La Civiltà Cattolica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 54′ 22″ N 12° 29′ 12″ E / 41.90611, 12.48667

La Civiltà Cattolica
Image illustrative de l'article La Civiltà Cattolica

Pays Drapeau de l'Italie Italie
Langue Italien
Périodicité bimensuel
Genre Culture, Société, Église
Diffusion 15000 ex.
Date de fondation 1850
Ville d’édition Rome

Propriétaire Compagnie de Jésus
Rédacteur en chef Antonio Spadaro
Site web http://www.laciviltacattolica.it

La Civiltà Cattolica est une revue catholique italienne de la Compagnie de Jésus, fondée en 1850 à Naples.

Histoire[modifier | modifier le code]

La revue est fondée à Naples par un groupe de jésuites, qui souhaitent défendre la « civilisation catholique » (civiltà cattolica), face aux menaces de ceux qu'ils percevaient comme ennemis de l'Église, libéraux et francs-maçons[réf. nécessaire], dans le contexte du Risorgimento italien. Son premier directeur est Carlo Maria Curci. Le premier numéro date du 6 avril 1850. Il est rédigé en italien, comme le souhaite Curci, et non pas en latin, comme l’auraient voulu les supérieurs de la Compagnie de Jésus.

Le père Curci obtient l'appui du pape Pie IX, qui veut disposer d’un outil moderne pour la défense de la pensée catholique, et celui du cardinal Giacomo Antonelli. En revanche, le général des jésuites, le père Jean-Philippe Roothaan, est réticent, craignant la compromission de la Compagnie dans le domaine politique.

De fait, la Civiltà Cattolica est caractérisée par un ton polémique et combatif. À cause de la censure de la police napolitaine du royaume bourbonien des Deux-Siciles, elle est transférée à Rome en 1850, et apparaît de plus en plus comme l'interprète fidèle des idées et directives du Saint-Siège.

Elle prend une part active dans les débats qui agitent l’Italie et l’Église pendant la deuxième moitié du XIXe siècle : elle joue un rôle important dans l’élaboration du Syllabus, publié en 1864 par le pape Pie IX avec l'encyclique Quanta Cura, de même que lors du premier concile du Vatican (1869-1870). Elle favorise aussi le renouveau de la philosophie thomiste, qui s'accomplit pleinement lors du pontificat de Léon XIII (1878-1903).

Par la suite, la revue demeure au premier plan de la scène politique italienne, dominée par les conséquences de l'unification de l'Italie, en particulier la Question romaine. Elle s'oppose aux tenants du libéralisme politique, et lance la polémique contre le modernisme.

Anciens rédacteurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe De Rosa: La Civiltà Cattolica: 150 anni al servizio della Chiesa (1850-1999), Roma, 1999.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Angelo Brucculeri, écrivain de la Compagnie de Jésus et journaliste à la Civiltà Cattolica.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]