Nâga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naga.
Un nâga au Vat Sisakhet de Vientiane.

Le nāga (नाग ou serpent en sanskrit) est un être fabuleux de l'hindouisme, à corps de serpent habituellement représenté avec plusieurs têtes, souvent chimériques et effrayantes : capuchon de cobra, gueule de chien, yeux exorbités et parfois humains.

Dans les légendes de l'Inde et de tout le Sud-Est asiatique, les nâgas sont des habitants du monde souterrain où ils gardent jalousement les trésors de la terre. Ils ont pour ennemi naturel l'aigle géant Garuda, mais nâgas et Garuda ne sont en fait que deux incarnations de Vishnou, les deux aspects de la substance divine, en qui ils se réconcilient.

Le nâga le plus célèbre est Ananta, sur lequel se repose Vishnou dans l'intervalle entre la fin d'un monde et la création d'un nouveau.

Le nāga comme sa forme féminine (nāgī or nāginī) est un génie des eaux, représenté comme un serpent à tête humaine. Considérés comme étant de grands poètes, ils gardent les trésors de la terre[1]. Le nāga est donc gardien et protecteur, médiateur entre ciel et terre, intercesseur entre ce monde et l'au-delà, parfois associé à l'arc-en-ciel (Bouddha descend du ciel sur un escalier qui est un arc-en-ciel, dont les rampes sont deux nâgas). À Angkor (Angkor-Thom, Prah Khan, Banteai Chmar), des chaussées à balustrades en forme de nâga symboliseraient[2] cet arc-en-ciel, avec Indra à leur extrémité (dieu de la Foudre et de la Pluie). Dans l'iconographie khmer, le nâga mâle a un nombre impair de têtes, tandis que les femelles en ont un nombre pair. Sur certains linteaux d'Angkor, pouvant symboliser la porte du ciel sont figurés Indra et la Makara crachant deux nâgas.

Le Nagaraja, mot sanscrit formé de naga (« serpent ») et de raja (« roi »), désigne le Roi des Serpents. Ce terme s'applique à trois déités majeures Ananta (Sheshanaga), Takshaka, et Vasuki. Ananta, Vasuki et Takshaka sont frères, fils de Kashyapa et Kadru, qui sont les parents de tous les serpents[3].

Dans les contes et légendes cambodgiens, les nâgas peuvent prendre forme humaine, voyager sous terre, nager dans l'eau et voler dans les airs[4].

C'est aussi au nâga qu'on doit la fertilité du sol et la fécondité des femmes.

Le nâga dans l'art khmer[modifier | modifier le code]

Nâga à cinq têtes au Prasat Sikhoraphum

On trouve des légendes à propos du nâga ou serpent dans les mythologies hindoues et bouddhistes. Sa fréquence dans l'art khmer est extraordinaire. Le royaume des nâgas est constitués par les rivières, les lacs et les mers et c'est là que ces créatures royales demeurent dans des palais luxueux, décorés de perles et de pierres précieuses. Le nâga n'est pas seulement le gardien de l'énergie vitale des eaux, mais également celui des coraux, des coquillages et des perles. Il porte un joyau sur la tête. Les formes sinueuses du nâga créent des arches autour des frontons, des balustrades autour des bassins et des chaussées. Ces chaussées sont souvent appelées « ponts de nâgas », mais dans tous ces cas, le corps allongé du nâga symbolise l'arc-en-ciel qui relie le monde divin au monde humain.

Pont de nâgas au Prasat Hin Phimai

Le rôle du nâga vient des puranas de l'Inde ancienne, cependant, la popularité de cette créature dans l'art khmer provient de croyances pré-indiennes au sujet des esprits habitant les terres et les eaux. Avec l'expansion et la dissémination des religions indiennes dans les contrées khmères il y a environ 2000 ans, l'iconographie indienne offrait un vaste éventail de représentations de ces esprits aussi bien que la possibilité d'incorporer des croyances locales, ainsi que des récits hindouistes ou bouddhistes.

La généalogie légendaire de nombreux souverains khmers et arrivée jusqu'à nous grâce à des panégyriques en sanskrit gravés sur de grandes stèles. Beaucoup de ces souverains se réclament de la descendance de l'union d'un brahmine indien et d'une nagini à moitié serpent, à moitié femme, elle même descendante d'un roi serpent. Ayant planté sa lance pour marquer sa prise de possession de la terre, il avait d'autre part la maitrise des eaux à travers son ascendance nâga.

