Ben Goldacre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ben Goldacre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ben Goldacre à la conférence The Amaz!ng Meeting à Londres, octobre 2009.

Naissance 1974
Domicile Angleterre
Nationalité Britannique Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Champs Psychiatrie
Vulgarisation scientifique
Renommé pour Son œuvre de vulgarisateur

Ben Michael Goldacre[1], né en 1974, est un écrivain scientifique britannique, docteur en médecine et psychiatre[2]. Il est l'auteur de la rubrique Bad Science (« mauvaise science ») dans le journal The Guardian [3] et du livre du même nom édité par Fourth Estate en septembre 2008[4].

Goldacre est le fils des Australiens Michael Goldacre, professeur de santé publique à l'université d'Oxford[5], et de la chanteuse pop Susan Traynor, alias Noosha Fox[6], le neveu du journaliste scientifique Robyn Williams, et l'arrière-arrière-petit fils de Henry Parkes[7].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Goldacre a suivi son lycée au Magdalen College School d'Oxford[8], puis il a étudié la médecine à la faculté de Magdalen College, département de l'université d'Oxford. Il y a obtenu un diplôme de premier cycle d'études pré-cliniques en 1995[2]. Alors qu'il était à Oxford, il éditait un magazine étudiant, Isis[9]. Il a été chercheur invité en neurologie cognitive à l'université de Milan, travaillant sur des scanners IRM de cerveaux pour y étudier les fonctions exécutive et langagière, avant de poursuivre ses études de médecine clinique à la UCL Medical School. Il reçoit son diplôme de docteur de médecine en 2000[1]. Il a également reçu un master en philosophie (financé par la British Academy) du King's College de Londres[2],[10].

Il devient membre du Royal College of Psychiatrists en décembre 2005 après la deuxième partie de son examen[11]. En 2008, il est chercheur associé à l'institut de psychiatrie du King's College de Londres[12]. En novembre 2009, Goldacre est psychiatre patenté et correspondant-chercheur du Guardian au Nuffield College d'Oxford[13].

La chronique "Bad Science"[modifier | modifier le code]

Jusqu'à un hiatus en novembre 2011, Goldacre écrivait une rubrique hebdomadaire, "Bad Science" (mauvaise science), dans l'édition du dimanche du Guardian[3]. Il en publiait une version plus complète, avec les commentaires de ses lecteurs, sur son site badscience.net[14]. Dédiée à la critique de l'erreur scientifique, des paniques sanitaires, de la pseudo-science et des charlataneries, la rubrique se focalisait surtout sur des exemples issus des médias de masse, du marketing à destination des consommateurs, des problèmes avec l'industrie pharmaceutique[15] et sa relation étroite avec les journaux médicaux[16], et de la médecine dite alternative en Grande-Bretagne[17].

Il s'est montré particulièrement critique à l'égard des affirmations du nutritionniste médiatisé Gillian McKeith[18], des militants anti-vaccination (spécialement les adeptes d'Andrew Wakefield, tels que Melanie Phillips et Jeni Barnett)[19], de la gymnastique cérébrale[20], des "découvertes" falsifiées de souches de staphylocoque doré résistant à la méthicilline dans des compresses d'hôpitaux en coton publiées dans des tabloïdes[21], des antidépresseurs de type ISRS[22], des biais de publication[23], et des fabricants de Penta Water (une eau supposément "énergisée")[24]. En faisant des recherches sur l'appartenance de McKeith à l'association américaine des consultants en nutrition, Goldacre a acheté un "certificat de membre professionnel" au nom de son chat, Henrietta, à cette association, pour 60 $[25]. En février 2007, McKeith accepta de cesser d'utiliser le titre de "docteur" dans ses publicités, à la suite d'une plainte déposée auprès de l'organe de régulation de la publicité au Royaume-Uni (Advertising Standards Authority) par un lecteur de la chronique "Bad Science"[26].

En 2008, l'entrepreneur Matthias Rath, promoteur de cures de vitamines contre le Sida, a poursuivi Goldacre et "The Guardian" en justice pour trois articles critiques[27],[28],[29], dans lesquels Goldacre attaquait les campagnes de publicité mensongère lancées par Rath en Afrique du Sud (particulièrement touchée par l'épidémie de Sida)[30]. Rath a abandonné l'action en justice en septembre 2008 et reçu l'ordre de payer les frais initiaux de 220 000 £ au "Guardian"[30]. Le journal veut être remboursé de la totalité des frais, soit 500 000 £, et Goldacre a exprimé son intention d'écrire un livre sur Rath et l'Afrique du Sud, car un chapitre de son livre sur le sujet a dû être retiré pendant les procédures judiciaires[31]. Le chapitre en question a été réinséré dans le livre lors d'éditions ultérieures, et a été également publié en ligne[32].

Pendant son temps libre, Goldacre donne souvent divers discours ou conférences sur la "mauvaise science", il se décrit lui-même comme un "évangéliste nerd"[33].

Livres[modifier | modifier le code]

Le livre de Ben Goldacre, Bad Science, a été publié aux éditions Eos par Fourth Estate en septembre 2008[4]. Le livre contient des versions revues et détaillées d'un bon nombre de ses chroniques au Guardian. Il a reçu un accueil positif par le British Medical Journal[34] et le Daily Telegraph[35], et il a atteint le Top 10 de la liste des bestsellers d'amazon. Lors d'une interview en 2008, Goldacre a déclaré que "l'un des thèmes centraux de mon livre [Bad Science] est qu'il n'y a pas de réelles différences entre les 600 milliards de dollars de l'industrie pharmaceutique et les 50 milliards de dollars réalisés par l'industrie des comprimés de suppléments alimentaires."[36]

Goldacre a également contribué au Guide de Noël pour athées, un livre caritatif regroupant des essais et anecdotes par 42 athées célèbres, sur le thème du "pouvoir des idées"[37]. Il a également écrit la préface de la ré-édition de Testing Treatments: Better Research for Better Healthcare (Essayer les traitements : une meilleure recherche pour un meilleur système de soin), par Imogen Evans, Hazel Thornton, Iain Chalmers et Paul Glasziou, publié par Pinter & Martin en mars 2010. Plusieurs de ces articles ont été publiés dans le British Medical Journal au sujet du vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons[38], du journalisme scientifique[39],[40], et de sujets apparentés[41],[42].

