Conan III de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conan de Bretagne.
Conan III
Titre
Duc de Bretagne
11121148
Prédécesseur Alain IV Fergent
Successeur Éon II & Hoël III
Comte de Nantes
11121148
Prédécesseur Alain IV
Successeur Hoël III
Comte de Rennes
11121148
Prédécesseur Alain IV
Successeur Hoël III
Biographie
Titre complet Duc de Bretagne
Dynastie Maison de Cornouaille
Date de naissance 1095/1096
Date de décès 17 septembre 1148
Père Alain IV Fergent
Mère Ermengarde d'Anjou
Conjoint Mathilde d'Angleterre, fille d'Henri Ier Beauclerc
Enfant(s) Constance
Berthe
Hoël.
Duc de Bretagne

Conan III dit le Gros (1095/1096 - 17 septembre 1148), fils d'Alain IV Fergent et d'Ermengarde d'Anjou, fut comte de Rennes et duc de Bretagne de 1112 à 1148.

Premières années[modifier | modifier le code]

Conan III dit le Gros[note 1], naît à la fin de 1095 ou au début de 1096[1].

Selon Orderic Vital, en mars 1113 lors de l'entrevue de l'Ormeteau-Ferré entre Louis VI le Gros et Henri Ier Beauclerc, duc de Normandie, le roi de France concède à son homologue « toute la Bretagne » c'est-à-dire la vassalité directe de la Bretagne. Alain Fergent princeps des Bretons devient « l'homme lige du roi des Anglais ». Conan le fils d'Alain Fergent est alors fiancé avec Mathilde une des filles illégitimes d'Henri Ier [2]

Si le premier acte de Conan III en qualité de duc de Bretagne de pleine exercice est de 1115, dès 1113 il intervient auprès de son père. Le 31 mars 1115 un privilège de l'évêque de Nantes en faveur de Marmoutier indique « regnantibus Alano et Conano ejus filio in Britannia  »[3].Conan III peut de plus compter sur l'aide de sa mère, Ermengarde d'Anjou, femme de caractère respectée qui avait assuré la continuité du pouvoir ducal lorsqu'Alain IV était parti en croisade. L'union avec Mathilde intervient dans le courant de l'année 1118 [note 2],[4]

Relation avec la France et l'Angleterre[modifier | modifier le code]

Bien que marié à Mathilde, une fille d'Henri Ier Beauclerc, Conan III se montre un fidèle de Louis le Gros et il participe à deux expéditions royales en Auvergne en 1122 et 1126 pour défendre l'évêque de Clermont contre les violences du comte Guillaume VI d'Auvergne. Par contre son suzerain capétien ne veut rien entreprendre contre la Normandie [5]. Cependant en août 1124, lorsque l’empereur germanique Henri V voulant aider son beau-père Henri Ier d'Angleterre dans le conflit qui l'oppose à Louis VI, envahit la France et avance avec une puissante armée jusqu'à Reims. Conan III participe, face à la menace germanique, avec tous les autres grands vassaux du royaume de France à l'ost convoqué par Louis VI [6]

Le mariage en 1128 de Mathilde l'Emperesse, fille d'Henri Ier Beauclerc et veuve de l'empereur Henri V du Saint-Empire avec Geoffroy Plantagenêt entraîne un rapprochement entre l'Anjou et la Normandie très dangereux pour la Bretagne qui se voyait encerclée par deux principautés voisines jusqu'à présent rivales. Toutefois après la mort de son beau-père, le roi d'Angleterre en 1135, les luttes pour le pouvoir qui se déroulent en Angleterre et en Normandie assurent à Conan III une certaine tranquillité[7]

Tentative de mise au pas des féodaux[modifier | modifier le code]

Entre 1120 et 1125 deux seigneurs du comté nantais Olivier Ier baron de Ponchâteau et Savary vicomte de Donges sont devenus le fléau de la région entre la Loire et la Vilaine, allant même jusqu'à envahir la cité de Redon et à mettre les biens de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon au pillage. Conan III mène une guerre sans pitié contre eux, confisque leurs terres et rase leurs châteaux. Ils doivent finalement se soumettre et assister avec l'ensemble des barons du duc à la consécration du maître autel de l'Abbaye qu'ils avaient attaqué par Gérard évêque d'Angoulème le 23 octobre 1127[8]

