Eywiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eywiller
Blason de Eywiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Drulingen
Intercommunalité C.C. de l'Alsace Bossue
Maire
Mandat
François Leibel
2014-2020
Code postal 67320
Code commune 67136
Démographie
Gentilé Eywillerois, Eywilleroises
Population
municipale
262 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 17″ N 7° 07′ 55″ E / 48.87138889, 7.1319444448° 52′ 17″ Nord 7° 07′ 55″ Est / 48.87138889, 7.13194444  
Altitude Min. 270 m – Max. 357 m
Superficie 4,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Eywiller

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Eywiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eywiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eywiller

Eywiller est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Eywiller

Les armes d'Eywiller se blasonnent ainsi :
« D'or au pairle de gueules. »[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours François Leibel[2]    
2001 2008 François Leibel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 262 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 277 329 431 472 494 489 475 445
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
429 480 467 456 478 413 408 374 413
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
413 411 406 363 401 380 372 305 295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
330 341 352 311 259 239 267 264 273
2011 - - - - - - - -
262 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Chrétien Motsch : né le 26 mai 1849 à Eywiller - décédé le 16 avril 1898 à Paris.

À l'âge de 15 ans, il revêt l'habit au noviciat de la Maison-Mère des Frères des Écoles Chrétiennes rue Oudinot à Paris, il reçoit alors le nom de Frère Alpert (l'église d'Eywiller a été construite par son grand-père maternel Nicolas Schneider).

On lui confia en 1879 la direction d'une grande et belle œuvre : la « Mission Saint-Joseph », rue Lafayette à Paris, une école fréquentée par des élèves de familles alsaciennes et lorraines émigrées à cause de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

Habile éducateur, il sut allier la bonté et la fermeté dans la formation des jeunes. Ceux-ci répondirent généreusement à l'ardeur de son zèle, prenant part à l'adoration nocturne à Montmartre et à l'association Saint-Benoit Labre due à l'initiative du Frère Exupérien (Adrien Mas).

Au cours de la guerre, il était brancardier sur le front et il y a contracté une paralysie progressive qu'il accepta comme une grâce du Seigneur.

Les démarches en vue de sa béatification commencent en 1899.

Le 14 mai 1929 s'ouvre à Paris le procès informatif qui aboutira le 11 avril 1995 à la reconnaissance de l'héroïcité des vertus du Vénérable Frère Alpert. 

Au cours de l'année 1998, ses restes ont été transférés dans l'église Saint-Joseph Artisan, rue Lafayette. 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :