Mackwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mackwiller
Image illustrative de l'article Mackwiller
Blason de Mackwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Drulingen
Intercommunalité C.C. de l'Alsace Bossue
Maire
Mandat
Béatrice Hammer-Beck
2014-2020
Code postal 67430
Code commune 67278
Démographie
Population
municipale
599 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 36″ N 7° 10′ 34″ E / 48.9267, 7.1761 ()48° 55′ 36″ Nord 7° 10′ 34″ Est / 48.9267, 7.1761 ()  
Altitude Min. 224 m – Max. 346 m
Superficie 9,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Mackwiller

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Mackwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mackwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mackwiller

Mackwiller est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace. Elle est connue pour ses bains romains.

Ses habitants se nomment les Mackwillerois et les Mackwilleroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé en Alsace-Bossue. Entouré par Diemeringen, Thal-Drulingen et Rimsdorf. Le paysage est de type rural. Le sous-sol est argilo-calcaire et de grès. Il y a aussi deux forêts nommées Totenberg et Faessboesch.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mackwiller

Les armes de Mackwiller se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier d'azur semé de billettes d'or, au lion issant du même couronné de gueules, au second d'argent à la barre de gueules. »[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Béatrice Beck[2]    
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Schmitt    
1995 2001 Jean-Pierre Schmitt    
1989 1995 Edouard Hertzog    
1983 1989 Edouard Hertzog    
1977 1983 Erwin Gressel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 599 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
367 448 551 678 742 790 798 733 750
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
648 686 725 778 769 774 725 751 765
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
778 827 853 758 723 660 700 602 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
660 672 671 683 635 612 619 613 596
2011 - - - - - - - -
599 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les thermes gallo-romains et le mausolée de Mythra.
  • L'église protestante (dont les sous-sols étaient autrefois utilisés comme prison) et l'église catholique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  2. [PDF] « Liste des maires du Bas-Rhin au 1er avril 2008 », sur www.bas-rhin.pref.gouv.fr,‎ 2008 (consulté le 22 mai 2009)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :