Grande expédition

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouvements des groupes celtes de la Grande expédition.

La Grande Expédition est le nom donné à trois campagnes militaires simultanées entreprises en 280 et 279 avant notre ère, contre les royaumes hellénistiques de Thrace et de Macédoine, par des groupes considérés comme celtiques par les auteurs anciens comme les historiens contemporains. Cette expédition a pour conséquence l'installation d'une partie des survivants sur la rive occidentale de la Mer Noire, en un lieu encore non identifié connu sous le nom de royaume de Tylis[1], tandis que d'autres passent en Asie Mineure pour s'installer à partir de 272 avant notre ère dans une région qui prend alors le nom de Galatie.

Le contexte historique du IVe et du III siècle av. n. è.[modifier | modifier le code]

Selon les sources antiques, ce sont des migrations qui sont à l’origine de l’extension du monde laténien au IVe siècle, vers l’Europe de l’Est jusqu'à la cuvette des Carpates et vers le nord de l’Italie[2]. La légende rapportée par Tite-Live prétend que ce sont deux neveux d’Ambigat, roi des Bituriges, qui auraient mené ces migrations[3]. Si certains historiens ou archéologues contemporains ont un temps accordé du crédit à ce récit, son caractère légendaire est aujourd'hui quasi unanimement admis par les chercheurs, et c'est en direction de l'Europe centrale et de l'Est qu'il faut chercher les groupes celtiques participants à la Grande Expédition[4]. Ce phénomène que les historiens nomment « les migrations historiques du IVe siècle »[5], entraine au IIIe siècle ce "monde celtique" à se confronter brutalement au monde hellénistique.

Profitant du désordre politique et des guerres entre les Diadoques après la mort d’Alexandre, des groupes celtes entreprennent des pillages en Thrace et en Macédoine, mais ces entreprises sont globalement contenues par les différents souverains, comme en 298 av. n. è. où un groupe armé celtique est défait par Cassandre, roi de Macédoine, sur l’Haemus. Mais en 281, Lysimaque roi de Thrace et de Macédoine meurt, et son royaume, dont la puissance avait jusque-là contenu les intrusions celtiques, s’effondre. À la suite de cet affaiblissement considérable, les intrusions celtiques prennent une envergure bien plus importante. Ce qui auparavant n’était que des entreprises de pillage devient dès lors des tentatives de conquête de territoires[6].

Historique[modifier | modifier le code]

représentation supposée d'un Galate, sur un disque en or trouvé dans un des deux tumulus de Bolu (Turquie), IIIe siècle av. J.-C.

Trois armées accompagnées de femmes et enfants, que l’on considère parties des régions carpatiques, pénètrent en Grèce.

Une première armée, dirigée par  Bolgios, attaque la Macédoine par l’Ouest. Bolgios et ses troupes infligent en 279 une sévère défaite à Ptolémée Kéraunos, le nouveau roi de Macédoine. Blessé et capturé, le souverain est exécuté par les vainqueurs. Pourtant, malgré ce début de campagne prometteur, cette première armée s’arrête à cette victoire et fait ensuite demi-tour[7].

À l’est, un second front est ouvert par les troupes conduites par Kérethrios, qui attaque la Thrace[8].

Mais l’avancé la plus marquée est l’œuvre d’une troisième armée, commandée par Brennos et Akichorios, qui attaque par le centre. Cette armée envahit tout d’abord la Dardanie et la Péonie, puis se dirige vers la Grèce. À ce moment une scission à lieu au sein de l’armée, et 20000 hommes conduits par Léonnorios et Lutarios se replient vers l’Est. Du reste de l’armée, une partie reste stationnée dans le nord du pays, tandis qu’une autre emmenée par Brennos, que l’on estime composée de 65000 hommes[9] descend en direction des Thermopyles, avec pour objectif la prise du sanctuaire de Delphes.

