Waldhambach (Bas-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waldhambach.
Waldhambach
L'église.
L'église.
Blason de Waldhambach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Arrondissement de Saverne
Canton Canton de Drulingen
Intercommunalité Communauté de communes de l'Alsace Bossue
Maire
Mandat
Frédéric Bruppacher
2014-2020
Code postal 67430
Code commune 67514
Démographie
Population
municipale
635 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 40″ N 7° 13′ 04″ E / 48.9278, 7.2178 ()48° 55′ 40″ Nord 7° 13′ 04″ Est / 48.9278, 7.2178 ()  
Altitude Min. 225 m – Max. 374 m
Superficie 12,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Waldhambach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Waldhambach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Waldhambach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Waldhambach

Waldhambach (Hàmbàch en francique rhénan[1]) est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

La commune fait partie du Parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les « Knepples »[modifier | modifier le code]

Les habitants de Waldhambach sont surnommés « d'Hambacher Knepples », ce qui signifie les « boutons de Hambach ». Ce surnom tire son origine de leur costume autrefois porté. Lorsqu'ils se déplaçaient dans les villages voisins on pouvait deviner leur fortune au nombre et à la grosseur de leurs boutons. Dans le temps, on ne les voyait pas de bon œil arriver au bal avec leurs vestes ornées de boutons dorés. C'était la jalousie totale vis-à-vis des autres jeunes hommes, car les filles se laissaient séduire par ces « Hambacher » et à leur vues tout le monde disait « d'Knepple kumme » (les Knepples arrivent). En 1891, pour éviter toute confusion avec Hambach près de Sarreguemines et Hambach dans le Palatinat (l'Alsace était à cette époque allemande), la municipalité a choisi l'appellation « Waldhambach ». Suite à cette histoire des petits boutons dorés, les habitants leur associent les traditionnelles « G'felli Knepple » (ravioles farcies). Ces fameuses ravioles farcies ont créé cette fameuse fête gastronomique « KneppelFescht », dont la réussite et la renommée vont bien au-delà de l'Alsace Bossue, et qui a lieu le dernier dimanche du mois d'août[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Waldhambach

Les armes de Waldhambach se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier d'azur à la fasce d'argent, au second d'argent au lion de sable, à la bordure de gueules. »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2014 en cours Frédéric Bruppacher[4] SE  
Mars 2001 Mars 2014 Gérard Wehrung SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 635 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670 702 779 1 075 861 895 860 880 889
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
837 840 884 897 875 894 866 855 894
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
941 1 037 1 048 982 968 856 849 816 752
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
789 756 761 694 626 682 668 666 635
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église protestante.
  • Monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Fritz Spieser (1902-1987), militant autonomiste et éditeur alsacien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. « Hambacher Kneppelblaettel » (bulletin municipal) n°14 de décembre 2008.
  3. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  4. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011