Nicolas-Philippe Ledru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas-Philippe Ledru dit Comus (Paris, 1731 - Fontenay-aux-Roses, 6 oct. 1807) était un prestidigitateur avant le mot, habile physicien et illusionniste, il alliait l’amusement à la science, sous Louis XV, et Louis XVI.

Il est le père de Jacques-Philippe Ledru (1754-1832), médecin, membre de l'Académie de médecine et maire de Fontenay-aux-Roses et le grand-père d'Alexandre-Auguste Ledru-Rollin, avocat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas-Philippe Ledru montra, le premier, avant même Jean-Eugène Robert-Houdin, la « fantasmagorie », par ses expériences de physique amusante, que beaucoup ont assimilé à de la « magie ». Il avait un cabinet, situé boulevard du Temple, à Paris, où il faisait diverses expériences, devant le public, sur le son, la lumière, l'électricité, le magnétisme, l'incompressibilité de l'eau, etc...

Son cabinet présentait aussi des tours d’illusionnisme, comme la femme automate qui s’habille comme le demande le public, une cage dans laquelle apparaît l'oiseau que l'on désire, une petite figure dont les yeux prennent la couleur de la prunelle de celui qui la regarde, une main artificielle qui écrit les pensées des spectateurs, une « sirène » qui répond aux questions, etc.

Il présenta quelquefois ses tours à la cour de Louis XVI, et en juin 1779 il donna une représentation devant l'empereur Joseph II d'Autriche, voyageant sous le nom de comte de Falkenstein.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Almanach forain, 1773.
  • Journal de Paris, 8, 13, septembre 1778 ; 23 mai, 3, 27 juin 1779 ; 16 juin 1782.
  • Lettre de Denis Diderot à Sophie Volland du 28 juillet 1762.
  • Biographie Didot (i.e. Nouvelle biographie générale en 46 volumes, 1855-1866).
  • L'Avantcoureur, 1er février 1762, p. 75.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Torlais, "Un prestidigitateur célèbre, chef de service d'électrothérapie au XVIIIe siècle, Ledru dit Comus, 1731-1807" in Histoire de la médecine, 1955, t. 5, p. 13-25.

Voir aussi[modifier | modifier le code]