Heroes of Might and Magic III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heroes of Might and Magic III
Éditeur The 3DO Company
Développeur New World Computing

Date de sortie 28 février 1999 (AN)
1er juin 1999 (EU)
Genre stratégie au tour par tour
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme PC
Média CD-ROM
Langue Français
Contrôle Clavier, souris,

Heroes of Might and Magic III ou Heroes of Might and Magic III : Restoration of Erathia est un jeu vidéo de stratégie au tour par tour développé par New World Computing. La version PC est publiée en Amérique du Nord par 3DO le 28 février 1999 puis en Europe en juin 1999[1],[2]. Le jeu est également porté sur MAC et Linux, ces versions étant respectivement publiés par 3DO et Loki Software en décembre 1999. Une version pour la console Dreamcast était également en projet pour une sortie prévue en 2001 mais celle-ci fut finalement annulée[3].

Troisième épisode de la série Heroes of Might and Magic, le jeu prend place dans le même univers médiéval-fantastique que ses prédécesseurs dont il reprend également le système de jeu. À sa sortie, il reçoit un accueil très positif des critiques, qui le désigne alors comme le meilleur épisode de la série, et connait un certain succès commercial. Suite à ce succès, New World Computing développe deux extensions : Armageddon's Blade et Shadow of Death qui sont publiées par 3DO en septembre 1999 et mars 2000. New World Computing a également développé un quatrième épisode, Heroes of Might and Magic IV, qui est publié en mars 2002 par 3DO. En 2003, la franchise Might and Magic est revendue à Ubisoft qui publie deux nouveaux épisodes en 2006 puis en 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sorti victorieux des guerres de successions d'Enroth qui forment l'intrigue principale d'Heroes of Might and Magic II, le roi Roland Ironfist a épousé la princesse Catherine Gryphonheart, la fille du roi d'Erathia. Mais à peine ont-ils le temps de goûter à leur bonheur que Catherine apprend la mort de son père.

En rentrant en Erathia, Catherine découvre le pays dévasté. Des armées de kreegans et de nighons ont envahi la nation. La reine doit remettre ses troupes en état et reprendre contact avec ses alliés, AvLee, le pays des elfes, et Bracada, nation de la magie expérimentée et raffinée, pour expulser les ennemis et reprendre la capitale du royaume, Steadwick.

Campagne 1 : Longue vie à la reine[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène la première des huit factions, le Château.

La reine Catherine Ironfist découvre que son père a en fait été assassiné. La plupart des troupes régulières ont été anéanties par l'invasion ennemie, et Catherine doit rallier les Anges et les griffons à sa cause si elle veut espérer sauver le royaume et venger son père.

Campagne 2 : Donjons et Démons[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène deux nouvelles factions, l'Hades et le Donjon.

Les nighons (Donjon) et les kreegans (Hades) ont formé une alliance improbable afin de s'emparer du trône d'Erathia. Alors que les kreegans créent des troubles en AvLee pour empêcher les elfes de venir aider les humains, les nighons, êtres souterrains, creusent des galeries qui doivent permettre à l'alliance maléfique de prendre Steadwick, la capitale d'Erathia. Malgré l'alliance désormais officielle entre Erathia, AvLee et Bracada, ils parviennent à s'emparer de Steadwick.

Campagne 3 : Malheur au Vaincu[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène deux nouvelles factions, le Bastion et la Forteresse.

Profitant des troubles en Erathia, les peuples barbares de Tatalia (Forteresse) et de Krewlod (Bastion) décident de se tailler une part du gâteau en attaquant les régions frontalières d'Erathia peu défendues du fait de la guerre qui règne à l'est. Ils parviennent aisément à prendre le contrôle de la région, mais finissent par se tourner l'un contre l'autre.

Campagne 4 : Libération[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène trois factions, le Château, le Rempart et la Tour.

