Congrégation pour la doctrine de la foi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 54′ 04″ N 12° 27′ 22″ E / 41.901, 12.4562 ()

La palais de la congrégation.

La Congrégation pour la doctrine de la foi (en latin : Congregatio pro Doctrina Fidei) est l'une des neuf congrégations de la Curie romaine[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le pape Paul III avait fondé une Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle, par la bulle Licet ab initio, le 21 juillet 1542. Cette congrégation avait pour mission de lutter contre les hérésies, et plus particulièrement de faire obstacle aux progrès du protestantisme[1].

Le pape Pie X a réformé cette institution le 29 juin 1908 et l'a remplacée par la « Sacrée congrégation du Saint-Office ». Elle avait pour rôle de veiller à la pureté de la doctrine et des mœurs.

Le pape Paul VI, a substitué au Saint-Office la Congrégation pour la doctrine de la foi à la suite du Motu proprio Integrae servandae[2], du 7 décembre 1965, la veille de la clôture du concile Vatican II[3]. Par la même occasion, Paul VI supprime aussi la Sacrée congrégation de l'index.

Jean-Paul II a précisé sa fonction actuelle en 1988 par la constitution apostolique Pastor Bonus : « La tâche propre de la Congrégation pour la doctrine de la foi est de promouvoir et de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique : tout ce qui, de quelque manière, concerne ce domaine relève donc de sa compétence[4] ». De 1981 à 2005, elle est présidée par le cardinal Joseph Ratzinger. Avec la Congrégation pour la doctrine de la foi, l'Église a abandonné la structure et les méthodes de l'Inquisition[5].

La congrégation est actuellement présidée par Mgr Gerhard Ludwig Müller depuis juillet 2012.

Depuis le 8 juillet 2008, le secrétaire de la congrégation, soit son numéro deux, est le théologien jésuite espagnol Luis Ladaria Ferrer, consulteur de la Congrégation de la doctrine de la foi depuis 1995 et secrétaire de la Commission théologique internationale depuis 2004. Considéré comme un conservateur modéré[6], il remplace l'archevêque salésien Angelo Amato, nommé à la tête de la Congrégation pour les causes des saints. C'est la première fois qu'un membre de la compagnie de Jésus est nommé à cet office alors que cette congrégation a condamné plusieurs théologiens issus des rangs de cet ordre[7].

Dans sa Lettre aux évêques de l'Église catholique à propos de la levée des excommunications des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre[8], publié le 12 mars 2009, Benoît XVI, considérant que les questions restant à traiter avec la Fraternité sacerdotale Saint Pie X sont « de nature essentiellement doctrinale et regardent surtout l’acceptation du Concile Vatican II et du magistère post-conciliaire des Papes », annonce son intention de rattacher la Commission pontificale « Ecclesia Dei » à la congrégation. Ce rattachement est effectif le 8 juillet 2009 avec la publication du motu proprio Ecclesiae unitatem et la nomination du cardinal William Levada, préfet de la congrégation à la tête de la commission pontificale Ecclesia Dei.

Compétences[modifier | modifier le code]

Les compétences de la congrégation sont définies par la constitution Pastor Bonus : « La tâche propre de la Congrégation pour la doctrine de la foi est de promouvoir et de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique : tout ce qui, de quelque manière, concerne ce domaine relève donc de sa compétence[4] ».

La congrégation est compétente pour vérifier que les doctrines et enseignements catholiques restent dans le cadre de la foi de l'Église. La sanction disciplinaire la plus grave qu'elle puisse prononcer, en cas de doctrine contraire à la foi catholique, est l'excommunication latae sententiae[9], qui depuis Vatican II ne peut concerner que les baptisés catholiques.

La congrégation pour la doctrine de la foi a toujours exercé un pouvoir judiciaire pour certaines causes spécifiques liées à la défense de la foi, de la morale, et de la dignité des sacrements, surtout de la réconciliation et de l’eucharistie. Certains délits plus graves (delicta graviora) ont toujours été de la compétence exclusive de la Congrégation pour la doctrine de la foi[10]. En particulier les délits graves contre la célébration des sacrements (par exemple : ordination de femmes, violation du secret de la confession...) en particulier si ces délits risquent d'entraîner la nullité du sacrement ou s'il y a volonté de le célébrer en dehors de la communion de l'Église catholique (par exemple célébrer la messe sans mentionner le nom du pape et de l'évêque diocésain dans la prière eucharistique).

