Donges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Donges
Pétrolier dans le port de Donges.
Pétrolier dans le port de Donges.
Blason de Donges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Montoir-de-Bretagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la région nazairienne et de l'estuaire
Maire
Mandat
François Chéneau
2014-2020
Code postal 44480
Code commune 44052
Démographie
Gentilé Dongeois
Population
municipale
6 879 hab. (2011)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 27″ N 2° 04′ 30″ O / 47.324163, -2.075 ()47° 19′ 27″ Nord 2° 04′ 30″ Ouest / 47.324163, -2.075 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 31 m
Superficie 59,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Donges

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Donges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Donges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Donges
Liens
Site web http://www.ville-donges.fr/

Donges est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Donges dans le département de la Loire-Atlantique

Situation[modifier | modifier le code]

Donges est situé sur la rive nord de l'estuaire de la Loire, à 10 km à l'est de Saint-Nazaire.

La commune est située à proximité des marais de la Brière, la deuxième plus grande zone humide de France après la Camargue. On y a créé un parc naturel régional regroupant de nombreuses espèces animales et végétales.

Rose des vents Crossac Besné Prinquiau Rose des vents
Montoir-de-Bretagne N La Chapelle-Launay
O    Donges    E
S
Corsept Paimbœuf Saint-Viaud

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La ville est implantée dans une zone alluvionnaire où affleure la roche-mère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans le Cartulaire de Redon, Donges était nommée Dongia en 1104.

Donges possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Donj (écriture ELG)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est occupé depuis le Paléolithique, mais il faut attendre le Néolithique pour trouver des traces d'un peuplement actif. L'extraction du Plomb est avérée à l'époque romaine[2]. Le village de Donges apparaît vers 370 et aurait été un point important pour le commerce régional.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des seigneurs de Donges.

Avec le féodalisme, la ville est instituée en vicomté. Son territoire englobe une quinzaine de paroisses, couvrant les marais de l'estuaire de la Loire. La vicomté de Donges se composait de quatre Châtellenies :

Au XIe siècle le comte de Nantes décide de la construction d'un château fort. Le Vicomte Friould de Donges demande aux moines de Marmoutier d'établir un bourg et une prieuré près de son château[3]. Le château sera détruit en 1125 sur ordre de Conan III le Gros en représailles contre le vicomte de l'époque.

Siècle des lumières[modifier | modifier le code]

Du 14 mars au la ville sera occupée par les Blancs.

De 1771 à 1825 sont entrepris des travaux d'assèchement des marais.

Industrialisation[modifier | modifier le code]

Raffinerie de pétrole de Donges

En 1853 un décret autorise le passage du train. C'est le début de l'industrialisation. En 1917, le port de Donges est construit pour désengorger celui de Saint-Nazaire, envahi par le matériel débarqué par les Américains et les Anglais.

Durant les années 1930, on y construisit des raffineries de pétrole.

Le bourg a été anéanti durant les bombardements des 24 et 25 juillet 1944 et reconstruit à 1 km de son emplacement initial.

La raffinerie de Donges appartenant à Total traite actuellement 11 millions de tonnes de pétrole brut par an, ce qui en fait la deuxième raffinerie de France. Elle est traversée par la ligne ferroviaire Tours - Saint-Nazaire, la gare se trouvant même au milieu de l'emprise de la raffinerie. Un projet de contournement de la raffinerie par le nord sur une nouvelle section de 4,5 km, rapprochant ainsi la ligne du bourg et entrainant la construction du nouvelle gare, existe bien. Mais la mise en œuvre de cet aménagement est sans cesse repoussé pour des raisons budgétaires (investissement évalué à 100 millions d'euros), bien que l'existence des emprises ferroviaires gênent les projets d'expansion du site industriel voulu par Total. Cependant, des études préliminaires viennent d'être effectuées, avec une mise en service prévu vers 2015 au minimum[4].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Échiqueté d'or et d'azur.
Commentaires :' Armes des vicomtes de Donges (XIIe siècle). La délibération municipale porte en énoncé : écartelé d'or et d'azur, mais la commune utilise léchiqueté. Délibération municipale du .