Après la prise de Steadwick, l'alliance entre Erathia (Château), AvLee (Rempart) et Bracada (Tour) n'a pas failli, et les trois royaumes sont sur le point de contre-attaquer et de libérer la capitale. Steadwick est reprise, mais un émissaire d'AvLee apporte une nouvelle inquiétante. Les kreegans annoncent avoir capturé le roi Roland Ironfist, l'époux de Catherine. Ils le retiennent en otage et ne consentent à le libérer que contre une forte rançon, rançon qu'il est bien évidemment impossible de payer sans perdre toute chance de gagner cette guerre. Catherine envoie alors un petit groupe afin de vérifier les allégations des démons, et libérer son époux le cas échéant. Dans le même temps, les troupes de Bracada s'efforcent de repousser les invasions barbares dans le sud-ouest d'Erathia. Krewlod et Tatalia sont bien vite repoussés.

Finalement, Catherine et ses alliés découvrent comment les kreegans ont pu lancer une attaque d'une telle envergure, les nighons ont creusé une immense galerie souterraine qui relie l'île d'Eeofol, d'où sont originaires les kreegans, au continent, permettant ainsi aux deux races d'attaquer conjointement en différents points stratégiques. Les alliés d'Erathia, AvLee et Bracada décident de mettre ces tunnels à profit pour repousser les envahisseurs et les renvoyer d'où ils viennent.

Campagne 5 : Vive le Roi[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène la faction Nécropole.

Alors que l'alliance repousse les nighons et les kreegans, une nouvelle menace surgit. Les nécromanciens de Deyja sont en fait les instigateurs de cette guerre. Ce sont eux qui ont fait empoisonner le roi Gryphonheart et déclenché cette guerre censée leur fournir un important lot de cadavres à ranimer sous forme de morts-vivants.

Grâce à un artefact nommé esprit d'oppression, les nécromanciens parviennent à pénétrer dans le tombeau royal et à ranimer le roi Gryphonheart sous forme de Liche. Mais tout ne se passe pas comme prévu, Gryphonheart s'avère bien plus puissant que prévu, et il exécute Vilmar afin de prendre sa place. Désormais roi des morts-vivants, Gryphonheart s'apprête à reconquérir son trône usurpé par sa fille. Les troupes d'Erathia déjà malmenées par la guerre contre Nighon et Eeofol perdent tout espoir en voyant leur ancien roi à la tête de cette armée de zombies et de squelettes, et le roi marche sur Erathia.

Campagne 6 : Hommage au Père[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène les factions Nécropole, Château, Rempart et Tour.

Les nécromanciens de Deyja sont effrayés par la puissance de leur nouveau roi. Jamais ils n'avaient cru qu'ils pourraient libérer un tel pouvoir ; à présent que le pouvoir leur échappe, la plupart des seigneurs de la Mort cherchent à se débarrasser de Gryphonheart avant qu'il ne devienne invincible. Un émissaire est envoyé auprès de la reine Catherine afin de négocier des conditions de paix : une alliance contre Gryphonheart ainsi que le nom de l'assassin de ce dernier en échange de l'amnistie pour les seigneurs nécromanciens qui se rangeront du côté de l'alliance.

Catherine accepte, et c'est la première fois qu'une alliance composée de vivants et de morts-vivants combat dans un même but. La grande bataille a lieu dans une plaine au sud de Steadwick et après un rude combat, Catherine parvient jusqu'à la salle du roi-liche. Là, elle lui livre son assassin, Lord Haart, un haut seigneur de Erathia adepte de la nécromancie. Gryphonheart le tue, puis Catherine utilise un sortilège permettant à son père de reposer en paix : la restauration d'Erathia est achevée.

Campagne bonus : Graines de discorde[modifier | modifier le code]

Cette campagne met en scène la faction Rempart

La guerre de la restauration est à peine terminée, et déjà de nouveaux troubles se font sentir à la frontière entre Erathia et AvLee. Un petit groupe d'indépendantistes menés par Faruk Welnin tente de faire sécession. Pour cela, ils ont besoin d'un symbole identitaire fort, il leur faudra donc trouver et construire le Graal.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Heroes of Might and Magic III est un jeu de stratégie au tour par tour où chaque joueur contrôle un ou plusieurs héros se déplaçant sur une carte vue du dessus. Chaque héros peut se déplacer sur une certaine distance chaque jour et ainsi explorer la carte, amasser des ressources, recruter des troupes ou combattre. En cas d'affrontement, le joueur contrôle l'armée du héros face à des monstres ou des héros adverses ; le héros en lui-même ne peut pas combattre directement mais il peut lancer des sorts magiques pour soutenir ses troupes. À la fin d'un combat, le héros vainqueur remporte des points d'expérience qu'il peut répartir dans divers domaines.