La congrégation a des compétences pour certains délits les plus graves contre les mœurs, en particulier ses compétences sont accrues concernant les abus sexuels d'un prêtre sur un mineur d'âge, depuis la lettre De delictis gravioribus du 18 mai 2001 qui oblige les évêques à faire remonter les dossiers à Rome.

Organisation de la Congrégation[modifier | modifier le code]

Présidée par un préfet, la congrégation est composée de vingt-trois membres, cardinaux, archevêques et évêques provenant de nations diverses. Au jour le jour, le préfet est assisté d'un secrétaire, d'un sous-secrétaire et d'un promoteur de justice. L'administration du dicastère est divisée en trois sections, traitant chacune des différents secteurs de compétence de la congrégation : doctrinale, disciplinaire et matrimoniale. Cette dernière s'occupe de tout ce qui concerne le privilegium fidei.

La congrégation doit être dotée d'une nouvelle commission d'examen des recours d'ecclésiastiques accusés de Delicta Graviora (abus sur mineur). À cette fin, le pape François nomme le 19 mai 2014 Mgr José Luis Mollaghan, précédemment archevêque de Rosario en Argentine, membre de la congrégation en charge spécialement de ce dossier[11].

Membres[modifier | modifier le code]

Les membres actuels de la Congrégation sont[12] :

Cardinaux

Archevêques

Évêques

Historique des responsables de la congrégation[modifier | modifier le code]

Secrétaires de la Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle[modifier | modifier le code]

Avant 1965, le Pape est préfet de jure de la congrégation. La congrégation est présidée par le secrétaire.

Secrétaires du Saint-office[modifier | modifier le code]

Préfets de la congrégation[modifier | modifier le code]

Secrétaires de la congrégation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Présentation de la congrégation sur le site du Vatican.
  2. (la) texte du motu proprio sur le site du Vatican
  3. date sur le site catholic-hierarchy
  4. a et b Constitution apostolique Pastor Bonus § 48.
  5. Lettre du pape Jean-Paul II au cardinal Roger Etchegaray à l'occasion de la présentation de l'ouvrage sur « l'Inquisizione »
  6. John L. Allen, Jr., 'Kind' and 'reliable' Jesuit named to Vatican's top doctrinal post, in National Catholic Reporter, vol 7, no 42, 11/07/2008, article en ligne
  7. Isabelle de Gaulmyn, Un nouveau préposé à la « fabrique des saints », in La Croix, 09/07/2008, article en ligne
  8. Texte de la lettre sur le site du Vatican
  9. Congrégation pour la doctrine de la foi, procédure pour l'examen des doctrines
  10. La Congrégation pour la doctrine de la foi est aussi un tribunal, Zenit, 1er avril 2004
  11. a et b Actes pontificaux - 19 mai 2014, sur le site du Saint-Siège
  12. Annuario Pontificio per l’anno 2009, Città del Vaticano, 2009, p. 1189
  13. a et b Le pape nomme les nouveaux cardinaux membres des dicastères de la Curie romaine, bulletin de l'agence ZENIT, 24 novembre 2003 [lire en ligne]
  14. a et b Nomina di cardinali membri dei dicasteri della Curia Romana, bulletin du Vatican Information Service, 6 mai 2006 [lire en ligne]
  15. Nomina di membro della Congregazione per la Dottrina della Fede, bulletin du Vatican Information Service, 26 janvier 2008 [lire en ligne]
  16. a, b et c (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce et nomine », sur press.vatican.va,‎ 28 mai 2014 (consulté le 28 mai 2014)
  17. a et b Nomina di membri della Congregazione per la Dottrina della Fede, bulletin du Vatican Information Service, 22 septembre 2009 [lire en ligne]
  18. Nouveau sous-secrétaire de la congrégation pour la doctrine de la foi, bulletin de l'agence ZENIT, 21 juin 2009 [lire en ligne]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Peter Godman, Histoire secrète de l'Inquisition. De Paul III à Jean-Paul II, Perrin, coll. « Tempus »,‎ 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]