Corsept

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corsept
Eglise Saint-Martin
Eglise Saint-Martin
Blason de Corsept
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Paimbœuf
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Estuaire
Maire
Mandat
Patricia Benbelkacem
2014-2020
Code postal 44560
Code commune 44046
Démographie
Gentilé Corseptins
Population
municipale
2 731 hab. (2011)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 42″ N 2° 03′ 28″ O / 47.2783333333, -2.05777777778 ()47° 16′ 42″ Nord 2° 03′ 28″ Ouest / 47.2783333333, -2.05777777778 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 26 m
Superficie 23,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Corsept

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Corsept

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corsept

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corsept
Liens
Site web http://www.corsept.fr/

Corsept est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Corsept comptait 2 731 habitants au recensement de 2011. Ses habitants s'appellent les Corseptins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Corsept dans le département de la Loire-Atlantique

Corsept est situé sur la rive sud de l'estuaire de la Loire, à 19 km au sud-est de Saint-Nazaire et 50 km à l'ouest de Nantes.

Les communes limitrophes sont Saint-Brévin-les-Pins, Saint-Père-en-Retz et Paimbœuf.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Corsept était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon l'idée la plus développée et la plus répandue, le nom de Corsept vient du latin Corpus Septimum : “Septième Corps”, désignant la septième paroisse des bords de la Loire créée par Saint Martin de Vertou.

Cette hypothèse est corroborée par l'historien Ogée dans son dictionnaire historique et géographique de la Bretagne en 1845 : « Corsept fut sur les bords de la Loire, la septième paroisse créée sous le vocable de Saint Martin ; elle reçut de là, le nom de Corpus Septimum qui a donné Corsept. »

Corsept possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Corsèt (écriture ELG)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Corsept est appelé Corsuito au XIIe siècle et sa seigneurie appartient, en 1040, à Raoul de Corsept. Un oratoire est mentionné sur l'île Saint-Nicolas-des-Défunts (Saint-Nicolas-du-Corsept) en 1137. Ce lieu est tenu par les moines de l'abbaye de Tiron (fondée par saint Bernard de Ponthieu vers 1109) jusqu'au XVIIe siècle.

Le siège de la juridiction, après avoir été au logis de la Cour, à la sortie du bourg, se tient par la suite au Plessis-la-Guesne (ou Guesche), où se trouvaient jadis l'auditoire et la prison.

Les acquéreurs de ce domaine national sont à partir du début du XIXe siècle les familles Museau, Lucas, Ramet, Audureau (tous marchands de Paimbœuf).

Plus tard, le négociant Sallentin réunit le Plessis à ses vastes propriétés.

Le site de Corsept étant abandonné, Louis XVIII acquiert celui-ci pour y installer un lazaret qui finalement sera installé à Saint-Brevin-les-Pins.

Comme ses voisines de l'arrière pays nazairien, Corsept s'est trouvée prise à la fin de la Seconde Guerre mondiale dans la Poche de Saint-Nazaire, ce qui lui valut une prolongation de l'Occupation allemande de 9 mois de plus que le reste de la région nantaise (d'août 1944 au ).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux sept cœurs d'or posés trois, deux, un et un.
Commentaires : Armes parlantes (les sept cœurs rappellent le nom de la ville : Corpus Septimum : « Septième Corps », désignant la septième paroisse des bords de la Loire créée par Saint Martin de Vertou). Ce blason est une réduction de la bannière présentée à La Sicaudais (1946), qui portait : écartelé : aux premier et au quatrième, d'azur à sept cœurs d'argent ; aux deuxième et au troisième, de gueules ; l'écusson de Retz (d'or à la croix de sable) sur le tout. Blason conçu par Mme Humblot (délibération municipale du ), enregistré le .

Administration[modifier | modifier le code]

Charles Le Roux (1914-1895), maire de Corsept de 1853 à 1861.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1853 1861 Charles Le Roux   peintre paysagiste
1904 1925 Joseph Le Roux    
1971 1995 Joseph Clavier    
mars 2001 2014 Marie-Thérèse Mahé    
2014 en cours Patricia Benbelkacem Divers gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 731 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 010 914 898 1 014 1 047 1 022 1 015 1 041 1 076
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 133 1 121 1 088 1 080 1 108 1 125 1 082 1 063 1 068
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 026 1 022 990 863 836 820 826 827 826
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
810 807 951 1 351 1 633 1 965 2 486 2 638 2 731
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11,4 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Corsept en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
2,9 
75 à 89 ans
3,7 
8,1 
60 à 74 ans
8,1 
18,9 
45 à 59 ans
18,3 
26,2 
30 à 44 ans
28,3 
16,2 
15 à 29 ans
15,0 
27,7 
0 à 14 ans
26,6 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin
  • L'église Saint-Martin[7].
  • « Le Pasquiaud », en bordure de Loire dans l'estuaire, vis-à-vis Donges, fut une des habitations du peintre paysagiste nantais Charles Le Roux (1814-1895). Son épouse Marie Euphémie Affilé reçut ce domaine en 1848, des mains de son grand-père négociant à Paimbœuf. Le couple y recevait les amis peintres : Daubigny, Théodore Rousseau, Gustave Doré, Louis Cabat, Jean-Baptiste Corot (les bouquets, redécouverts en 1984[8], peints sur les murs du salon lui sont attribués) etc. Charles Le Roux avait son atelier dans un moulin voisin : le moulin Perret. On peut voir au musée d'Orsay le tableau Prairie et marais de Corsept à l'embouchure de la Loire au mois d'Août présenté au Salon de 1859.
  • Les mégalithes : « Pierre-Bonde », « le Menhir des Cassis »[9] ainsi que « les Pierres Blanches »[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Le Roux, artiste peintre paysagiste né et mort à Nantes (1814-1895) résida et travailla à Corsept au Pasquiaud où il reçut de nombreuses fois ses amis peintres de l'école de Barbizon.
  • Arnaud Chiron, curé de la paroisse (1735-1762). Très proche de la cause ouvrière, il quitte le Clergé en 1762 suite à des désaccords avec Pierre Mauclerc de La Mousanchère, alors évêque de Nantes[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « Corsept 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 9 janvier 2013).
  5. « Résultats du recensement de la population - Corsept - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. - L'église St Martin sur www.paysderetz.info, consulté le 9 mars 2010.
  8. Loire-Atlantique, Paris, Guides Gallimard,‎ 1992 (ISBN 2-7424-0008-7), p. 236
  9. Curiosités - Les mégalithes de Corsept sur www.paysderetz.info, consulté le 9 mars 2010.
  10. Tourisme sur www.corsept.fr, consulté le 9 mars 2010.
  11. Collectif, L'Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, A. le Clere, Paris,‎ 1816, p. 38

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :