Koinè

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Le terme « koinè » désigne initialement la koïnê dialektos, une langue véhiculaire dans le monde grec ancien. Elle était issue principalement du grec ionien-attique dans lequel ont pénétré des formes d'autres dialectes.

Par extension[modifier | modifier le code]

Par extension, le terme « langue koinè(en)(es) » désigne une variante linguistique autonome, commune à la population d'un territoire, formée à partir de divers dialectes mutuellement intelligibles, et qui se superpose à leur usage.

La koinè grecque n'étant qu'un exemple parmi d'autres, comme l'occitan (langue limousine), l'arabe littéraire, l'hindi des Fidji, le basque unifié, l'anglais néo-zélandais.

La koinè est une langue aboutie et souvent pensée (d'où sa capacité à servir la littérature) et non un langage disparate créé à seule fin utilitaire. Il est donc difficile de reconnaître l'origine géographique d'auteurs de textes écrits dans une koinè.

La koinè peut être seulement écrite ou orale. Elle peut être limitée à la littérature (poésie, théâtre…), aux textes administratifs, aux textes de droit, etc. Dans certains cas, elle peut couvrir tous les domaines d'activités de la vie familière aux arts, aux sciences, et à l'administration des États[1].

L'usage d'une telle variante peut dépasser la zone géographique d'origine de la langue et servir de lingua franca entre locuteurs de langues maternelles différentes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Koïnè" dans le dictionnaire de l'Académie française "Un cas limite est celui où une koinè est adaptée à toutes les activités, de la vie familière aux activités supra-locales par essence, comme les arts, les sciences, l'administration des grands États."