David Copperfield (illusionniste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Copperfield (homonymie).
David Copperfield en 2011

David Copperfield (de son vrai nom David Seth Kotkin) est un prestidigitateur américain né le 16 septembre 1956 à Metuchen, au New Jersey. Selon Forbes, il est le magicien qui a connu le plus grand succès commercial de tous les temps[1].

Les émissions télévisuelles de David Copperfield ont remporté 21 Emmy Awards sur un total de 38 nominations. Il a également remporté 11 Guinness World Records[2] et une étoile sur le Hollywood Walk of Fame[3]. Il a reçu la distinction de chevalier des arts et des lettres par le gouvernement français.

Depuis 2003, il propose le spectacle « An Intimate Evening Of Grand Illusion », qui se déroule au MGM Grand Las Vegas.

Carrière[modifier | modifier le code]

David Copperfield commence sa carrière sous le pseudonyme de Davino, en donnant de petites représentations pour les anniversaires et autres festivités dans sa ville natale, pour 5 dollars. À 12 ans, il devient le plus jeune magicien à être admis à la SAM, the Society of the American Magicians, une des plus prestigieuses sociétés de prestidigitateurs au monde.

Il monte son premier spectacle à 14 ans. À l'âge de 16 ans, il étudie la prestidigitation à l'université Fordham, à New York. Il quitte ses études alors qu'il est engagé pour une comédie musicale, The Magic Man, produite à Chicago, et c'est pour ce spectacle qu'il utilise le nom de David Copperfield pour la première fois. Il chante, danse et crée toutes les illusions de ce show.

En 1977, ABC l'engage pour une série télévisée nommée « la magie de David Copperfield » (« David Copperfield's magic »). Au vu de cet énorme succès, CBS l'engage aussitôt pour une série de spectacles de magie télévisuelle « spéciale » : David Copperfield TV Specials.

Globalement on peut dire que son œuvre est marquée par une constante recherche scénographique. L'emploi très abouti des ressources du son et de la lumière permet de créer des spectacles grandioses dédiés principalement au rêve, à ce qu'on pourrait appeler « l'abandon du refus de croire », c'est-à-dire l'acceptation de l'existence de la magie. À cet effet, il entretient des relations très particulières avec ses « assistantes » qui ne sont plus reléguées au rang de potiches sciées en deux mais réellement incluses dans le dispositif scénique au moyen de danses remarquablement chorégraphiées. La sensualité est ce qui émane le plus de ces numéros où la magie n'est plus une fin en soi mais un moyen d'aboutir à un spectacle complet.

L'autre facette de cet illusionniste est la gestion de ce que l'on appelle le « climax » dans ses spectaculaires numéros d'évasion. On sait très bien que le magicien va s'en sortir, mais il cherche systématiquement à provoquer le doute dans le public. Notons tout de même à cet égard que certains numéros sont mieux réussis que d'autres. La traversée de la muraille de Chine est particulièrement désastreuse: il n'a même pas voulu donner l'illusion de « traversée » en se couvrant de terre. L'évasion d'un immeuble en démolition est mieux réussie.

La troisième caractéristique de Copperfield est le goût pour le gigantisme. Là encore les résultats sont plus ou moins heureux. La disparition de l'Orient Express est une réussite, celle de la statue de la Liberté est beaucoup plus discutable. On a l'impression que les personnes interviewées à la fin du numéro sont rémunérées pour manifester leur étonnement.[réf. souhaitée] Mais notons quand même que, dans cette branche de la magie (l'escamotage d'objets massifs), David compte sans conteste parmi ceux qui sont allés le plus loin, en trouvant des techniques de disparition très abouties.

Enfin ce magicien excelle dans la magie de proximité (avec pièces, cartes, cigarettes, etc). Doué d'un bon sens de la repartie, il laisse une large place à l'humour dans ses spectacles. Élégance, féerie, sensualité, inventivité, spectaculaire, technicité, humour : David est un illusionniste complet qui a beaucoup fait pour la magie. Son rôle en la matière est comparable à celui de Robert-Houdin en son temps.

D'après le magazine Forbes, sa fortune serait estimée à 800 millions de dollars.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

David Copperfield en 1977

Le succès de David Copperfield a été primé par de multiple récompenses. L'illusionniste a été sélectionné 35 fois au Emmy Awards et en a remporté 21. Cependant, il n'a reçu que très peu de récompenses de la part de ses pairs.

Le Livre Guinness des records a calculé qu'il a vendu plus de tickets dans sa carrière que n'importe quel autre artiste en solo. David Copperfield détient entre autres records mondiaux, d'être le magicien ayant été le plus récompensé de tous les temps et d'être le premier magicien vivant à avoir une étoile sur le Walk of Fame.

Le musée de cire de Madame Tussauds à Londres possède un double en cire de David Copperfield.

En France, David Copperfield est le premier magicien à être chevalier des Arts et des Lettres, il s'est également vu décerner un mandrake d'or.

Il reçut le Living Legend Award de la bibliothèque du Congrès Américain et apparut sur des timbres postaux de 6 pays.

Il est le fondateur du Musée et de la Bibliothèque internationaux des arts de la conjuration, le plus grand musée de son genre[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, il a entretenu une relation avec le mannequin Claudia Schiffer. Certains journalistes[5] font entendre que la relation aurait été arrangée, de manière à faire monter la notoriété de David Copperfield en Europe et celle de Claudia Schiffer en Amérique du Nord.

Il est papa d'une petite fille, « Sky », née en 2010 de sa relation avec sa compagne Chloé Gosselin.

Références et sources[modifier | modifier le code]

  1. « Houdini in the Desert ». Forbes.com (8 mai 2006)
  2. Guinness World Records 2006, page 197, ISBN 1-904994-02-4
  3. (en) « Magic Web Channel hall of fame – David Copperfield », Magicwebchannel.com,‎ 1956-09-16 (consulté le 2009-06-10)
  4. Houdini dans le Desert La plus grande collection de magie du monde est tapie dans un indescriptible entrepôt de Las Vegas.
  5. http://archives.lesechos.fr/archives/1997/LesEchos/17457-114-ECH.htm