Henri de Lubac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri de Lubac
Biographie
Naissance 20 février 1896
Cambrai (France)
Ordination sacerdotale 22 août 1927
Décès 4 septembre 1991 (à 95 ans)
Paris (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
2 février 1983 par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice Cardinal-diacre
de Santa Maria in Domnica

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Henri Sonier de Lubac, né à Cambrai le 20 février 1896 et mort à Paris le 4 septembre 1991, est un jésuite, théologien catholique et cardinal français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève au sein du lycée Saint-Marc, il entre dans la Compagnie de Jésus en 1913, à l'âge de 17 ans, et passe son noviciat sur l'île de Jersey, les congrégations étant bannies de France depuis 1905. Il combat pendant la Première Guerre mondiale, où il est gravement blessé à la tête en 1917. L'expérience des tranchées le hantera toute sa vie[1]. En 1927, il est ordonné prêtre. Après son cursus d'études, il devient en 1929 professeur de théologie fondamentale à la Faculté catholique de Lyon.

En 1938, il publie son premier livre, Catholicisme, les aspects sociaux du dogme. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance et participe à la création des Cahiers du Témoignage chrétien. Avec Jean Daniélou, il rejoint le père Victor Fontoynont en 1942, pour travailler à la collection de patrologie, Sources chrétiennes. En 1946 paraît Surnaturel. Études historiques, qui fait scandale. Il est alors soupçonné par le Saint Office de modernisme. L'encyclique Humani Generis de 1950 semblant le viser directement, il est interdit d'enseignement par le général des jésuites, et ses livres sont retirés des écoles et instituts de formation. Il quitte alors Lyon pour Paris et continue à écrire.

Ce n'est qu'en 1958 qu'il est autorisé à reprendre ses cours. Il s'intéresse à l'exégèse médiévale, en particulier la théorie des quatre sens. La même année, il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques. En 1960, il est nommé par Jean XXIII consultant (peritus) de la Commission théologique préparatoire à Vatican II. La véritable réhabilitation est sa nomination en tant qu'expert du concile. Il devient alors un théologien écouté et respecté, ce qui aboutit en 1983 à sa création comme cardinal avec le titre de cardinal-diacre de Santa Maria in Domnica par Jean-Paul II. Inquiet de ce qu'il considère comme des « dérives post-conciliaires », il explique sa vision du concile dans Paradoxe et Mystère de l'Église en 1967 et Entretien autour de Vatican II. Souvenirs et réflexions en 1985.

Il meurt le 4 septembre 1991, à l'âge de 95 ans, après quelques années passées à Paris dans la communauté des Jésuites rue de Grenelle. Il était devenu le cardinal le plus âgé du Sacré Collège à la mort du cardinal letton Julijans Vaivods le 23 mai 1990. C'est l'Italien Ferdinando Giuseppe Antonelli qui lui succède comme cardinal le plus âgé.

Il fit dans sa vie de très nombreuses rencontres dont notamment avec l'Abbé Pierre ou encore Jules Monchanin.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles parus dans Communio[modifier | modifier le code]

  • « La foi chrétienne », COMMUNIO, XVI, 5-6 septembre-décembre 1991
  • « Méditation sur le principe de la vie morale », COMMUNIO, XXIII, 6 ; XXIV, 1 - no 140-141 novembre 1998- février 1999
  • « Hommage à H. U. von Balthasar pour ses 70 ans », COMMUNIO, I, no 1 septembre 1975
  • « Méditation sur le principe de la vie morale », COMMUNIO, XXIII, 6 ; XXIV, 1 - no 140-141 novembre 1998-février 1999
  • « Petite catéchèse sur la « nature » et la « grâce » », COMMUNIO, II, 4, no 12 - juillet- août 1977

Articles parus dans la revue Études[modifier | modifier le code]

Études / publiées par des Pères de la Compagnie de Jésus et consultables sur la base GALLICA

  • La Sphère et la Croix dans Études 1946/07 1946/09.
  • Questions religieuses: La Sainte Bible . (en collaboration) Études 1954/04 (A87,T281)-1954/06
  • L'Eglise notre Mère Études 1953/01 (A86,T276)-1953/03
  • De la Connaissance Études' 1946/04 (A79,T249)-1946/06.
  • L'Idée chrétienne de l'Homme et la Recherche de l'Homme nouveau Études 1947/10 (A80,T255)-1947/12.
  • Le Dieu de Bergson. Deux Thèses de Doctorat sur Bergson. Études 1933/07 (A70,T216)-1933/09.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, suivi de quatre opuscules sur sa vie: Mémoire sur mes vingt premières années (1998-2001), J’éprouve joie et confiance (1983), Conversation en famille (1983, 1991), Hommage au cardinal Lustiger (1983), présentation par Georges Chantraine, (Cerf, 2006)
  • Hans Urs von Balthasar, Le Cardinal de Lubac: L'Homme et son oeuvre (Lethielleux, 1983)
  • Georges Chantraine, Henri de Lubac, t. I: De la naissance à la démobilisation (1896-1919) (Cerf, 2007)
  • Georges Chantraine, Henri de Lubac, t. II: Les années de formation (1919-1929) (Cerf, 2009)
  • Henry Donneaud, Surnaturel au crible du thomisme traditionnel, Revue thomiste.
  • Jérôme Ducor, "Les écrits d'Henri de Lubac sur le bouddhisme"; Les cahiers bouddhiques, no 5 (Paris, Université Bouddhique Européenne, décembre 2007; ISSN 1777-926X), p. 81-110.
  • David Grumett, Henri de Lubac: A Guide for the Perplexed (T&T Clark, 2007)
  • Pierre Jay, Henri de Lubac aujourd'hui, revue Esprit et vie [2]
  • Paul McPartlan, « L’Eucharistie, l’Église et l’évangélisation : l’œuvre du Père Henri de Lubac », Communio, XXI, 4, 126 (juillet-août 1996)
  • Participer à la vie trinitaire, H. de Lubac, P. Piret ; J. S. O’Leary, H. U. v. Balthasar ", Gilbert Narcisse o.p. Revue thomiste, 1996, p. 107-28
  • Michel Sales, sj, L'Être humain et la connaissance naturelle qu'il a de Dieu, dans la pensée d'Henri de Lubac (Parole et Silence, 2003)
  • Rudolph Voderholzer, Meet Henri de Lubac: His Life and Work (Ignatius, 2008)
  • Jean-Pierre Wagner, Henri de Lubac, "Initiations aux théologiens" (Cerf, 2001)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]