Encre invisible

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'encre invisible ou encre sympathique est une substance utilisée pour l'écriture, qui est invisible, ou le devient rapidement, et qui peut être rendue ultérieurement visible par certains moyens d'action. L'usage de l'encre invisible est un procédé de stéganographie et a été utilisé dans l'espionnage. D'autres usages peuvent inclure : action contre la censure, billets de banque, tatouage de biens, jeu d'enfants.

Les encres invisibles peuvent être groupées en deux grandes catégories selon la méthode utilisée pour les révéler: soit une source de chaleur, soit un révélateur chimique. Dans la première catégorie, un exemple très connu est le jus de citron. Le message se révèle en roussissant le papier à la flamme.

La Guerre des encres invisibles[modifier | modifier le code]

Une véritable « guerre des encres invisibles » [1] a été menée par les États-Unis au cours des deux guerres mondiales (contre l'Allemagne Nazie) et pendant la guerre froide (contre l’Union soviétique). Un camp tentait de mettre au point l'encre invisible parfaite, qui n'est révélée que par un unique composé chimique, tandis que l'autre camp (les États-Unis), cherchait le « révélateur universel » capable de développer toutes les encres invisibles. Ce but fut atteint de façon temporaire pendant la Première Guerre mondiale, suite à la découverte d'un test à l'iode, capable de détecter, non les effets de l'encre elle-même, mais le relief provoqué par la plume sur le papier. Une contre-mesure fut trouvée plus tard en écrivant le message sur une feuille séparée qui était pressée sur le document final de manière à transférer l'encre sans modifier le relief du papier. L'ère des encres invisibles s'est terminée avec l'avènement du microfilm.

Encres simples apparaissant avec de la chaleur[modifier | modifier le code]

De nombreux procédés existent.

  • Le vinaigre, donnant une couleur rouge une fois chauffé.
  • Le jus de citron, donnant une couleur brun-roux une fois chauffé.
  • L'oignon pressé, donnant une couleur noirâtre une fois chauffé.
  • Le jus de cerise, donnant une couleur verte une fois chauffé.
  • La plupart des sucs, ou acides provenant de fruits.
  • Le lait, donnant une couleur jaunâtre une fois chauffé.
  • L'encre des effaceurs convient parfaitement et donne une couleur brun-roux comme le citron.
  • Le sucre
  • Le miel
  • Le jus d'orange
  • Le jus de pomme
  • Le jus de raisin
  • Le savon
  • Le vin
  • L'huile de lin

Encres apparaissant sous l'effet d'un révélateur[modifier | modifier le code]

En 2011, la CIA a déclassifié[2] ses plus anciens documents, rédigés en 1917 et 1918, concernant la composition de plusieurs encres invisibles. Parmi lesquelles figurent une encre[3] à base d'aspirine ou de pyramidon.

Il existe également des peintures et encres invisibles à l'œil nu, et dont l'effet apparaît par éclairage UV. Des usages classiques sont le marquage d'objets, de billets de banque, ou tout simplement un tampon sur la peau pour pouvoir entrer à nouveau dans un lieu.

Explications[modifier | modifier le code]

Tout composé chimique a une certaine température de fusion qui lui est propre. Le jus de citron, par exemple, contient de l’acide citrique, dont la température d’inflammation est plus basse que celle du papier : lorsqu’on chauffe du papier et du jus de citron ensemble, le jus brûle avant le papier. La chaleur déclenche une réaction d’oxydation de l’acide citrique, avec l’oxygène ambiant. La couleur du jus varie et devient brunâtre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Classical steganography, invisible ink.
  2. AFP, sur Le Figaro, 20/04/2011
  3. foia.cia.gov Freedom of Information Act, CIA