Université Saint-Joseph de Beyrouth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Université Saint-Joseph.
Université Saint-Joseph
Logo de l'université Saint-Joseph
Logo de l'université Saint-Joseph
Informations
Fondation 1875
Type Université privée
Régime linguistique Français, Arabe et Anglais[1]
Localisation
Coordonnées 33° 53′ N 35° 31′ E / 33.8897, 35.5092 ()33° 53′ Nord 35° 31′ Est / 33.8897, 35.5092 ()  
Ville Beyrouth
Pays Drapeau du Liban Liban
Campus Urbain
Direction
Recteur Salim Daccache
Chiffres clés
Étudiants 11 000 (2010)
Divers
Affiliation RESCIF
Agence universitaire de la Francophonie
Association internationale des universités
Site web www.usj.edu.lb

L'Université Saint-Joseph (USJ) est une université privée francophone située à Beyrouth, fondée en 1875 par les pères jésuites. Elle regroupe douze facultés, une école et 24 instituts spécialisés, répartis sur les quatre campus de Beyrouth et les centres d'études universitaires de Zahlé, Sidon, et Tripoli. L'USJ compte environ 11 000 étudiants, 1 500 enseignants et quelque 500 membres de personnel administratif,

Le régime d'études est basé sur le système de crédits européens (ECTS) et l'université a signé plus de 140 conventions inter-universitaires internationales. Elle est ouverte à toutes les religions et croyances, elle vise la promotion de la culture libanaise, arabe et francophone et promeut le trilinguisme (français, arabe et anglais).

L'USJ est membre de l'Association des université arabes, de l'association des établissements jésuites d'enseignement supérieur d'Europe et du Liban (ASJEL), de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), du Réseau d'excellence des sciences de l'ingénieur de la Francophonie et de l'Association internationale des universités (AIU).

L'actuel recteur est le professeur Salim Daccache qui a remplacé le professeur René Chamussy au 1er septembre 2012. M. Daccache était auparavant doyen de la Faculté des sciences religieuses.

Historique[modifier | modifier le code]

Campus de l'Innovation et du Sport (CIS), sur la Rue de Damas, Beyrouth.

La création de l'Université Saint-Joseph résulte d'une alliance paradoxale entre la Compagnie de Jésus et la très anticléricale IIIe République[2] qui unirent leurs efforts pour créer, en 1883, l'Ecole française de médecine, puis, en 1913, sous l'impulsion d'un juriste visionnaire Paul Huvelin, l'Ecole de Droit et l'Ecole d'ingénieurs.

Chronologie[modifier | modifier le code]

1870 : la Compagnie de Jésus déménage à Beyrouth le séminaire-collège de Ghazir, qui deviendra la future USJ.

1875 : fondation, par les Pères Jésuites, de l'Université Saint-Joseph, premier établissement d'enseignement universitaire catholique et francophone de la région.

1881 : le Père Monnot s.j. obtient du Pape en 1881 la confirmation canonique du titre d'Université et le droit de conférer les grades académiques de licences et doctorats en philosophie et en théologie. Cette création deviendra la Faculté de théologie en 1883.

1888 : l'école française de médecine, créée en 1883, devient à son tour Faculté en 1888, sous le nom de Faculté de Médecine et de Pharmacie.

1901 : Iradié impérial reconnaissant l’USJ

1913 : à la suite d'une mission d'étude de l'Université de Lyon, dirigée par Paul Huvelin, les jésuites acceptent de diriger une Ecole de Droit et une Ecole d'ingénieurs. L’Ecole de Droit deviendra faculté en 1946.

1920 : Une Ecole dentaire est créée, alors que l'Ecole de Sages-Femmes voit le jour en 1921.

1923 : Inauguration de l’Hôtel-Dieu de France.

1936 : Les leçons de Lettres orientales sont structurées dans le cadre d'un Institut de Lettres Orientales (ILO) qui succède à la Faculté orientale, crée en 1902.