Un autre conflit éclate dans le comté de Rennes entre le duc et André Ier le baron de Vitré. En 1132 Conan III est le maître de la ville et en confie la garde à Goranton III fils d'Hervé II du lignage des « Goranton-Hervé » une famille de féodaux rivaux des « Robert-André », seigneurs de la ville[9] . Ce n'est qu'en 1135 après la mort de André Ier que le duc rend la cité à son fils Robert II de Vitré, toutefois il entre aussi en conflit avec lui. Conan III rassemble sa troupe à Châteaugiron assiège et prend rapidement Vitré et en chasse Robert II, son épouse Emma et ses fils André et Robert. Robert II de Vitré se réfugie chez « son proche parent » Henri de Fougères, mais Conan III ordonne à ce dernier de la chasser. Robert se rend alors auprès de Juhel II de Mayenne. Conan III afin de rompre cette alliance donne sa fille Constance en mariage à Geoffroi le fils de Juhel II. Robert de Vitré toujours en quête d'alliés se réfugie chez Guy III de Laval son cousin germain car il était tous deux nés de filles de Robert de Mortain. Conan menace le sire de Laval d'un guerre jusqu'à ce que ce dernier expulse son cousin qui aux abois s'en va à La Guerche-de-Bretagne dont le seigneur Guillaume II est le frère de son épouse Emma. Conan III mène alors son armée contre La Guerche mais pour ce faire il sollicite l'aide de Geoffroy V d'Anjou car il doit faire face à une coalition qui comprend outre Robert de Vitré, son fils Alain seigneur d'Acigné et Guillaume II de la Guerche, le sire de Mathefelon qui avait épousé Marquise la sœur de Robert et celui de Candé. Conan III est défait à Visseiche près de Marcillé-Robert au début de 1144 et Geoffroy d'Anjou rentre dans son comté sans combattre. Robert II recouvre Vitré en décembre 1144 et se réconcilie finalement avec Conan III[10].

Conan III s'efforce donc de s'affirmer comme un prince territorial bien que son autorité s'exerce surtourt dans ses domaines patrimoniaux du sud de la Bretagne [note 3]. Les baronnies de la frontières comme La Guerche-de-Bretagne, la Domnonée, la vicomté de Léon les comtés de Tregor de Penthièvre et le Goëlo restent « de facto » à l'écart du pouvoir ducal[11].

Dans sa mise au pas de ses vassaux, il est amené à édicter quelques nouvelles lois pour le duché, comme celle supprimant le droit de bris[note 4] approuvé en mars 1128 par les évêques lors du concile de Nantes ou celle limitant les droits seigneuriaux sur les héritages des roturiers morts sans héritiers directs[12]. Ces réformes ont été rendues possibles notamment grâce au soutien sans faille de l'Église.

Bienfaiteur de l'église[modifier | modifier le code]

Les donations aux institutions religieuses faites par Conan III concernent les abbayes bretonnes comme la fondation familiale de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé (8 septembre 1146) ou Saint-Melaine de Rennes (1128) mais aussi de grandes abbayes des provinces voisines comme l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers (vers 1129/1136) où il s'était rendu en pèlerinage en 1106/1110 avec son ami de jeunesse Robert (II) de Vitré; Marmoutier (vers 1116/1142 & 1143/1146) l'abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron dans le diocèse de Chartres (vers 1132/1146), l'abbaye Saint-Florent de Saumur (1146) abbaye de Savigny (1148) dans l'actuel département de la Manche l'abbaye du Mont-Saint-Michel (vers 1112/1140)[13].

Le duc Conan III se montre docile vis-à-vis du Saint-Siège. Ses parents et lui-même avaient donné à la puissante abbaye de Marmoutier quatre églises du diocèse de Nantes sur lesquelles l'évêque Brice de Nantes avait cédé ses droits à l'invitation du Légat Gérard d'Angoulême en 1110. Le prélat se ravise tente de récupérer ses églises. Il obtient du Pape la restitution des biens malgré les protestations de Conan III par le biais du Légat Geoffroy évêque de Préneste. Le vieil évêque de Nantes se rend à Rome plaider directement sa cause et le pape lui restitue ses quatre églises par la bulle du 22 avril 1135. Conan III se soumet et par une chartre du 2 novembre 1135 il met l'évêque Brice en possession des églises Notre-Dame, Sainte-Croix, Saint-Saturnin et Saint-Aubin[14].

Conan III dont la mère est une proche de Bernard de Clairvaux est un aussi un bienfaiteur de l'ordre cistercien. Il favorise l'implantation en 1130 de l'abbaye de Bégard dite plus tard « le petit Citeaux de l'Armorique » et il est le fondateur de l'Abbaye de Buzay avec sa mère en 1135 et le 30 juin 1136 de l'abbaye Notre-Dame de Langonnet. En 1144 Bernard qui avait nommé son frère Nivard comme prieur, doit intervenir personnellement auprès de Conan III pour l'obliger à s'acquitter de ses promesses non tenues envers l'abbaye de Buzay[15].