Il est en train d'écrire un livre sur "le mauvais usage des preuves par l'industrie pharmaceutique", qui devrait être publié en 2012[43].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « List of Registered Medical Practitioners (The online Register) », General Medical Council (consulté le 4 octobre 2011)
  2. a, b et c « Ben Goldacre », PFD Group
  3. a et b (en) Ben Goldacre, « Bad Science (weekly column) », The Guardian,‎ 27 juillet 2007 (lire en ligne)
  4. a et b (en) Ben Goldacre, « Bad Science », Fourth Estate, Londres,‎ 2008, poche (ISBN 978-0-00-724019-7, OCLC 259713114)
  5. DOI:10.1080/13623690902943552
  6. Alexis Petridis, « Was 1976 pop's worst year? Yes – and this singer was one of the culprits », The Guardian,‎ 29 mai 2011 (consulté le 30 mai 2011)
  7. « The Science Show », ABC Radio National (consulté le 3 novembre 2008)
  8. « Famous Old Waynfletes », Magdalen College School Ltd,‎ 2009 (consulté le 21 février 2011)
  9. Ben Goldacre, « About Dr Ben Goldacre », sur badscience.net (consulté le 14 août 2008)
  10. « http://www.philosophypress.co.uk/?p=1255 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-21
  11. « MRCPsych part II examination - Autumn 2005 », The Royal College of Psychiatrists,‎ 15 décembre 2005 (consulté le 18 aout 2010)
  12. « Staff list », Institute of Psychiatry (consulté le 14 août 2008)
  13. D'après le Nuffield College Annual Report: Academic Report 2008-2009
  14. Ben Goldacre, « badscience.net », sur badscience.net (consulté le 14 août 2008)
  15. Goldacre B. (2008). A quick fix would stop drug firms bending the truth. The Guardian.
  16. Goldacre B. (2008). The danger of drugs … and data. The Guardian.
  17. Ben Goldacre, « Don't dumb me down », The Guardian, London,‎ 8 septembre 2005 (lire en ligne)
  18. Ben Goldacre, « Brought to book: the poo lady's PhD », The Guardian, London,‎ 7 février 2007 (lire en ligne)
  19. Goldacre, Ben, « Bad Science Bingo, with Jeni Barnett », Bad Science,‎ 3 février 2009
  20. Ben Goldacre, « Exercise the brain without this transparent nonsense », The Guardian, London,‎ 25 mars 2006 (lire en ligne)
  21. Ben Goldacre, « How many microbiologists does it take to change a tabloid story? », The Guardian, London,‎ 19 novembre 2005 (lire en ligne)
  22. Goldacre B. (2008). Depression - the facts and the fables. The Guardian.
  23. Goldacre B. (2008). Missing in action: the trials that did not make the news. The Guardian.
  24. Ben Goldacre, « Troubled water », The Guardian, London,‎ 10 février 2005 (lire en ligne)
  25. Ben Goldacre, « Dr Gillian McKeith (PhD) continued », The Guardian, London,‎ 30 septembre 2004 (lire en ligne)
  26. Owen Gibson, « TV dietician to stop using title Dr in adverts », The Guardian, London,‎ 12 février 2007 (lire en ligne)
  27. No way to treat an Aids hero Published January 20, 2007. Accessed September 3, 2008
  28. 'Gambia's president may be weird, but Aids superstitions strike closer to home’ The Guardian. Published January 27, 2007. Accessed September 3, 2008.
  29. 'How money is not the only barrier to Aids patients getting hold of drugs’ The Guardian. Published February 17, 2007. Accessed September 3, 2008.
  30. a et b Sarah Boseley, « Fall of the doctor who said his vitamins would cure Aids », The Guardian, London,‎ 13 septembre 2008 (lire en ligne)
  31. Ben Goldacre, « Matthias Rath drops his million pound legal case against me and the Guardian », badscience.net,‎ 12 septembre 2008 (consulté le 13 septembre 2008)
  32. Ben Goldacre, badscience.net, 9 April 2009, Matthias Rath - steal this chapter
  33. About Dr Ben Goldacre – Bad Science
  34. Richard Smith, « Becoming Ben », British Medical Journal, London, vol. 337, no 337,‎ 1er octobre 2008, a1856 (ISSN 0959-8138, OCLC 19024268, DOI 10.1136/bmj.a1856, lire en ligne)
  35. Ed Lake, « Review: Bad Science by Ben Goldacre », Daily Telegraph, London,‎ 26 septembre 2008 (lire en ligne)
  36. Ben Goldacre interviewed on the Australian Broadcasting Company's The Science Show, Part 2.
  37. Atheist Bus – Official Website » The Atheist’s Guide To Christmas (AKA The Atheist Book Campaign)
  38. MMR: the scare stories are back
  39. How doctors can get behind the headlines
  40. Journalists: anything to declare?
  41. Behold the Christmas miracle of antioxidants
  42. Beware of mentioning psychosocial factors
  43. « badscience.net: The Drug Pushers » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-21