James Randi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
James Randi

James Randi (né Randall James Hamilton Zwinge, le 7 août 1928 à Toronto, Ontario, Canada), plus connu sous l'appellation Randi le stupéfiant (The Amazing Randi), est un illusionniste professionnel. Il est notamment connu comme un démystificateur des pseudo-sciences et autres phénomènes paranormaux. Il est à travers sa James Randi Educational Foundation (JREF) un promoteur actif du scepticisme scientifique, et est en tant que tel régulièrement invité dans des émissions télévisées américaines.

Biographie[modifier | modifier le code]

James Randi reçoit sa naturalisation américaine en 1987.

Il quitte le lycée bien avant la terminale et n'a jamais suivi d'enseignement secondaire[1].

Carrière d'illusionniste[modifier | modifier le code]

Dès son jeune âge, une période d'immobilisation forcée de 13 mois suite à un grave accident de bicyclette lui offre l'occasion de s'initier à son art au travers de livres[2].

À partir de 1946, James Randi travaille comme illusionniste sous son nom de naissance Randall Zwinge. Tôt dans sa carrière, il effectue des tours qui consistent à se libérer de coffres-forts ou de cellules de prisons.

Durant les années 1960, Randi travaille dans diverses boîtes de nuit des Philippines avant la prise du pouvoir par Ferdinand et Imelda Marcos[3].

Carrière comme sceptique[modifier | modifier le code]

Membre fondateur du Committee for Skeptical Inquiry (comité pour l'investigation sceptique) anciennement Committee for Scientific Investigation of Claims of the Paranormal (Comité pour l'investigation scientifiques d'allégations au paranormal). Il est connu pour son challenge dénommé le One Million Dollar Challenge, via lequel sa fondation, la James Randi Educational Foundation attribuera un prix d'un million de dollars à n'importe quel participant qui pourra démontrer la réalité d'évènements paranormaux[4].

Il est aussi à l'origine du Projet Alpha, où il infiltra deux jeunes illusionnistes dans un laboratoire de parapsychologie, afin de démontrer que les protocoles pour détecter les tours de passe-passe étaient largement insuffisants. Pour cette raison, les associations sceptiques ont un prestidigitateur dans leur équipe lorsqu'elles testent une personne prétendant avoir des pouvoirs paranormaux.[réf. nécessaire]

James Randi est apparu dans les émissions télévisées The Tonight Show et Bullshit!, accueilli par des camarades sceptiques et les magiciens Penn & Teller.
Il est également connu pour avoir exposé les arrangements curatifs frauduleux du révérend Peter Popoff, évangéliste télévisé, en 1987 [5].

Il a également été recruté par le journal scientifique Nature pour enquêter sur les expériences de Jacques Benveniste, dans l'affaire dite de la mémoire de l'eau. Le protocole qu'il a mis au point pour empêcher toute triche avait frappé par les méthodes incongrues mises en œuvre (les numéros des tubes de test et des tubes témoins étaient placés dans une enveloppe scellée, collée au plafond). En appliquant son protocole, l'équipe obtint un résultat négatif.[réf. nécessaire]

Une expérience organisée par James Randi avec 19 sourciers a montré qu’avec un taux d’environ 52 % de réussite, ils n’étaient pas en mesure de faire mieux qu’un choix au hasard pour détecter des objets ou de l’eau.[réf. nécessaire]

En conférence, Randi expliqua qu'il préférait l'appellation d'investigateur à celle de démystificateur (debunker) qu'il considère chargée d'a priori et contraire à l'approche que devrait suivre tout scientifique[6].

Un hommage à James Randi, par le groupe d'enquêtes indépendantes (IIG) durant le TAM 9 (La Rencontre Incroyable, 9e édition) en juillet 2011.

Divers[modifier | modifier le code]

  • L'astéroide (3163) Randi fut nommé ainsi en son honneur.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. The quack hunter
  2. (en) Patricia Orwen, « The Amazing Randi », The Toronto Star,‎ 23 août 1986
  3. « randi.org, Filipino Justice » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-01.
  4. Normand Baillargeon, Petit cours d'autodéfense intellectuelle, Lux, p. 191
  5. http://articles.latimes.com/1987-09-26/local/me-2461_1_peter-popoff
  6. Authors@Google : James Randi [1] à 6:55min.

Publications[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Le vrai visage de Nostradamus de James Randi, Editeur : Balzac-Le Griot éditeur (1993), Collection : Mémoire d'homme.

Liens externes[modifier | modifier le code]