Ethnonymie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ethnonyme)
Aller à : navigation, rechercher

L'ethnonymie est l'étude des noms de peuples ou ethnonymes.

Domaine d'étude[modifier | modifier le code]

Selon certains, l'ethnonymie inclut l'étude des gentilés, c'est-à-dire des noms des habitants de régions et de lieux déterminés. On tend ainsi à spécialiser :

  • l'étude des gentilé au sens de nom d'habitants renvoyant à un périmètre, un territoire (pays, province, région, ville...) : les Belges, les Québécois ou les Parisiens par exemple,
  • l'étude des ethnonymes au sens du grec ethnos, « peuple », renvoyant à la notion, dont la définition est très discutée, d'ethnie : les Roms par exemple, les Bretons ou les Corses, ou encore les Sarrasins (utilisé comme ethnonyme très abusivement car il désignait tous les peuples de confession musulmane sans distinction).

Les ethnonymes sont surtout utilisés pour désigner les habitants d'un périmètre lorsque ceux-ci sont linguistiquement et culturellement distincts les uns des autres (Pachtounes, Tadjiks ou Hazaras d'Afghanistan par exemple).

Difficultés[modifier | modifier le code]

Toutefois la démarche de recherche ethnonymique doit tenir compte de la polysémie de certains noms et de la polyonymie de certains groupes:

  • selon Marcel Courthiade [1], les Roms en tant qu’ensemble n’ont ni langue commune - car les nombreuses variétés de Romani ne sont parlées que par une partie d'entre eux, ni dénomination commune - les noms de Bohémiens, Gitans, Manouches, Romanichels, Sintis, Tziganes et bien d’autres étant employés, et ceux qui les revendiquent ne se reconnaissant pas tous comme Roms, ni religion commune - puisqu’ils partagent généralement la religion des populations environnantes, ni traditions communes - leurs occupations étant aussi diverses que celles des populations non-Roms, ni même des origines communes - car si tous les auteurs s’accordent à reconnaître que le Romani est une langue provenant de l’Inde, les Roms européens, eux, se sont mélangés avec toutes les populations au milieu desquelles ils ont évolué, comme en témoigne la variété de leurs phénotypes. En fin de compte, « être rom » est avant tout une revendication, et aussi parfois une étiquette : il existe des pays où, pour que l’identité “Rom“ soit prise en compte, il faut être en difficulté sociale, car si on a un emploi, un domicile fixe et des diplômes, on n’est plus comptabilisé comme “Rom“ dans les statistiques[2] ;
  • à l’inverse, selon Jean-Pierre Chrétien, certaines “ethnies” tels les Hutus et les Tutsis habitant la région des grands lacs africains ont tout en commun et « ...ne se distinguent ni par la langue, ni par la culture, ni par l’histoire, ni par l’espace géographique occupé »[3] : en Europe, on parlerait plutôt de classes sociales, anciens agriculteurs d'un côté, anciens éleveurs de l'autre.
  • des noms comme par exemple Moldaves peuvent signifier des choses différentes :
    • en droit international, ce nom désigne tous les citoyens de la République de Moldavie, quelles que soient leurs origines et langues, et eux seuls ;
    • en droit des états issus de l'ex-URSS (dont la République de Moldavie elle-même), ce nom désigne uniquement les habitants roumanophones citoyens de ces états, et eux seuls, considérés comme une ethnie différente des autres roumanophones (vivant hors de l'ex-URSS) ainsi qu'on peut le voir dans l'infobox de l'article anglais Moldovans et de l'article russe correspondant ;
    • en histoire et géographie, ce nom désigne les habitants autochtones de l'ancienne Principauté de Moldavie (aujourd'hui simple région historique partagée entre trois états modernes : Moldavie, Roumanie et Ukraine), quel que soit l'état dont ils sont citoyens : dans ce sens historico-géographique, les Moldaves ne sont pas une ethnie mais font partie d'un groupe linguistique plus étendu : les roumanophones.

Utilisation[modifier | modifier le code]

C'est pourquoi les ethnonymistes séparent de plus en plus :

Ainsi, on peut distinguer ;

Certains noms de pays se sont construits à partir d'ethnonymes, puis des gentilés et des glottonymes se sont construits à partir des noms de ces pays :

Parfois le processus a intégré le suffixe land ou stan (pays) :

Toutefois le langage courant confond fréquemment les gentilés, les glottonymes et les ethnonymes : Turcs par exemple désigne souvent à la fois les ressortissants de la Turquie, les locuteurs des langues turques que l'on devrait appeler turcophones et les peuples turcs au sens large.

Enfin on observe une construction atypique dans le cas du Pakistan, néologisme du milieu du XXe siècle, signifiant « pays des purs » (de l’ourdou : pâk signifiant « pur » et stân signifiant « pays », avec un i de liaison)[4]. Mais c’est aussi un acronyme, relaté dans le pamphlet de Choudhary Rahmat Ali Now or Never (« Maintenant ou jamais »), formé avec le nom des provinces du pays : le Pandjab, l’Afghania (actuelle province de Khyber Pakhtunkhwa), le Kashmir, l’Indus-Sind et le Baloutchistan, donnant ainsi une étymologie populaire et néanmoins hasardeuse, puisque le « Bengale oriental », appelé par la suite « Pakistan oriental » (futur Bangladesh) n’y est pas mentionné alors qu’il représentait plus de la moitié de la population du futur État lors de son indépendance en 1947[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Courthiade, « Les Rroms dans le contexte des peuples européens sans territoire compact, Rapport rédigé pour le Conseil de l’Europe dans le cadre du séminaire « Rroms et groupes analogues », Strasbourg, 3 septembre et 1er octobre 2003 », Bulletin de l'Association des Anciens Élèves de l'INALCO,‎ octobre 2004 (lire en ligne)
  2. C’est le cas par exemple pour la communauté rom de Roumanie, dont le député Nicolae Păun revendique près de deux millions de membres (sur Nicolae Păun's page at the Romanian Chamber of Deputies), membres pour la plupart si intégrés à la société roumaine, qu’ils sont comptés comme Roumains par le recensement de 2002, qui ne reconnaît que 535 250 Roms (sur [1]).
  3. (in Amselle, M’Bokolo, 1985, p. 129
  4. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  5. http://www.fondation-res-publica.org/Le-Pakistan-un-Etat-mal-ne_a422.html