1942 : Création d'une école d'infirmières-visiteuses. Une Ecole des techniciens de laboratoire d'analyse médicale (ETLAM) est également fondée en 1946, suivie d'une Ecole d'aides anesthésistes en 1950 et un Institut de microbiologie en 1951.

1956 : Création de l’Institut libanais d’éducateurs et de l’Institut de physiothérapie.

1957 : Création de l’Institut de gestion des entreprises.

1966 : Création de l’Institut supérieur d’orthophonie.

1967 : Création du Centre d’études bancaires.

1971 : Création du CEMAM (Centre d’études sur le monde arabe moderne).

1974 : Création de l’Institut supérieur des sciences religieuses.

1975 : L’USJ se restructure et ses nouveaux statuts en font une université libanaise privée. La Faculté des sciences économiques et de gestion des entreprises est créée, ainsi que la Faculté de médecine dentaire et la Faculté de pharmacie.

1976 : Création de la Faculté des lettres et des sciences humaines, composée des départements d’histoire, de géographie, de lettres françaises, de psychologie, de sociologie et de philosophie.

1976 : Création de la Faculté d’ingénierie, qui regroupera l’ESIB, l’INCI, l’ESIA et l’ESIAM.

1976-1978 : Création des Centres d’études universitaires (Zahlé, Saïda, Tripoli).

1977 : Première convention internationale signée entre l’USJ et une université étrangère, celle de Lyon.

1977-1978 : Création de l’Institut d’études islamo-chrétiennes, du Centre de recherches et d’études arabes, du Centre d’études des langues vivantes et du Centre d’études d’assurances.

1980 : La Faculté des sciences économiques et de gestion des entreprises est divisée en deux facultés séparées. Création de l’Institut universitaire de technologie.

1980 : Création de l’Ecole de traducteurs et d’interprètes de Beyrouth et de l’Institut de langues et de traduction, rattachés à la FLSH.

1981 : Création de la Faculté des sciences infirmières.

1985 : Création de l’INCI, rattaché à la Faculté d’ingénierie.

1988 : Création de l’IESAV, rattaché à la FLSH.

1989 : Création du Centre documentation et de recherches arabes chrétiennes (CEDRAC).

1996 : Création de l’Institut de gestion de la santé et de la protection sociale (IGSPS)

1997 : Création de la Faculté des sciences et de l’Institut universitaire de formation pour l’enseignement et l’encadrement (IUFE)

1998 : Création de l’Université Pour Tous

2000 : Célébration du 125ème anniversaire de l’USJ, inauguration du Campus des sciences humaines, rue de Damas.

2001 : Inauguration de BERYTECH, premier pôle technologique libanais.

2002 : Création de la Faculté des sciences de l’éducation.

2003 : Achat de terrains pour la construction d’une annexe du Rectorat, d’une résidence pour étudiants étrangers et d’un centre de soins et de rééducation en psychomotricité. Chaire Senghor de la francophonie. Centre interculturel euro-libanais de Beyrouth (CIEL).

2005 : Résidence USJ École doctorale Sciences de l'homme et de la société

2006 : Extension du rectorat Berytech II, Pôle technologie et santé Fédération des Associations des anciens de l'USJ « L’Atelier », restaurant d’application de l’Institut de gestion des entreprises

2007 : Institut Confucius (CIUSJ)

Facultés[modifier | modifier le code]

  • Faculté de Médecine

À la suite d'un accord, intervenu le 7 mai 1883, entre la Compagnie de Jésus et le Gouvernement Français, une École de Médecine fut ouverte en novembre de la même année, sur le campus qui devient par la suite celui des Facultés de droit, de sciences économiques, de gestion et de lettres. Le 6 octobre 1888, le Gouvernement Français lui reconnaît les titres et privilèges d'une Faculté de médecine. Celle-ci intègre, dès 1889, une École de pharmacie; l'ensemble prend le nom de Faculté de médecine et de pharmacie. En novembre 1912, trop à l'étroit dans ses locaux, la Faculté se transporte dans des bâtiments construits pour elle, rue de Damas, bâtiments reconstruits à la suite des destructions de 1975 et 1983.

