Keskastel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Keskastel
L'église luthérienne à Keskastel.
L'église luthérienne à Keskastel.
Blason de Keskastel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Sarre-Union
Intercommunalité C.C. du Pays de Sarre-Union
Maire
Mandat
Gabriel Glath
2014-2020
Code postal 67260
Code commune 67234
Démographie
Population
municipale
1 585 hab. (2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 19″ N 7° 02′ 41″ E / 48.9719, 7.044748° 58′ 19″ Nord 7° 02′ 41″ Est / 48.9719, 7.0447  
Altitude Min. 209 m – Max. 275 m
Superficie 18,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Keskastel

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Keskastel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Keskastel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Keskastel

Keskastel est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Kàschel en francique rhénan[1].
  • Au cours de son histoire, le village a été désigné en tant que : Caesaris Castellum, Caistre, Castle, Kesekastel, castel, Kaisercastel, keescassel, keisercassel, Kaeskastel...
  • De nombreux historiens ont émis diverses versions pour expliquer l’origine du nom. Certains y voyaient le passage, voire le séjour des légions de césar. Les Romains auraient élevé un camp fortifié à proximité de la Sarre. C’est sur cette ancienne motte castrale que le village tirerait son nom « Caesaris castellum » c'est-à-dire le « Château de César » l’actuel lieu-dit « Schlosshügel » atteste encore l’existence d’un site d’observation élevé non loin d’un gué permettant le franchissement de la Sarre. C’est à partir de ces données qu’a été créé en 1953 le blason de keskastel.

D’après une autre version, Keskastel tirerait tout simplement son origine du nom porté par le premier propriétaire des lieux, un certain seigneur « Kesse » ou « chaso » chevalier germain venu de la région de Kirbel (près de Hombourg-Sarre) et de Deux-Ponts. Pour d’autres historiens, le nom du village évoquerait en priorité la demeure aisée du voué (Kastenvogt) du couvent de Herbitzheim.

  • Sobriquet : Les villageois sont surnommés « les Rieweschwäntz », les queues de navets, sans doute à cause de la culture importante de navets.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Implantation de sites gallo-romains dans la région puis implantation des Francs et Alamans.
  • En 843, par le traité de Verdun, le couvent et ses biens deviennent successivement propriétés de la Lorraine, de Louis le Germanique (870), du comte Gérard de Metz (908). Keskastel semble alors être devenu la résidence de l'avoué de la « prévôté d'Herbitzheim » (1055).
  • Keskastel passe aux comtes de Sarrebruck (1271), aux comtes de Nassau-Sarrebruck (1385-1527), puis passe sous la domination des Nassau-Weilbourg (1745).
  • Rattaché à la France en 1793 et à l'arrondissement de Saverne en 1800.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Keskastel

Les armes de Keskastel se blasonnent ainsi :
« D'or au château fort crénelé de gueules, flanqué à dextre d'une tour du même, le tout maçonné de sable. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Théo Feuerstoss[3]    
mars 2001 mars 2008 Théo Feuerstoss    
1945 1965 Pierre Cahé (1899-2003)    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 585 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
832 821 907 1 120 1 312 1 416 1 354 1 457 1 435
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 276 1 325 1 368 1 347 1 345 1 407 1 368 1 377 1 330
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 322 1 337 1 325 1 269 1 297 1 350 1 264 1 244 1 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 306 1 366 1 297 1 316 1 362 1 438 1 470 1 506 1 582
2011 - - - - - - - -
1 585 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :