Fréville-du-Gâtinais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fréville et Gâtinais (homonymie).
Fréville-du-Gâtinais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Bellegarde
Intercommunalité Communauté de communes du Bellegardois
Maire
Mandat
Jean-Pierre Pelletier
2001-2008
Code postal 45270
Code commune 45150
Démographie
Gentilé Frévillois
Population
municipale
184 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 28″ N 2° 26′ 43″ E / 48.024444, 2.445278 ()48° 01′ 28″ Nord 2° 26′ 43″ Est / 48.024444, 2.445278 ()  
Altitude Min. 97 m – Max. 131 m
Superficie 9,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Fréville-du-Gâtinais

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Fréville-du-Gâtinais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fréville-du-Gâtinais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fréville-du-Gâtinais

Fréville-du-Gâtinais est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Fréville-du-Gâtinais et des communes limitrophes.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N
O    FRÉVILLE-DU-GÂTINAIS    E
S

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est mentionné sous les formes latinisées Frigida villa (sans date) et Frevilla vers 1350, puis sous les formes françaises Fresville en 1411[1], Fresville en 1740 (Bibliothèque Municipale d’Orléans, Manuscrit 995, fol. 82) , Freville au XVIIIe siècle s. (Carte de Cassini) ; Fréville du Gâtinais (décret du 21 février 1933). L’administration des Finances, service du Cadastre, écrit : Fréville-en-Gâtinais, conformément à l’usage indigène. L’administration de l’I.N.S.E.E. conserve la version officielle dans ses documents.

Formation médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural », terme issu du gallo-roman VILLA « grand domaine rural »

Cet appellatif est précédé, comme dans la plupart des cas, d'un nom de personne germanique. Albert Dauzat et Charles Rostaing[2] considèrent, à tort semble-t-il, que les Fréville et Fresville s'expliquent par l'anthroponyme Freso, Friso.

Cependant, Fréville (Seine-Maritime, Fraitvilla 1091 - 1120[3]), Fréville (Seine-Maritime, Fontaine-la-Mallet, Fredivilla, Fredevilla 1035[4]), ainsi que Fresville (Manche, Fredevilla vers 1135 et 1277[5]) incitent à y reconnaître le nom de personne Fredo ou Frido.

La forme attendue dans la région serait plutôt *Fronville comme Fronville (Haute-Marne, Froitvilla IXe siècle), Fronville (Hotton) (Belgique, Fredonvilla 1066). En effet, l'anthroponyme inclus dans les noms en -ville est généralement au cas régime dans la région. Les formes au cas sujet sont plutôt typiques de la toponymie normande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Fréville dépendait de l'archidiaconé du Gâtinais et de l'archevêché de Sens.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Fréville-du-Gâtinais (Loiret).svg

Les armoiries de Fréville-du-Gâtinais se blasonnent ainsi :

Parti : au premier d’argent aux trois fasces ondées d’azur, au second de gueules au dextrochère paré d’or mouvant du flanc et tenant un bâton en pal du même.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean-Pierre Pelletier    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
275 287 285 271 303 294 301 310 321
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330 358 378 372 322 297 308 318 272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
282 254 234 178 194 195 187 177 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
172 158 134 132 165 170 180 181 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martial ;
  • Les fontaines Saint-Martin et Saint-Martial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ..., Volume 2. Librairie Droz. p. 934.
  2. Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6)
  3. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1) (OCLC 6403150)). p. 82.
  4. E. Nègre, Op. cité. p. 934
  5. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, 1986, 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4) (OCLC 15314425). p. 120.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]