La tradition littéraire, soutenue par des données épigraphiques[10], considère que cette expédition contre le grand sanctuaire panhellénique se solde par un échec[11].  Si les auteurs anciens nous ont rapporté un récit fantastique attribuant à l’épiphanie d’Apollon la victoire sur les troupes de Brennos, il semblerait que les raisons de cette défaite sont plus probablement l’hiver et la maladie[12]. Cette bataille eut pour conséquence le repli vers la Thrace de cette armée celtique, et le suicide de leur chef.

Une légende veut que la cité ait été pillée et dépouillée de son trésor que les Volques Tectosages auraient rapporté dans l’actuelle région de Toulouse. Cette légende est connue sous le nom d’Or de Toulouse (aurum Tolosanum). Mais cette version de l'histoire ne résiste ni à l'étude historique et épigraphique (voir la très intéressante étude de Salomon Reinach) ni à l'étude archéométrique. Des études menées sur les torques de Fenouillet, que l'on a un temps assimilé à cette légende de l'or de Toulouse, ont en effet montré que ces torques étaient composés d'or presque pur. Or, l'or tiré des mines grecques était lui composé en part importante d'électrum.

Après l’invasion de l’est de l’Étolie, le groupe celte parti envahir la Grèce met à sac Kallion (Callium) avant d’être expulsé par le roi de Macédoine Antigone II Gonatas. Par la suite, la tradition de la recherche considère que les rescapés s’installent au confluent de la Save et du Danube en se mêlant aux populations autochtones. cette installation aurait amené la création de la fédération des Scordiques[13].

Une partie de l’armée emmenée par Léonoros et Lutarios ayant pénétré en Thrace, prend la direction de la mer Noire sous le commandement de Commontor. Ce groupe fonde en -277, aux portes des Byzance, le Royaume de Tylis qui sera conquis par les Thraces vers -212. Un dernier groupe, le plus important, passe au service de Nicomède Ier, roi de Bithynie, qui l'installe en Anatolie : ce sont les Galates (« à la peau laiteuse » en grec) qui y fondent la Galatie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. EMILNOV, Julij, « Ancient Texts on the Galatian Royal Residence of Tylis and the Context of La Tène Finds in Southern Thrace. A Reappraisal », Search of Celtic Tylis in Thrace (III c. BC) Proceedings of the Interdisciplinary Colloquim arranged by the National Archaeological Institute and Museum at Sofia and the Welsh department,‎ , p. 67-88
  2. KRUTA, Venceslas, Les celtes, Histoire et dictionnaire, des origines à la romanisation et au christianisme, Paris, Robert Laffont,‎ , 1003 p.
  3. Tite-Live, histoire romaine, V.
  4. ADAM, Anne-Marie, FICHTL, Stephan, « Les Celtes dans les guerres hellénistiques : le cas de la Méditerranée orientale », Couvenhes, J.-C., Crouzet, S., Péré-Noguès, S. (dir.), Pratiques et identités culturelles des armées hellénistiques du monde méditerranéen, Actes du colloque de Tours, 23-24 mars 2007 (IIIe Hellenistic Warfare),‎ , p. 117-128
  5. SZABÓ, Miklós, Les Celtes de l’Est. Le second âge du fer dans la cuvette des Carpates, Paris, errance,‎ , 206 p., p. 105.
  6. KRUTA, Venceslas, Loc. Sit.
  7. Pausanias, Description de la Grèce, X, 19.
  8. Ibid
  9. Trogue Pompée, Prologues, XXIV, 6.
  10. REINACH, Salomon, « L'attaque de Delphes par les Gaulois », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, no 2,‎ , p. 158-164
  11. Pausanias, Description de la Grèce, I, 3, 4, X, 19.
  12. KRUTA, Venceslas, Loc. Sit., p. 493
  13. Henri Hubert, Les Celtes et l'expansion celtique jusqu'à l'époque de La Tène, Albin Michel à Paris, collection « Évolution de l'humanité », 1989 (ISBN 2-226-00077-1)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]