Fragment de tympan : le barattage de la mer de lait, Cambodge, Prasat Phnom Da, style d'Angkor Vat, première moitié du XIIe siècle, grès. Au registre inférieur, les dieux et les démons utilisent le corps du nâga pour baratter l'océan de lait. Musée Guimet, Paris

Dans la mythologie hindoue, le cycle du monde est divisé en quatre kalpa ou âges. Après la création, 14 périodes mènent inéluctablement vers la destruction. Pendant la sixième période de l'âge actuel, les dieux et les démons combattaient pour la domination du monde, quand une trêve fut conclue pour extraire de l'océan l'amrita, l'élixir d'immortalité. Cet épisode est connu sous le nom de « barattage de l'océan de lait », où le mont Mandara est utilisé comme axe. Le corps du nâga Vasuki est enroulé autour du mont Mandara, les dieux et les démons tirent chacun de leur côté pour baratter l'océan de lait et extraire l'élixir.

À la fin d'un âge, survient la destruction. L'énergie de Vishnou prend d'abord la forme du soleil, et assèche la terre de toute vie. Il prend ensuite la forme du vent, aspire tout l'air met le feu et réduit tout en cendres. Puis, se transformant en nuage, Vishnou déverse sous forme de pluie le lait sucré de l'océan cosmique. Les cendres de la création y sont gardées, et tout est dissous, y compris la lune et les étoiles, dans une immense étendue d'eau. C'est alors l'âge de la nuit, qui dure aussi longtemps qu'a duré le jour. Prenant une forme humaine, Vishnou dort sur le nâga à cinq têtes Ananta (« sans fin ») ou Sesha (« le reste »).

L'ennemi du nâga est le Garuda et ils sont souvent dépeints ensemble comme rivaux, le nâga étant prisonnier des serres du Garuda.

Bouddha protégé par le nâga au Prasat Hin Phimai

Le nâga apparaît également dans la vie du Bouddha historique. Durant la méditation du Bouddha, s'éleva un orage violent qui fit monter les eaux. Le roi serpent à sept têtes Muchalinda, surgissant d'entre les racines de l'arbre sous lequel Bouddha méditait, s'enroula en sept anneaux et déploya le capuchon de ses sept têtes pour protéger le seigneur Bouddha jusqu'à ce que les flots se retirent. Le Bouddha obtint ainsi la dévotion du nâga et les eaux sur lequel il régnait. Des représentations du Bouddha assis sur le nâga deviennent communes dans l'art khmer à partir du XIe siècle, et surtout à la fin du XIIe siècle, avec l'adoption du bouddhisme par les souverains d'Angkor.

Analogies[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le nâga représente le cycle du temps, tout comme l'Ouroboros des Grecs.

Il serait peut-être à rapprocher de l'uræus, ou cobra en colère, qui orne le front du Pharaon, concentrant en lui les propriétés du soleil, vivifiant et fécondant, mais capables aussi de tuer, en desséchant ou brûlant.

De nombreux mythes évoquent un serpent légendaire, du monde souterrain (la vouivre, puissant serpent souterrain des Celtes ou Quetzalcóatl, le dieu serpent-oiseau fréquent en Amérique du Sud), qui peut aussi évoquer les interprétations freudiennes du serpent.

Galerie[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Dans l'univers de WarCraft, les « Nâgas » sont d'anciens Elfes de la Nuit transformés en « Homme-Poisson-Serpent » par l'engloutissement de la cité de Zin Azshari dans le premier Puit d'éternité de Kalimdor, en Azeroth. Les premiers Nâgas furent les suivantes de la Reine, ainsi que cette dernière, la sublime et démoniaque Reine Azshara, dont le seul regard donnait force et bravoure à quiconque le croisait, ainsi que dévouement sans faille suite à un sortilège dont seul la « Lumière des Lumières » avait le secret.

Après des milliers d'années d'hibernation, les Nâgas servent Illidan Hurlorage, qui les a libéré de cet état de stase. Ils ont aussi aidé Kael'Thas à acquérir une nouvelle forme de puissance pour son peuple, les Elfes de Sang, suite à la destruction du Puit du Soleil par l'infâme Chevalier de la Mort, Arthas, voulant ressuciter Kel'thuzad.

Ces créatures résident dans les zones où l'humidité est plus qu'abondante.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Frédéric, L'Inde mystique et légendaire, Éditions du Rocher,‎ 1994, 339 p. (ISBN 2-268-016889) Glossaire, page 314.
  2. Jean Chevalier & Alain Gheerbrant : Dictionnaire des symboles, Lafont/Jupiter, 1992
  3. Traduction de l'article « Nagaraja » (en) Wikipedia, the free encyclopedia.
  4. Solange Thierry : Contes du Cambodge, Neuf de l'école des loisirs, Paris, 2005, page 126.