Chaque joueur contrôle également une ou plusieurs places fortes qui lui permettent essentiellement de recruter de nouvelles troupes, de gagner de nouveaux sorts, de recruter d'autres héros ou d'acheter des armes de siège. Une place forte peut être améliorée par la construction de nouvelles structures (une par tour maximum) si le joueur a pu collecter suffisamment de ressources. Pour cela, le héros du joueur peut prendre sous son contrôle diverses industries sur la carte (scierie, mine d'or, laboratoire de mercure …)

Chaque tour représente une journée de la semaine. Chaque nouvelle semaine de nouvelles troupes peuvent être recrutées dans ces places fortes.

Les places fortes[modifier | modifier le code]

Il existe huit types de places fortes dans Heroes of Might and Magic III[4].

  • Le Château, place forte des Humains qui correspond à la nation d'Erathia dans les campagnes. On peut y recruter divers unités militaires humaines (archers, fantassins, chevaliers), mais aussi des Griffons, des moines et des Anges.
  • Le Rempart, place forte des créatures sylvestres comme les Elfes ou les Nains qui correspond à la nation d'AvLee dans les campagnes. On y trouve également des Licornes, des Centaures, des Sylvaniens et des Dragons.
  • La Tour, place forte des magiciens qui correspond à la nation de Bracada dans les campagnes. On peut y trouver des magiciens et des créatures magiques (Nagas, Génies) ou animées par magie (Titans, Golems, Gargouilles).
  • L'Hades, place forte des kreegans qui correspond à la nation d'Eeofol dans les campagnes. Les kreegans sont des créatures ressemblant à des démons.
  • La Nécropole, place forte des nécromanciens qui correspond à la nation de Deyja dans les campagnes. On peut y recruter toutes sortes de morts-vivants, squelettes, zombies, vampires...
  • Le Donjon, place forte des seigneurs souterrains qui correspond à la nation Nighon dans les campagnes. On peut y recruter toutes sortes de créatures vivant dans les souterrains comme des Troglodytes, des Minotaures, des gorgonne ou les puissants Dragons Noirs.
  • Le Bastion, place forte des barbares qui correspond à la nation de Krewlod dans les campagnes. On y trouve les Orcs, Trolls, Gobelins et Ogres, ainsi que les Cyclopes et les Béhémoths.
  • La Forteresse, place forte des créatures des marais qui correspond à la nation de Tatalia dans les campagnes. Cette faction est principalement constituée de Gnolls et d'Hommes-Lézards accompagnés des nombreuses créatures sauvages qu'ils dressent pour le combat (wyvern, Hydres, etc.)
  • Une place forte non officielle a vu le jour grâce à une équipe de développeurs russe : The Cove, place forte des pirates, d’alignement neutre, on y retrouve : esprits de l'eau, sorcière des mers, pirates et serpents des mers.

Les combats[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un héros rencontre un autre héros ou une troupe de créatures neutres, il déclenche un combat. Lors de la phase de combat, les créatures de chaque camp se trouvent de part et d'autre du champ de bataille. Elles doivent combattre jusqu'à ce que le nombre de créatures d'un des deux protagonistes soit réduit à zéro ou qu'un des deux joueurs prenne la fuite. Le champ de bataille est représenté par un damier d'hexagones. Chaque créature prend un hexagone d'espace (deux pour les grandes créatures) et peut se déplacer d'un certain nombre d'hexagones selon sa vitesse. Certaines créatures sont des tireurs, capable d'attaquer à distance sans avoir besoin de s'approcher pour frapper au corps-à-corps. Le combat se déroule au tour par tour, la créature ayant la plus grande vitesse joue en premier, puis la seconde, et ainsi de suite. Le héros peut intervenir en lançant divers sorts afin soigner, protéger ou améliorer ses créatures ou encore pour détruire, maudire ou affaiblir les créatures ennemies[5].

Extensions[modifier | modifier le code]

Deux extensions officielles verront le jour, Armageddon's Blade en 1999 et The Shadow of Death en 2000. De plus, deux extensions non officielles nommées In The Wake of Gods et Horn of the Abyss qui sont développées par une équipe russe ont également vu le jour.

