Lecture à froid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La lecture à froid est une technique utilisée par des vendeurs, des interrogateurs, des psychologues, des médecins, des politiciens, des hypnotiseurs, des graphologues, des magiciens, des chiromanciens, des astrologues, des sectes, comme par des escrocs pour récupérer des informations sur un individus par l'observation de ses réactions et une ligne de questionnement imprécis pour cibler rapidement ses besoins ou ses manques.

Même sans connaissance préalable d'une personne donnée, un lecteur froid peut rapidement obtenir beaucoup d'informations à son sujet en analysant avec attention ses habits ou sa mode, sa coiffure, son genre, sa religion, son ethnie, son niveau d'éducation, sa manière de parler et son origine.

La lecture à froid est un outil d'analyse et de communication entre individus de plus en plus usitée dans la communication professionnelle. Elle permet de cibler les besoins d'une personne rapidement, de communiquer efficacement, et d'enlever les doutes quand les échanges sont à clarifier.

Procédure[modifier | modifier le code]

La lecture à froid consiste à lire une personne.

Aucune communication n'est nécessaire de prime abord. La plupart de ces techniques consistent à lire la réponse du corps au lieu de la réponse verbale. La lecture à froid commence dès la première seconde d'une rencontre.

Dans un second temps, le lecteur va pouvoir ouvrir la discussion au travers de questions choisies pour analyser les réactions du sujet, l'objectif étant d'obtenir la vérité et des informations que le sujet ne veut pas révéler ou se cache à lui même.

Cette technique est principalement invisible. Elle est parfois utilisée dans le cadre d'escroquerie de manière assez peu subtile typiquement en essayant de susciter la coopération, en disant quelque chose comme : « Je vois souvent des images qui sont un peu floues, et qui peuvent parfois signifier plus pour vous que pour moi. Si vous m'aidez, nous pouvons ensemble découvrir beaucoup de nouvelles choses à votre sujet. »

Le lecteur pose ensuite un certain nombre de questions, traditionnellement en utilisant l'observation et des variations sur des méthodes notées plus bas. Le sujet va révéler certaines informations avec ses réponses, et le lecteur froid peut avancer à partir de là, en exploitant les voies prometteuses et en abandonnant celles qui ne mènent à rien. En général, tandis que certaines informations viennent du lecteur, la plupart des faits et affirmations viennent du sujet, et sont ensuite raffinées et reformulées par le lecteur.

Même des indications très subtiles, telles que des changements d'expression faciale ou de langage corporel, peuvent indiquer si une voie particulière est effective ou non.

La combinaison des techniques de lecture à froid avec des informations obtenues subrepticement à un autre moment est appelée lecture chaude.

Techniques de lecture à froid[modifier | modifier le code]

Tir au petit plomb[modifier | modifier le code]

Le tir au petit plomb (shotgunning en anglais) est une technique répandue de lecture à froid. Le lecteur offre une grande quantité d'informations (parmi lesquelles certaines sont correctes, presque correctes ou évocatrices), observe les réactions du sujet, puis raffine les affirmations originales selon ces réactions. Cette technique est nommée d'après la technique de chasse où l'on envoie une salve de nombreux petits plombs plutôt qu'un projectile plus grand, dans l'espoir qu'un ou plus atteigne la cible. Elle est connue en psychologie comme « effet miroir », où la personne voit, retient, interprète et entend les mots selon son vécu personnel. Cette technique est davantage connue pour ses capacités manipulatoires des publics et personnes.

Edgar Cayce, Sylvia Browne, James Van Praagh et John Edward ont tous été accusés d'utiliser cette technique.

Le tir au petit plomb peut inclure des séries d'affirmations telles que :

  • « Je vois un problème de cœur avec une figure paternelle dans votre famille, un père, un grand-père, un oncle, un cousin… Je vois vraiment une douleur à la poitrine ici pour une figure paternelle dans votre famille. »
  • « Je vois une femme qui n'a pas de lien de sang avec vous. Quelqu'un qui était là quand vous avez grandi, une tante, une amie de votre mère, une belle-mère avec de la noirceur dans la poitrine, un cancer du poumon, une maladie du cœur, un cancer du sein… »

Les affirmations basées sur l'effet Barnum[modifier | modifier le code]

Les affirmations basées sur l'effet Barnum (d'après P. T. Barnum, un homme de spectacle américain), sont également utilisées. Ces affirmations paraissent personnelles mais s'appliquent à un grand nombre de personnes. Et, tout en paraissant spécifiques, ce sont souvent des assertions ouvertes basées avant tout sur des probabilités statistiques. Cette technique est très utile en matière de cibling commercial car étant associée à des profils psychologiques détaillés

Encore une fois, l'escroquerie autour de l'utilisation de cette technique de manière grossière limite sa connaissance réelle. Elle est surtout retenue pour ses déviances, des affirmations assez vagues qui vont susciter chez la plupart des gens des réponses qui peuvent être développées en de longs paragraphes semblant révéler de grandes quantités de détails sur une personne.

Exemples :

  • « Je sens que vous vous montrez parfois méfiant ou mal à l'aise, surtout en présence de gens que vous ne connaissez pas bien. »
  • « Vous avez une boîte de photos non classées chez vous. »
  • « Vous avez eu un accident quand vous étiez enfant, un accident où l'eau jouait un rôle important. »
  • « Une personne amie ou proche vous pose un problème. »
  • « Vous trouvez votre travail actuel insatisfaisant sur certains plans. »
  • « Votre père est mort de problèmes à la poitrine ou à l'abdomen. » Si le client est assez âgé, son père a de fortes chances d'être décédé et cette affirmation s'applique aussi bien à une maladie de cœur qu'à une pneumonie, à un diabète qu'à la plupart des cancers. Elle vaut en réalité pour la grande majorité des causes de décès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]