Saint-Joachim (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Joachim.
Saint-Joachim
Maison brièronne sur l'île de Fédrun.
Maison brièronne sur l'île de Fédrun.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Pontchâteau
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la région nazairienne et de l'estuaire
Maire
Mandat
Marie-Anne Halgand
2014-2020
Code postal 44720
Code commune 44168
Démographie
Gentilé Briérons
Population
municipale
4 003 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 59″ N 2° 11′ 58″ O / 47.3830555556, -2.19944444444 ()47° 22′ 59″ Nord 2° 11′ 58″ Ouest / 47.3830555556, -2.19944444444 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 9 m
Superficie 86,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Joachim

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Joachim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Joachim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Joachim
Liens
Site web http://www.saint-joachim.fr/

Saint-Joachim est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire), au cœur du parc naturel régional de Brière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Joachim dans le département de la Loire-Atlantique

Saint-Joachim est une commune urbaine qui fait partie de l'agglomération (de deux communes) de Saint-Joachim-Saint-Malo-de-Guersac, de l'aire urbaine de Saint-Nazaire et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Joachim était assujettie au duché de Bretagne et partageait les droits collectifs du marais avec les habitants des 14 paroisses de la « brière ». Son nom en Breton est Sant Yoasin.

Besné, Crossac, Donges, Escoublac, Guérande, Herbignac, La Chapelle-Launay, Missillac, Montoir, Pontchâteau, Prinquiau, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard et Saint-Nazaire forment ces 14 paroisses.

Le 8 août 1461, François II duc de Bretagne, par une lettre patente, reconnait les droits des brièrons. La duchesse Anne ratifie la lettre patente de son père François II. Au cours des siècles, ce privilège a été confirmé plusieurs fois par ordonnance royale ou lettres patentes.

En 1771, création de la Chapelle-des-Marais détachée de Missillac; suivront Saint-Joachim détachée de Montoir, Sainte-Reine détachée de Pontchâteau, puis Trignac, Saint-Malo-de-Guersac, La Turballe et Pornichet.

Extraction de la tourbe à Saint-Joachim au début du XXe siècle : le coupage

En 1790, Saint-Joachim devient une commune sous le nom « Les Isles ». Après la Révolution, le nom initial sera rétabli.

La Révolution reconnut les droits brièrons par le décret du 5 janvier 1791 et la loi du 28 août 1792.

Ces textes établissent de façon irréfutable la possession indivise de la Grande Brière Mottière et des marais.

Les Brièrons ont le droit d'usage sur le roseau, droit de pâture pour le bétail et droit de tourbage.

Comme ses voisines briéronnes de l'arrière pays nazairien, Saint-Joachim s'est trouvée prise à la fin de la Seconde Guerre mondiale dans la Poche de Saint-Nazaire ce qui lui valut une prolongation de l'Occupation allemande de 9 mois de plus que le reste de la région (d'août 1944 au 11 mai 1945)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Marc Justy PCF  
mars 2008 en cours Marie-Anne Halgand[Note 1] PS[1] retraitée cadre acheteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 sont perdues.

En 2011, la commune comptait 4 003 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
2 039 2 038 2 442 3 061 3 054 3 280 3 526 3 886 4 195
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
4 281 4 587 4 672 4 624 4 688 4 770 4 705 4 863 5 024
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
4 994 4 684 4 680 4 411 4 174 3 963 4 567 4 231 4 078
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
4 152 4 161 4 253 3 994 3 773 3 915 3 956 4 003 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,9 %) est en effet supérieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Saint-Joachim en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
6,1 
75 à 89 ans
11,0 
15,3 
60 à 74 ans
16,2 
22,8 
45 à 59 ans
19,7 
21,1 
30 à 44 ans
19,8 
15,6 
15 à 29 ans
14,2 
18,8 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Consanguinité[modifier | modifier le code]

L'isolement géographique de la commune a longtemps été une source de consanguinité (ce qui est vrai pour toute la Brière, mais encore plus pour Saint-Joachim). Ce problème tend à disparaître depuis le premier quart du XXe siècle, et le désenclavement de la Brière. Ceci a également entraîné une faible diversité des patronymes : les Halgand, Aoustin, Moyon, Mahé, Chedotal, Guihéneuf, Legof et Vince constituant toujours la majorité des noms de famille, principalement dans les îles, où les habitants sont surnommés les « canards » (les habitants de la bordure du marais étant eux surnommés les « naquets »). D'ailleurs, le roman de Alphonse de Châteaubriant traite de ce problème, où un père de famille de Saint-Joachim refuse que sa fille épouse un « naquet » de Crossac. L'exogamie, même avec des communautés géographiquement et culturellement proches, était peu pratiquée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Joachim (1895), construite pour remplacer l'ancienne détruite le 25 décembre 1858. Son clocher culmine à 50 mètres.
  • Les chapelles Notre Dame de Bon Secours et Saint François.
  • La « Maison de la Mariée » est située sur l'île de Fédrun. Habitat traditionnel couvert de chaume, ce musée permet de découvrir une collection de couronnes de fleurs d'oranger que les femmes de Saint-Joachim confectionnaient autrefois[7].

Divers[modifier | modifier le code]

Selon le découpage de la région Bretagne fait par Erwan Vallerie, Saint-Joachim fait partie du pays traditionnel de la Brière et du pays historique du Pays Nantais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélue en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ensemble », sur site du PS 44, p. 6
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « Saint-Joachim 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  5. « Résultats du recensement de la population - Saint-Joachim - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. Saint-Joachim en images sur www.saint-joachim.fr, consulté le 6 mars 2010.