Fabrezan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fabrezan
Ville de Fabrezan depuis la pinède...
Ville de Fabrezan depuis la pinède...
Blason de Fabrezan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Canton Lézignan-Corbières
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Maire
Mandat
Fabrice Vareilles
2014-2020
Code postal 11200
Code commune 11132
Démographie
Gentilé Fabrezanais
Population
municipale
1 261 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 11″ N 2° 41′ 52″ E / 43.1363888889, 2.69777777778 ()43° 08′ 11″ Nord 2° 41′ 52″ Est / 43.1363888889, 2.69777777778 ()  
Altitude 68 m (min. : 54 m) (max. : 274 m)
Superficie 28,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative d'Aude
City locator 14.svg
Fabrezan

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique d'Aude
City locator 14.svg
Fabrezan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fabrezan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fabrezan
Liens
Site web Site internet de Fabrezan

Fabrezan est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Elle s'écrit Fabresàn en Occitan

Ses habitants sont appelés les Fabrezanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Corbières, au confluent de l'Orbieu et de la Nielle. Fabrezan est entouré de jolies vignes, encore en activité, comme la plupart des villages des Corbières.

Fabrezan se situe au cœur des Corbières, aux portes du Minervois, à 7 km de Lézignan-Corbières et 10 km de Lagrasse. Fabrezan se situe, sur la carte de l'Aude, entre Narbonne et Carcassonne, à 25 km de Narbonne et 30 de Carcassonne. Le village est à 1 h 30 environ de la frontière espagnole.

Climat[modifier | modifier le code]

Fabrezan a un climat méditerranéen, avec en été les températures atteignent parfois les 40°. Le vent y est très fréquent, la neige est rare en hiver et il pleut environ 4 jours par mois.

Historique du village[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Fabrezan se tient un hameau du nom de Villerouge-la-Crémade (sus-nommé Villerouge-la-Panouse auparavant, Villa Rubia à l'époque romaine). Ce pays faisait partie de la florissante province Narbonnaise. L'on peut y voir, selon les légendes populaires, une statue d'une Vierge en argent, ainsi qu'une église du IXe siècle où subsistent de superbes fresques.

Situé au seuil des Corbières sur la rive gauche de l'Orbieu, au pied de la montagne de l'Alaric, Fabrezan est un village circulaure aux ruelles étroites. La commune est entourée des vestiges des remparts érigés en 974.

Ce hameau possède aussi un palais du Moyen Âge, dont il ne subsiste à ce jour qu'un demi mur et une meurtrière. Il est à noter que l'appellation "la Crémade" provient d'une voix de fait : un bûcher dressé à l'intention de cathares (Villerouge-Termenès où fut brulé le dernier cathare, Guilhem Bélibaste n'est pas très éloigné) se rappelle à la mémoire populaire ou plus certainement à la couleur, jaune, ocre et rouge des terres. Ce château a, très certainement été détruit lors de la chevauchée du Prince Noir.

De plus, dans les archives de la ville, l'on peut découvrir l'existence du comte de Fabrezan et seigneur de Villerouge, au XVIIe siècle.

Il faut également rappeler que Fabrezan est un ancien village fortifié, on peut encore apercevoir des remparts à l'impasse Nego-Saumo.

À proximité de Fabrezan, les textes signalent un autre site, Villerouge, avec son église Villa Ruvia cum ecclesia sancti saturnini (an 859)

Au Moyen Âge, avant la croisade contre les Albigeois, la seigneurie de Fabrezan appartenait à la vicomté de Narbonne.

À partir du XIVe siècle, quand le vicomte de Narbonne accusa les consuls de la ville de Fabrezan de rébellion envers le roi (an 1381), il décida du punir les Narbonnais. Ces derniers rispostèrent en attaquant et en prenant le donjon de Fabrezan, refuge de la famille du Vicomte.

Début du XVIIe siècle, fin de l'histoire féodale. En 1633, Jean de Seigneuret, seigneur de Fabrezan, fut reçu en remplacement du baron de Castrie. Ainsi venait d'être créée la baronnie de Fabrezan.

Fin XIXe siècle, construction des remparts et création de deux quartiers (Saint-Marc et les Plantiers.) En 1889, Fabrezan devient le premier relais de transport de l'électricité. En 1900, le village bénéficie d'un éclairage public à l'électricité.

En 1907, le village était éclairé, et possédait son bureau de poste avec télégraphe et téléphone. Il y avait trois abonnés au téléphone

Les origines du nom[modifier | modifier le code]

Villa gallo-romaine : villa Fabriciana (du nom Fabricius, soldat de la 10e légion de César)

947 : In villa Fabriciano

1222 : Castrum de Fabrezano

1595 : Fabresan

Héraldique[modifier | modifier le code]

Fabrezan

Son blasonnement est : D'or à la lettre F minuscule cursive de gueules, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1898 1907 Mr Franc Inconnu  
1907 Inconnu Mr Gonin Inconnu  
1949 1977 Ghislain Bouffet Inconnu  
1977 2014 Maurice Séguier PCF  
2014 en cours Fabrice Vareilles Aucune  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2013, Fabrezan n'est jumelé à aucune autre commune.