Fin de règne et succession[modifier | modifier le code]

Selon Pierre Le Baud en 1148, sur son lit de mort, Conan III désavoue Hoël qui jusqu'alors était considéré par tous comme son fils légitime, au motif que ce dernier serait un bâtard. Il reconnaît alors son petit-fils Conan IV pour seul héritier sous la tutelle de Éon de Porhoët, le second époux de sa fille Berthe. Le refus d'Hoël d'accepter cette mise à l'écart provoque une grave crise successorale.

Union et descendance[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Mathilde d'Angleterre naissent trois descendants:

  1. Constance, épouse de Geoffroy III de Mayenne
  2. Berthe de Bretagne, née vers 1114, épouse vers 1137/1138 d'Alain le Noir, premier comte de Richmond, et qui épouse Éon de Porhoët en secondes noces en 1148.
  3. Hoël III.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce surnom lui est donné entre autres par la Chronique de Quimperlé dans son obituaire: « MCXLVIII Obiit Conanus Grossus, dux Britaniæ »
  2. avant le 9 octobre qui la voit intervenir dans un acte comme uxor de Conan
  3. Selon André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre sur les 46 actes subsistants de son règne 32 concernent les évêchés de Quimper, Vannes et Nantes
  4. Droit qui permettait au seigneur de s'approprier la cargaison d'un navire brisé sur ses côtes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac (sous la direction de) Bretons et Normands au Moyen Âge. Rivalités, malentendus convergences Presses Universitaires de Rennes; Rennes (2008) (ISBN 9782753505636) selon J. Quaghebeur :  Le mariage eut lieu entre 1090 et 1095 Conan naquit au plus tard le 2 février 1096, « Havoise, Constance et Mathilde » p. 149 note n°16
  2. Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac op.cit p. 154.
  3. Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac op.cit p. 149 note n°18
  4. Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac op.cit p. 155-156.
  5. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIeXIIIe siècle av. J.-C.. Ouest-France Université Rennes (1987)(ISBN 9782737300141) p. 69
  6. Dominique Barthélemy L'ordre seigneurial XIe-XIIe siècle Éditions du Seuil, Points H203, Paris 1990, (ISBN 2020115549) p. 234-235.
  7. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 70
  8. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 70.
  9. Michel Brand'Honneur Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes (XIe-XIIe siècles)' PUR Rennes (2001) (ISBN 2 86847 5612) tableau 33 & tableau 34 p. 290
  10. Arthur de la Borderie Histoire de Bretagne, Tome troisième. Réédition Joseph Floch Imprimeur Éditeur à Mayenne (1975), p. 38-41.
  11. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 71.
  12. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 71
  13. Recueil d'actes inédits des Ducs et princes de Bretagne « Régne de Conan III dit Le Gros » p. 70-87 & p. 341-346
  14. Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé Les Papes et les Ducs de Bretagne COOP Breizh, Spézet (2000) (ISBN 2843460778), p. 34-35
  15. Les Abbayes Bretonnes, ouvrage collectif publié par la Biennale des Abbayes Bretonnes B.A.B & Fayard (ISBN 9782213013138) p. 395 & p. 458 &

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joëlle Quaghebeur La Cornouaille du IXe au XIIe siècle. Mémoire, pouvoirs, noblesse Presses Universitaires de Rennes (2002) (ISBN 2-86847-743-7)
  • Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac (sous la direction de) Bretons et Normands au Moyen Âge. Rivalités, malentendus convergences Presses Universitaires de Rennes; Rennes (2008) (ISBN 9782753505636).
  • Étienne Gasche, Petite histoire des Rois et Ducs de Bretagne, éditions Yoran Embanner, 2006, ISBN 2-9521446-7-2
  • André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIeXIIIe siècle av. J.-C.. Ouest-France Université Rennes (1987)(ISBN 9782737300141).
  • Arthur de La Borderie Histoire de Bretagne: Tome troisième. Réédition Joseph Floch Imprimeur Éditeur à Mayenne (1975), « Le duc Conan III dit le Gros » p. 37-42.
  • Henri Poisson, Les Ducs de Bretagne de la maison de Cornouaille : Hoël, Alain Fergent, Conan III, Lorient, Édition Bretagne et culture, 1968
  • Michel Brand'Honneur Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes (XIe-XIIe siècles)' PUR Rennes (2001) (ISBN 2 86847 5612).
  • Hubert Guillotel Administration et finances ducales sous le règne de Conan III , Mémoire de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, Tome LXVIII 1991.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]