Tome 3 - Chapitre IX)[24]:

« Du reste Monsieur, qui avec beaucoup de valeur avait gagné la bataille de Cassel, et qui en avait toujours montré une fort naturelle en tous les sièges où il s'était trouvé, n'avait d'ailleurs que les mauvaises qualités des femmes. Avec plus de monde que d'esprit, et nulle lecture, quoique avec une connaissance étendue et juste des maisons, des naissances et des alliances, il n'était capable de rien. »

« Personne de si mou de corps et d'esprit, de plus faible, de plus timide, de plus trompé, de plus gouverné, ni de plus méprisé par ses favoris, et très souvent de plus malmené par eux. Tracassier et incapable de garder aucun secret, soupçonneux, défiant, semant des noises dans sa cour pour brouiller, pour savoir, souvent aussi pour s'amuser, et redisant des uns aux autres.(…) »

« C'était un petit homme ventru, monté sur des échasses tant ses souliers étaient hauts, toujours paré comme une femme, plein de bagues, de bracelets et de pierreries partout, avec une longue perruque toute étalée devant, noire et poudrée et des rubans partout où il pouvait mettre, plein de sortes de parfums et en toutes choses la propreté même. »

« On l'accusait de mettre imperceptiblement du rouge. Le nez fort long, la bouche et les yeux beaux, le visage plein mais fort long. Tous ses portraits lui ressemblent. J'étais piqué à le voir qu'il fit souvenir qu'il était fils de Louis XIII à ceux de ce grand prince, duquel, à la valeur près, il était si complètement dissemblable. »

La princesse Palatine décrira son mari par ces termes :

« Tandis que le roi aimait la chasse, la musique et la comédie, mon époux n’aimait que le jeu, la table et la parure. Assurément il dansait bien, mais à la manière des femmes. Il ne pouvait danser comme un homme à cause de ses souliers à talons hauts. »

Portraits fictionnels[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Vatel de Roland Joffé, film sur le maître d'hôtel François Vatel, Monsieur est représenté comme un homme excentrique ouvertement homosexuel. Tôt dans le film, il fait demander à Vatel qu'il lui apporte un de ses commis de cuisine (un jeune garçon) afin qu'il devienne son page. Vatel refuse.
  • Dans le film Louis, enfant roi de Roger Planchon, Philippe est représenté enfant, brimé par sa mère et par la relation avec son frère, voulant porter des robes, et se cachant avec des garçons.
  • Dans la comédie musicale Le Roi Soleil de Kamel Ouali, Monsieur est aussi représenté en homosexuel extraverti joué par Christophe Maé.
  • Monsieur est aussi un personnage secondaire dans Le Vicomte de Bragelonne d'Alexandre Dumas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre des baptêmes de Saint-Germain-en-Laye (1640), Archives départementales des Yvelines
  2. L'acte de baptême a disparu dans l'incendie des archives de Paris en 1871 mais l'information se trouve dans Henriette d'Angleterre, duchesse d'Orléans, par Jacqueline Duchêne, Fayard, 1995
  3. « Monsieur »
  4. Abbé de Choisy, Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme
  5. Les Bourbons
  6. Christian Bouyer, dans l'émission 2000 ans d'Histoire du 8 juin 2004, France Inter [1]
  7. Didier Godard, « L'homosexualité à la cour de France », sur http://suite101.fr,‎ 7 octobre 2007.
  8. Bernard Hasquenoph, « A Versailles, le frère très gay de Louis XIV », sur LouvrePourTous.fr,‎ 6 janvier 2009.
  9. Saint-Simon, Mémoires, Tome III, Chapitre IX, description de l'exil du chevalier de Lorraine et de la mort de Madame, extrait : « Madame n'a-t-elle pas été empoisonnée? — Oui, sire, lui répondit-il. — Et qui l'a empoisonnée, dit le roi, et comment l'a-t-on fait? » Il répondit que c'était le chevalier de Lorraine qui avait envoyé le poison à Beuvron et à d'Effiat, et lui conta ce que je viens d'écrire. »
  10. Saint-Simon, Mémoires, Tome III, extrait : « Le chevalier de Lorraine et Châtillon y avaient fait une grande fortune par leur figure, dont Monsieur s'était entêté plus que de pas une autre. Le dernier, qui n'avait ni pain, ni sens, ni esprit, s'y releva, et y acquit du bien. L'autre prit la chose en guisard qui ne rougit de rien pourvu qu'il arrive, et mena Monsieur le bâton haut toute sa vie, fut comblé d'argent et de bénéfices, fit pour sa maison ce qu'il voulut, demeura toujours publiquement le maître chez Monsieur.(…) Outre les bénéfices que Monsieur lui avait donnés, l'argent manuel qu'il en tirait tant qu'il voulait, les pots-devin qu'il taxait et qu'il prenait avec autorité sur tous les marchés qui se faisaient chez Monsieur, il en avait une pension de dix mille écus, et le plus beau logement du Palais-Royal et de Saint-Cloud. »
  11. Philippe, duc d'Orléans (1640-1701)
  12. http://www.archive.org/stream/archivesdelacom00lagruoft#page/2/mode/2up
    • De la représentation du Prince : la bataille de Cassel vue par Mignard, L'Oreiller du Roy no 5
    • Guerre et propagande au XVIIe siècle, l’affaire du maréchal de Humières, Histoire mondiale des conflits, no 17, déc.2004-janv.2005, p. 28-31
  13. Article d'Historama du 4 juin 2012
  14. « Monsieur, frère du roi, à Saint-Cloud » - archives des Hauts-de-Seine
  15. Les Bourbons
  16. Saint Simon, Mémoires, tome III
  17. André Castelot, L'Histoire insolite, Paris, Perrin,‎ 1982, 427 p. (ISBN 2-262-00248-7), p. 171
  18. a, b, c et d En 1661 reviennent à Philippe les apanages de Gaston d'Orléans mort en 1660.
  19. a, b et c En 1672, Louis XIV ajoute à l'apanage le duché de Nemours, les comtés de Dourdan et de Romorantin, les marquisats de Coucy et de Folembray.
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j En 1693 La Grande Mademoiselle meurt et une partie de ses titres reviennent à Monsieur.
  21. « web.genealogie » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  22. Liste des chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit
  23. Mémoires de Saint-Simon - texte intégral

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]