Monuments[modifier | modifier le code]

Autour de Fabrezan, il y a beaucoup de verdure, on peut y trouver la forêt communale "Notre Dame de Consolation" et des vignes.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de Notre-Dame-de-Consolation

En 1650, le peuple ayant peur de la peste décide de construire la chapelle Notre-Dame-de-la-Consolation à la demande de la baronne, veuve de messire Jan de Seigneuret. Le sanctuaire fut bâti sur le Pech Montredon.

  • L'église Saint-Vincent

L'église Saint-Vincent forme un ensemble des XIIIe et XIVe siècles de 40 mètres de long sur 20 mètres de large. L'architecture est gothique à nef unique. Les chapelles latérales non voûtées datent des XVIIe et XIXe siècles. Le matériau principal est la pierre à bâtir des carrières de Fabrezan dites " pierre de Ferrals ". L'ensemble est orienté nord/est.

  • L'église de Villerouge la Crémade

Cette église mentionnée dès le IXe siècle, figure comme église paroissiale, dans les registres du Vatican du XIVe siècle. Cette paroisse a subsisté jusqu'à la Révolution. Les peintures murales ont été classées Monument Historique le 11 mai 1977.

Vestiges[modifier | modifier le code]

  • La tour fortifiée

Pour se protéger des multiples attaques, le seigneur du village fit construire le château dont ont voir encore la tour, aujourd'hui en partie par les habitations. Haute de plus de 30 mètres, cette tour est assemblée en 70 lits de pierre. Elle date du XIIe siècle. Ancien donjon du château, elle fut démantelée dans sa partie supérieure, en 1628, pendant la Fronde.

  • Le moulin

Le moulin à vent date du XIXe siècle. Il n'a jamais été achevé. Cependant, il a servi par la suite de refuge pour les pauvres.

  • Le château de Villerouge la Crémade

La date de naissance du château reste encore inconnue. Sa vie est tout aussi mystérieuse que les causes de son état. Mais ce que l'in sait est qu'au XIIe siècle le château est ruiné. Il ne reste qu'un mur et quelques vestiges des enceintes extérieures.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 261 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
890 956 1 163 1 083 1 170 1 174 1 239 1 257 1 287
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 330 1 310 1 537 1 529 1 852 2 298 2 144 2 031 1 829
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 912 1 837 1 761 1 791 1 704 1 629 1 608 1 303 1 267
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 186 1 137 1 024 991 1 046 1 086 1 186 1 221 1 252
2011 - - - - - - - -
1 261 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le buste de Charles Cros.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fabrezan possède une école publique Victor-Hugo, située derrière la mairie du village et compte actuellement plus de 100 enfants scolarisés, avec un ramassage scolaire autour du village, voire dans d'autres villages.

Culture[modifier | modifier le code]

Festivals / Festivités[modifier | modifier le code]

À Fabrezan, en été, selon les animations, il y a habituellement 2 festivals :

  • Le festival Son MiRé³, qui est en rapport avec Charles Cros, né à Fabrezan.
  • Le festival de Musique Charles Cros qui a pour but de promouvoir la pratique de la musique, valoriser le travail des élèves devant leurs proches comme devant un public et encourager les gens à fréquenter les concerts.
  • Chaque année, fin août, comme tous les autres villages alentours dans l'Aude une autre période, il y a lieu la fête locale à Fabrezan. Des manèges, bars, snacks et autres machines à sous sont tous installés sur l'avenue de l'Ancienne-Gare. Il y a aussi des orchestres et autres concerts pour mettre un peu d'ambiance dans cette fête. En 2013, elle a lieu les 30, 31 août et 1er septembre.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Le Foyer Rural des Jeunes et d'Éducation Populaire de Fabrezan fêtait ses 50 ans le samedi 22 juin 2013.
  • Dans le début de l'année 2012, le clocher de Fabrezan n'aurait plus sonné l'heure. En effet, les précédents orages ont dû se concentrer sur notre village, la foudre a dû tomber aux alentours du clocher et a fait une panne des cloches. Elles ont été remplacées depuis, et elles sonnent mieux, vont plus vites et la sonnerie des cloches est plus élégante.
  • Le 24 juin 2009 , la tempête Klaus a frappé le village, ainsi que tout le département de l'Aude, la France et plusieurs autres pays. Mais le village n'a pas été épargné ! Le cimetière de Fabrezan, côté route direction Lagrasse (en sortant du village) la tempête a balayé beaucoup d'arbres, en particulier les cyprès. Depuis, le personnel de mairie a replanté plusieurs arbres.
  • Les tempêtes et inondations de 1999 sont passées par Fabrezan. Le pont en allant vers St Laurent a été balayé par les eaux et a été reconstruit en 5 ans.
  • La tornade de 1966 était au rendez-vous. Des inondations l'accompagnent. Une habitante du village, l'année suivante, a déclaré : « On avait de l'eau jusqu'au cou. L'orage était très violent. J'avais peur. L'eau arrivait par la rivière Orbieu et par l'Alaric. De plus, la tornade n'a pas arrangé les choses. »

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Archives du département de l'Aude, 11000 Carcassonne

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011