Armageddon's Blade[modifier | modifier le code]

Cette extension fait directement suite à Heroes of Might and Magic III et se concentre plus particulièrement sur certains héros qu'on suit le long d'une campagne. Elle ajoute entre autres une nouvelle faction, le Conflux, dont le monstre principal est le phoenix, ainsi qu'un éditeur de campagnes et la possibilité de générer des cartes aléatoirement[6],[7],[8].

The Shadow of Death[modifier | modifier le code]

Cette extension est en fait une préquelle d'Heroes of Might and Magic III. Les événements qui y sont narrés se déroulent avant la restauration d'Erathia et s'attardent sur les événements qui ont conduit à l'empoisonnement du roi Gryphonheart[9],[10],[11].

In The Wake of Gods[modifier | modifier le code]

Cette extension n'est pas une extension officielle, elle a été créée par une équipe russe amateur. Elle a cependant rencontré un vif succès auprès des joueurs[12],[13] de par le nombre d'améliorations proposées comme l'intégration de commandants, de nouveaux objets et bâtiments, monstres, arrières plans de batailles, ainsi qu'une nouvelle ressource, le Mythril[14]. Cette extension a été mise à jour jusqu'en 2004, mais la version finale prévue pour 2006 n'est toujours pas sortie à ce jour[15].

Le site de "In the wake of gods" est mort.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Heroes of Might and Magic III
Média Nat. Notes
Computer Gaming World US 4,5/5[16]
Game Revolution GB B+[17]
GameSpot GB 91 %[1]
Gamezilla US 85 %[18]
Gen4 FR 5/5[19]
Jeuxvideo.com FR 85 %[20]
IGN GB 90 %[2]
Joystick FR 95 %[21]
PC Jeux FR 90 %[22]
Compilations de notes
Game Rankings US 86,74 %[23]
MobyGames US 91 %[24]

Postérité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Greg Kasavin, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », sur Gamespot.com,‎ 1er mars 1999.
  2. a et b (en) « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », sur IGN.com,‎ 29 mars 1999.
  3. « Fiche de Heroes of Might and Magic III », sur Gamekult.com.
  4. New World Computing 1999, p. 23-39, Les héros et la feuille de héros.
  5. New World Computing 1999, p. 40-48, Le combat.
  6. Kika, « Test de Heroes of Might and Magic III: The Shadow of Death sur PC », Joystick, no 111,‎ janvier 2000, p. 124.
  7. (en) Andrew Seyoon Park, « Test de Heroes of Might and Magic III: Armageddon's Blade sur PC », sur Gamespot.com,‎ 25 octobre 1999.
  8. (en) « Test de Heroes of Might and Magic III: Armageddon's Blade sur PC », sur IGN.com,‎ 15 novembre 1999.
  9. (en) Andrew Seyoon Park, « Test de Heroes of Might and Magic III: The Shadow of Death sur PC », sur Gamespot.com,‎ 3 mai 2000.
  10. (en) « Test de Heroes of Might and Magic III: The Shadow of Death sur PC », sur IGN.com,‎ 20 avril 2000.
  11. (en) Gestald, « Test de Heroes of Might and Magic III: The Shadow of Death sur PC », sur Eurogamer.net,‎ 23 août 2000.
  12. [1]
  13. [2]
  14. [3]
  15. http://wog.celestialheavens.com/en/about/
  16. Robert Coffey, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », Computer Gaming World,‎ juillet 1999.
  17. (en) Colin, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », sur Gamerevolution.com,‎ 1er juin 1999.
  18. (en) Jeff Bowers, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », sur Gamezilla.com,‎ 26 juillet 1999.
  19. Rémy Goavec, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », Gen4, no 124,‎ juin 1999, p. 134-140.
  20. Lightman, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », sur Jeuxvideo.com,‎ 14 mai 1999.
  21. Iansolo, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », Joystick, no 105,‎ juin 1999, p. 104.
  22. Croc, « Test de Heroes of Might and Magic III sur PC », PC Jeux, no 22,‎ juin 1999, p. 78-83.
  23. (en) « Scores obtenus par Heroes of Might and Magic III », sur GameRanking.com.
  24. (en) « Scores obtenus par Heroes of Might and Magic III », sur MobyGames.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]