Culture de Golasecca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Localisation de la culture de Golasecca au sud-ouest de la culture de Hallstatt

La Culture de Golasecca s'est développée en Italie du Nord au début de l'Âge du fer[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'aire de diffusion de la Culture de Golasecca correspond au bassin lombard du Tessin, aux alentours de Côme et Bellinzona, entre le au sud ainsi que deux de ses affluents, le Serio à l'est et la Sesia à l'ouest.

Sources archéologiques[modifier | modifier le code]

Une coupe sur pied, Golasecca, période Ic

La dénomination provient des fouilles conduites à partir de 1822 par l'abbé Giovanni Battista Giani (1788-1857) sur le territoire de la commune de Golasecca dans l'actuelle Province de Varèse. La plupart des objets inventoriés proviennent de nombreuses sépultures situées dans la zone de Sesto Calende, Golasecca et Castelletto sopra Ticino. Il publie un premier rapport en 1824, mais il interprète mal les découvertes, les attribuant à une population romaine du IVe siècle av. J.-C..

En 1865, Gabriel de Mortillet attribue les découvertes archéologiques à une culture préromaine du premier âge du fer, un substrat celtique étant probable compte tenu des similitudes avec la Culture de Hallstatt. Il effectue plusieurs voyages sur place et ramène une partie de la collection de l'abbé Giani pour enrichir le Musée des Antiquités Nationales dont il est vice-conservateur.

Les fouilles s'échelonnent sur divers sites tout au long de la fin du XIXe siècle, Alexandre Bertrand, conservateur du Musée des Antiquités Nationales se rend à son tour sur place en 1873 et fouille lui-même quelques sites. Grâce à la collaboration des archéologues français, italiens et allemands réunis au congrès archéologique de Stockholm en 1874, la chronologie de la culture de Golasecca se précise, divisée en trois périodes de 900 à 380 avant notre ère. Elle prend fin avec l'invasion gauloise dans la vallée du en 388 av. J.C.

Typologie[modifier | modifier le code]

Casque type Negau Golasecca III (480/450 av.JC)

Les populations de la Culture de Golasecca pratiquent l'agriculture, l'élevage et le tissage. La structure sociale est hiérarchisée, l'habitat étant composé de villages auxquels sont associées des nécropoles.

Le territoire de cette culture occupe une position stratégique entre le Monde-celte du Hallstatt et I'Italie méditerranéenne des Étrusques et des colonies grecques, le long des voies se reliant aux cols du Petit-Saint-Bernard, Saint-Gothard et Simplon. Les produits échangés sont essentiellement du sel, de l'ambre, de l'huile, des céréales, du vin et de la viande salée.

La production artisanale se manifeste par la réalisation de vases en argile, d'objets métalliques telles que des fibules fabriquées par fusion ou procédé laminaire. Les décorations sont influencées par l'art étrusque, les bijoux féminins étant décorés de corail jusqu'à sa raréfaction au IVe siècle av. J.-C.[2].

Évolution[modifier | modifier le code]

Langues de l'Italie au VIe siècle av. J.-C.

La population du domaine Golasecca se distingue par l'acquisition précoce de l'écriture (fin du VIIe s. av. J.-C.) résultant de l'adaptation de l'alphabet étrusque à une phonétique celtique[3]. Partie intégrante du territoire du peuple celte des Insubres depuis au moins le VIe siècle av. J.-C., le territoire de la Culture de Golasecca relève de la Gaule cisalpine après l'établissement des Gaulois en Italie du Nord au début du IVe siècle av. J.-C.

Les peuples de la Gaule cisalpine 391-192 av. J.-C.

Conservation muséographique[modifier | modifier le code]

La plupart des objets provenant des fouilles sont conservés au Musée-civique de Varèse, à Sesto Calende et au Musée de la Société de Gallarate.

Le musée d'archéologie nationale de Saint-Germain-en Laye possède une collection d'objets provenant de fouilles du XIXe siècle et a organisé, du 27 novembre 2009 au 26 avril 2010, une exposition « Golasecca. Du commerce et des hommes à l’âge du Fer »[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. culture de Galasecca
  2. document universitaire
  3. Golasecca (VIIIe-Ve siècle avant J-C), Du commerce et des hommes à l'Age du fer Christine Lorre, Veronica Cicolani, Collectif, ISBN 9782711856756
  4. L'exposition sur le site de la Réunion des Musées Nationaux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Corbella, Roberto: Celti : itinerari storici e turistici tra Lombardia, Piemonte, Svizzera, Macchione, Varese c2000; 119 p., ill.; 20 cm; ISBN 88-8340-030-5; EAN: 9788883400308
  • Corbella, Roberto: Magia e mistero nella terra dei Celti : Como, Varesotto, Ossola (Macchione, Varese) 2004; 159 p. : ill. ; 25 cm; ISBN 88-8340-186-7; EAN: 9788883401862
  • D'Aversa, Arnaldo: La Valle Padana tra Etruschi, Celti e Romani, (Paideia, Brescia) 1986, 101 p. ill., 21 cm, ISBN 88-394-0381-7
  • Grassi, Maria Teresa: I Celti in Italia, 2nd ed., (series: Biblioteca di Archeologia) (Longanesi, Milan) 1991 154 p., 32 c. di tav., ill. ; 21 cm; ISBN 88-304-1012-8
  • Kruta, Venceslas: I celti e il Mediterraneo, Jaca Book, 2004, 78 p., ISBN 88-16-43628-X, ISBN 978-88-16-43628-2
  • Kruta, Venceslas: La grande storia dei celti. La nascita, l'affermazione e la decadenza, Newton & Compton, 2003, 512 p., ISBN 88-8289-851-2, ISBN 978-88-8289-851-9
  • Kruta, Venceslas & Manfredi, Valerio M.: "I celti d'Italia", Mondadori, 2000 (Collana: Oscar storia), ISBN 88-04-47710-5, ISBN 978-88-04-47710-5
  • Pauli, Ludwig, 1971. Die Golaseccakultur und Mitteleuropa: Ein Beitrag zur Geschichte des Handels über die Alpen (Hamburg: Hamburger Beiträge zur Archäologie). ISBN 3-87118-085-8
  • Ridgeway, Francesca, in David Ridgway, Francesca Ridgeway, eds. Italy Before the Romans (Academic Press) 1979.
  • Violante, Antonio; introduzione di Venceslas Kruta: I Celti a sud delle Alpi, (Silvana, Milano), 1993 (series: Popoli dell'Italia Antica), 137 p., ill., fot.; 32 cm; ISBN 88-366-0442-0

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]