Ancien alphabet italique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Vieil italique
Caractéristiques
Type Alphabet
Langue(s) Langues italiques, étrusque, rhétique
Historique
Époque VIIIe au Ier siècle av. J.-C.
Système(s) parent(s) Alphabet phénicien

 Alphabet grec (variante de Cumae)
  Vieil italique

Système(s) apparenté(s) Alphabets anatoliens
Système(s) dérivé(s) Alphabet latin, Alphabet runique
Codage
Unicode U+10300 – U+1032F
ISO 15924 Ital

Le vieil italique désigne plusieurs alphabets aujourd’hui disparus et qui furent utilisés dans la péninsule italienne dans l’Antiquité par divers peuples indo-européens (surtout italiques) ou non (par exemple les langues étrusques).

Ces alphabets sont issus du grec eubéen, de l’alphabet de Cumae, utilisé à Ischia et Cumes dans la baie de Naples au VIIIe siècle av. J.-C.. Le cumaéen montre lui-même de fortes similitudes avec l'alphabet phénicien, permettant de supposer une influence phénicienne dans la partie occidentale du bassin méditerranéen.

Diverses langues indo-européennes appartenant à la branche italique (le falisque et les membres du groupe sabellique, y compris l’osque, l’ombrien, le sud-picène), ainsi qu’à d’autres branches indo-européennes (telles que le celtique, le vénète et le messapien) utilisaient au départ ces alphabets. Le falisque, l’osque, l’ombrien, le nord-picène et le sud-picène proviennent tous d'une forme étrusque de ces alphabets.

L’alphabet runique, apparu au IIe siècle, est issu de l'un de ces alphabets.

Alphabet étrusque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alphabet étrusque.

Alphabet osque[modifier | modifier le code]

Les Osques ont probablement adopté l’alphabet étrusque au cours de VIIe siècle av. J.-C., mais une variante osque de cet alphabet n’est discernable qu’à partir du Ve siècle av. J.-C.. Elle se caractérise par l’apparition de variantes longues des lettres I et U, transcrites Í et Ú. Le U fut progressivement utilisé pour représenter le o osque, et le Ú pour le u.

𐌀 𐌁 𐌂 𐌃 𐌄 𐌅 𐌆 𐌇 𐌈 𐌋 𐌌 𐌍 𐌐 𐌑 𐌓 𐌔 𐌕 𐌖 𐌚 𐌞 𐌝
A B G D E V Z H I L M N P Ś R S T U F Ú Í

Alphabet de Lugano[modifier | modifier le code]

L’alphabet de Lugano était utilisé pour écrire le lépontique. Les inscriptions retrouvées en Italie du nord et dans le Tessin sont parmi les plus vieux témoignages de langue celtique, en usage du VIIe au Ve siècle av. J.-C.. Cet alphabet possède 17 lettres, issues de l’alphabet étrusque archaïque :

𐌀 𐌄 𐌉 𐌊 𐌋 𐌌 𐌍 𐌏 𐌐 𐌓 𐌔 𐌕 𐌈 𐌖 𐌅 𐌗 𐌆
A E I K L M N O P R S T Θ U V X Z

L'alphabet de Lugano ne distingue pas les occlusives voisées des non voisées : ainsi P représente /p/ ou /b/, T /t/ ou /d/, K /k/ ou /g/. Z représente probablement /t͡s/, Θ /t/ et X /g/. U (/u/) et V (/w/) sont différenciés.

Une écriture parente pourrait avoir été découverte à Glozel.

Alphabet de Nuceria[modifier | modifier le code]

Segni alfabeto nucerino.PNG

L’alphabet nucérien est basé sur des inscriptions découvertes en Italie du sud, essentiellement à Nuceria Alfaterna, mais aussi à Vico Equense et Sorrente. Son utilisation est attestée entre le VIe et le Ve siècle av. J.-C.. La lettre la plus notable est le S, dont la forme évoque celle du sapin et qui provient peut-être de l’alphabet phénicien.

Alphabet latin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Écriture latine.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]