Cortrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cortrat
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Châtillon-Coligny
Intercommunalité Communauté de communes de Châtillon-Coligny
Maire
Mandat
Christèle Bezilles
2014-2020
Code postal 45700
Code commune 45105
Démographie
Gentilé Cortrèziens
Population
municipale
91 hab. (2011)
Densité 8,3 hab./km2
Population
aire urbaine
68 488 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 51″ N 2° 45′ 57″ E / 47.8975, 2.765833333347° 53′ 51″ Nord 2° 45′ 57″ Est / 47.8975, 2.7658333333  
Altitude Min. 95 m – Max. 132 m
Superficie 11,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Cortrat

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Cortrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cortrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cortrat

Cortrat est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud de l'aire urbaine de Montargis.

Le Vernisson[1] et les routes départementales 117 et 417 traversent le territoire de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

B

F

G

  • La Gannetière, rte de Conflans (D 417)

J

  • Les Jandins, accès par la D 93 sur commune de Montcresson

M

  • Le Petit Mocquepoix*, rte de Conflans (D 417)
  • Le Grand Mocquepoix, rte de Conflans (D 417)

P

  • Le Pont, rue Léon Plancheron (D 417)

R

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mormant-sur-Vernisson Conflans-sur-Loing Montcresson Rose des vents
Solterre N Montcresson
O    CORTRAT    E
S
Pressigny-les-Pins Pressigny-les-Pins Montcresson
Carte de la commune de Cortrat et des communes limitrophes

Histoire[modifier | modifier le code]

Un cimetière celte du IVe siècle av. J.-C. a été découvert à Cortrat. Il a permis de mieux connaître l'armement en usage au début du deuxième Âge du fer, lances, épées et fourreaux ; on tend à l'attribuer aux Sénons[2].

Un autre cimetière, du IVe siècle a livré des bijoux attribués à des populations d'origine saxonne, supplétifs repliés du limes germanique. Le mobilier de ces deux cimetières est conservé au musée de l'ancien hôtel-Dieu de Chatillon-Coligny.[réf. nécessaire]

Cortrat est cité au début du IXe siècle (Curtis Herhardi), comme appartenant au douaire d'une certaine Gile (Gisla) veuve d'une certain Roin (Rothing). Elle en fit don à l'abbaye de Gembloux que venait de fonder son petit-fils saint Guibert, donation entérinée en 946 par une charte d'Otton Ier du Saint-Empire[Note 1]. Son nom signifie étymologiquement « ferme d'Erhard » (curtis Herhardi).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

De 1793 à 1801, la commune faisait partie de l'ancien canton de Nogent-sur-Vernisson[3]. Elle fait aujourd'hui partie de l'arrondissement de Montargis, au canton de Châtillon-Coligny et de la communauté de communes de Châtillon-Coligny.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Christèle Bezilles    
2001 2008 Pierre Chaussy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : démographie de Cortrat.

En 2011, la commune comptait 91 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
110 134 126 123 116 116 122 123 131
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
146 133 135 135 134 135 162 124 122
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
118 115 107 113 113 111 120 116 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
75 54 49 61 78 94 86 91 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne église Saint-Martin datant du Xe siècle dont le portail est classé à l'inventaire des monuments historiques depuis le 16 janvier 1923 ; le reste du monument est inscrit à l'inventaire depuis le 28 juin 1972. L'édifice est désaffectée depuis la Révolution française et transformée en grange[5]. Il est notamment orné d'une sculpture en haut-relief en calcaire figurant un ange[6]. Au Xe siècle, l’église de Cortrat est ornée de fresques murales à l'intrados de l'arc triomphal, dont un fragment, classé monument historique au titre d'objet le 12 juillet 1960 est conservé au musée de Montargis[7]. Le portail roman ou pré-roman comprend sous une arcade moulurée un linteau formé d'une cuve de sarcophage en remploi gravée d'une scène énigmatique qui a fait l'objet de diverses interprétations : il pourrait ne s'agir que d'une représentation du paradis terrestre. L'église présente un plan très simple, à nef unique, où le chœur occupe le rez-de-chaussée du clocher, terminé par une abside semi-circulaire. Le chœur, l'abside et le clocher sont maintenant ruinés.
  • Plusieurs fermes[8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie d'Orléans-Tours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Charte éditée et traduite par le Corpus Etampois
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :