Sépulture de Hochdorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
sépulture de Hochdorf
Le tumulus
Le tumulus
Localisation
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Coordonnées 48° 53′ 20″ N 9° 00′ 35″ E / 48.888825, 9.009628 ()48° 53′ 20″ Nord 9° 00′ 35″ Est / 48.888825, 9.009628 ()  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
sépulture de Hochdorf
sépulture de Hochdorf

La sépulture de Hochdorf est la tombe princière d'un guerrier celte de la première période de l’âge du fer découverte en 1977 et étudiée en 1979 à Hochdorf, un quartier d’Eberdingen, au nord-ouest de Stuttgart dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne. Elle a fourni un très riche mobilier funéraire.

Contexte historique et géographique[modifier | modifier le code]

La tombe date de la fin du VIe siècle av. J.-C., (vers -530/-500), et appartient à la culture de Hallstatt. Elle fait partie des sépultures de chefs de principautés boïens de cette époque qui s'étendaient sur le complexe nord-alpin, du Bassin parisien à la Bohême, englobant l'Allemagne du Sud, la Suisse et l'Autriche. Ces principautés disséminées sur des points stratégiques de passage contrôlaient les échanges commerciaux comme la principauté de Vix en Côte-d'Or, le camp du château dans le Doubs, l’oppidum fortifié de Heuneburg sur le Danube. Le site de référence étant situé à Hallstatt en Autriche.

Contexte archéologique[modifier | modifier le code]

Une reconstitution de la sépulture, musée d'Eberdingen

Cette sépulture était à l'origine sous un tumulus de terre recouvert de pierres d'un diamètre d'environ 60 mètres et d'une hauteur estimée de 10 mètres. En son centre était creusé un grand caveau aux parois coffrées de bois constitué de deux caissons concentriques en poutres de chêne, respectivement de 7,4 x 7,5 m et 4,7 x 4,7 m de dimensions, l'espace entre eux étant rempli de 50 tonnes de pierres, sans doute pour décourager les pillards. Au cours du temps le toit qui recouvrait le caveau s'est effondré et le tumulus s'est arasé naturellement. La tombe est dès lors restée inviolée et a pu livrer les restes d'un homme richement paré et un mobilier d'une exceptionnelle richesse.

Un mobilier exceptionnel[modifier | modifier le code]

  • L'élément le plus spectaculaire est une espèce de divan en bronze doré, une "kliné" qui daterait de 530 av. J.-C. environ, sur lequel reposait le corps d'un homme d’une quarantaine d’années. Ce genre d'objet, une kliné, se rencontre plus habituellement chez les Étrusques, mais le décor de celle-ci comporte des éléments typiquement celtes. Il se pourrait donc que l'objet ait été importé puis redécoré ou copié par les artisans celtes. C'est le seul exemplaire connu chez les Celtes. Son décor est constitué de personnages debout sur des roues qui soutiennent le siège. Sur le dossier de la kliné, des personnages sont représentés par incisions, trois couples de personnages qui se font face, la tête basculée en arrière, armés, et identifiés comme étant des danseurs ou des guerriers lors d'une danse rituelle. Deux chars sont figurés aux extrémités, sur chaque char se tient un homme debout, épée et bouclier en main.
  • Un char à quatre chevaux et quatre roues et ses pièces de harnachement occupe le mur est de la tombe, contrairement à d’autres sépultures, il n'est pas démonté. Son plateau était chargé de vaisselle de bronze.
  • Neuf cornes à boire étaient accrochées au mur, huit en corne d’aurochs et une, plus grande, en fer, elles étaient recouvertes de feuilles d'or.
Le char restauré
  • Un cratère en bronze importé de Grèce et d'une contenance d'environ 500 litres, des traces d’hydromel ont été retrouvées dans le fond. Trois lions en bronze ornent le bord du chaudron. Deux lions sont issus de grande Grèce et un est de fabrication locale. Ce troisième lion témoigne de l'appropriation des figures venues d'Orient par les hommes du début du premier âge du fer. Il peut ainsi représenter les prémices de la culture celte qui va se développer par la suite, du fait de ces contacts avec l'Orient, notamment par le commerce maritime qui gagne alors en intensité.
  • Le corps du défunt était accompagné de bijoux, torque et bracelet en or, et d'armes, toutes recouvertes de feuilles d'or.
  • Un grand nombre de pièces de vaisselle en bronze dont certaines sont des importations grecques et des objets familiers, carquois et flèches, objets de toilette.

Le rite funéraire[modifier | modifier le code]

Typique des sépultures du Hallstatt, le char occupe une grande place, il avait sans doute servi à exposer et transporter le corps durant les funérailles. Parfois, les chevaux étaient sacrifiés et ensevelis avec le défunt, à Hochdorf on n'en a pas trouvé trace. Comme dans les autres tombes princières retrouvées, la thématique du banquet funéraire est très explicite, le cratère était probablement laissé rempli de breuvage, l'abondante vaisselle et, à Hochdorf, les neuf cornes à boire, incitent à penser que des libations rituelles accompagnaient les funérailles.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]