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Donges : Ad Rivum Ligeris Labore Nobile Potens Semper Eris. Sur les bords de la Loire, par le travail qui t'anoblit, tu seras toujours forte. (Devise ajoutée par M. Robert Louis.)

Administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Maurice Marie Halgan    
1791 1792 Jean Baptiste Lelièvre    
1792 1796 Jean Joseph Aimé Noblet    
1796 1802 Pierre Clément Guigand    
1802 1803 Vincent Louis Ménage    
1803 1807 Jean Joseph Aimé Noblet    
1808 1830 Simon Marie Opoix    
1830 1835 Alexandre Alexis Bureau-Bossardière    
1835 1838 Gilles François Évian    
1945 1959 Armand Morvan Sans étiquette  
1959 1968 Jean Pauchard Divers droite  
1971 1983 Jean Pauchard Divers droite  
1983 1989 Alain Picot PS  
1989 1990 Jean Pauchard Divers droite  
1990 1995 Alexandre Gravelle Divers droite  
1995 2008 René Drollon Divers droite  
2008 2014 Anne Auffret[5] Divers gauche employée de banque
2014 en cours François Chéneau Divers droite avocat à la cour
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee en 2010, Donges est une commune urbaine, une des 11 communes de l'unité urbaine de Saint-Nazaire, qui s'étend de Donges au Croisic[6] ; elle fait donc partie de l'aire urbaine de Saint-Nazaire[7] et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire[8].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 879 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 112 2 054 1 904 2 230 2 650 2 667 2 700 2 809 2 808
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 004 3 006 3 055 2 890 2 889 2 918 2 902 2 933 2 925
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 883 2 886 2 862 2 745 2 770 2 703 2 896 3 022 4 590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
6 263 6 458 6 280 6 726 6 377 6 156 6 338 6 879 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10], pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[11])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Donges en 2009 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,1 
5,8 
75 à 89 ans
9,8 
12,6 
60 à 74 ans
13,8 
18,9 
45 à 59 ans
18,6 
21,8 
30 à 44 ans
20,1 
17,0 
15 à 29 ans
15,1 
23,7 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est fortement dépendante de la raffinerie de Donges exploitée par la société Total.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Parc naturel régional de Brière

Selon le découpage de la région Bretagne par Erwan Vallerie, Montoir-de-Donges fait partie du pays traditionnel de la Brière et du pays historique du Pays Nantais.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Cunewalde (Allemagne) depuis 1993 (26 septembre)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mathilde Aussant (1898 - 2011), née à Donges, doyenne des Français entre le 4 novembre 2010 et le jour de sa mort, le 22 juillet 2011.
  • Jacques Riboud, directeur de la raffinerie de Donges au sortir de la seconde guerre mondiale, face à l'inertie du Ministère de la Reconstruction, il s'implique personnellement dans la reconstruction du village (quartier de Trélagot) pour que ses ouvriers puissent retrouver un toit au plus vite. Suite à cette première expérience, il deviendra Urbaniste et promoteur.
  • Roland Prédiéri, architecte français, recruté à sa sortie de l'école par Jacques Riboud, il a conçu les maisons du quartier de Trélagot qui seront livrées pré-fabriquées et assemblées par les habitants eux-mêmes (construction en Castors).

Donges dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

La ville de Donges et son château fort apparaissent dans un épisode de Biorn le Viking de Jean Ollivier et Eduardo Coelho, L’Anneau de Grettir.

Donges au cinéma[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Toute l'histoire de Bretagne, Skol Vreizh, 2012, p. 85
  3. Le Diocèse de Nantes, Yves Durand, Editions Beauchesne, 1 janv. 1985 - page 46.
  4. Article Ouest-France du 19/11/2009
  5. Bureau municipal sur le site de la commune en 12/2010
  6. « Unité urbaine 2010 de Saint-Nazaire (44601) », sur insee.fr, Insee (consulté le 30 novembre 2012).
  7. « Zonage en aires urbaines 2010 de Saint-Nazaire (046) », sur insee.fr, Insee (consulté le 30 novembre 2012).
  8. « Carte thématique », sur statistiques-locales.insee.fr, Insee (consulté le 30 novembre 2012) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. « Donges 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 9 janvier 2013).
  12. « Résultats du recensement de la population - Donges - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  13. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  14. Œuvres de Charles Doirian