Au cours de son histoire, la Faculté décerna successivement les diplômes de médecine suivants:

de la session d'octobre 1887 à celle de novembre 1894 le diplôme de Faculté signé par le Ministre Français de l'Instruction Publique; de 1895 à 1898, le diplôme français décerné sous le sceau de l'Université de Lyon; de 1899 à 1914, le diplôme d'État français et le diplôme d'État ottoman décernés par un jury mixte. En 1919, le diplôme d'État Français, puis conjointement le diplôme d'État français et le diplôme libanais de l'Université Saint-Joseph, enfin à partir de 1983 ce seul diplôme libanais.

Développant ses activités, la Faculté s'adjoint, au cours des ans, divers instituts : École dentaire en 1920, École des sages-femmes en 1921, École d'infirmières en 1942, École d'aides anesthésistes en 1950, Institut de microbiologie en 1951, École d'orthophonistes en 1966.

Sur l'initiative de la Faculté de médecine et de pharmacie, avaient également été créés :

En 1896 une Maternité doublée d'une policlinique obstétricale et gynécologique qui fut installée en 1938 dans un nouveau bâtiment construit à cet effet - rue de Damas. À la suite de la guerre du Liban en 1976 cette Maternité a été transférée à l'Hôtel-Dieu de France. En 1910 un Institut antirabique transféré au Gouvernement Libanais en 1958. En 1919 un Institut de Bactériologie et un Institut de Chimie qui servirent de laboratoires pour l'Assistance Publique du Gouvernement jusqu'en 1958. Cet Institut a toutefois continué ses activités de formation et de service jusqu'en 1975, les a reprises en 1977 pour les arrêter définitivement en 1982. Enfin, en 1925 un Institut de physiothérapie et de Lutte contre le Cancer qui prit, par la suite, le nom d'Institut de Radiologie et de Lutte contre le Cancer. Cet Institut a cessé son activité en 1975 du fait de la guerre au Liban. De 1885 à 1915, puis en 1919 et 1920, les leçons de clinique médicale et chirurgicale furent données par les Professeurs de la Faculté à l'Hôpital français du Sacré Cœur; elles furent données de 1921 à 1924 à l'Hôpital Saint-Georges. Pour les stages cliniques de ses étudiants, la Faculté s'adresse aujourd'hui en priorité aux services de l'Hôtel-Dieu de France, hôpital universitaire créé sur l'initiative de la Faculté en 1923 et comportant au nombre de ses missions statutaires l'organisation et le fonctionnement de l'enseignement clinique de la Faculté.

Depuis 1984, à la suite d'un contrat passé avec l'État Français, jusqu'alors propriétaire de l'Hôtel-Dieu, l'Université Saint-Joseph assure la pleine responsabilité de la gestion de l'hôpital et le Père Recteur en est le Président du Conseil d'Administration. La Faculté de médecine et l'Hôtel-Dieu constituent désormais un ensemble hospitalo-universitaire.

La Faculté s'adresse également à d'autres hôpitaux pour offrir à ses étudiants des terrains de stage en nombre suffisant et participer activement à la vie médicale du Liban.

Chaque année, par l'intermédiaire de son célèbre Concours d'Entrée à la Faculté de Médecine, l'USJ sélectionne les élites des étudiants libanais.

Actuellement, au campus des sciences medicales:

-Le Professeur Marianne Abi-Fadel est le doyen de la Faculté de Pharmacie

-Le Professeur Roland Tomb est le doyen de la Faculté de Médecine

-Le Professeur Nada Naaman est le doyen de la Faculté de Médecine Dentaire.

Étudiants et enseignants célèbres[modifier | modifier le code]

Présidents de la République libanaise
Hommes politiques
Journalistes 
Écrivains et poètes
Chercheurs/scientifiques
Religieux apostoliques
Théologiens
Compositeurs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.usj.edu.lb/en/files/languages.html
  2. Avec Farid Nun, L'Université Saint-Joseph fête trois centenaires, in Oeuvre d'Orient, N°772, p.857.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]